Des chercheurs japonais auraient trouvé une source de "terres rares"

05 juillet 2011 à 10h53
0
012C000004412218-photo-m-taux-rares.jpg
Les 17 métaux de type "terres rares" encadrés. (Wikipédia)
Le Japon aurait trouvé une nouvelle source de "terres rares", ces métaux utilisés notamment dans la fabrication de dalles LCD, d'éoliennes, et de tablettes. Alors que la Chine contrôle aujourd'hui 90% de la production mondiale de ces composés stratégiques et rares, cette découverte pourrait bouleverser les marchés hi-tech à une échéance de 10 à 15 ans... Si les problèmes techniques et environnementaux liés à l'extraction sont résolus.

Dans un article de Nature Geoscience (en anglais), on a appris ce matin que des chercheurs japonais avaient mis la main sur des gisements de terres rares. Ce groupe de métaux (Wikipédia) est notamment utilisé dans la fabrication de dalles pour écrans plats, pour tablettes tactiles, ou d'éoliennes. Et alors que les Etats-Unis, la Russie et la Chine détiennent l'essentiel des réserves mondiales jusqu'à présent, c'est cette dernière qui contrôle la production commerciale à hauteur de 90%. La Chine est notamment le principal producteur de Cérium, utilisé dans les batteries NiMH, de Néodyme (aimants permanents), de Samarium (aimants), et de Terbium (utilisé dans l'éclairage LED).

Sauf que si les gisements situés dans les eaux internationales du Pacifique étaient confirmés, ceux-ci pourraient remettre en question la domination chinoise. En effet, les chercheurs japonais à l'origine de la découverte estiment qu'ils contiennent 1 000 fois plus de terres rares que l'ensemble des réserves connues jusqu'à maintenant. Dans une récente étude américaine citée ce matin par Les Echos, les réserves mondiales étaient estimées à 110 millions de tonnes. Le gisement japonais contiendrait, lui, près de 100 milliards de tonnes de terres rares.

Problème : le gisement en question à 3 000 mètres de fond, dans l'océan Pacifique. Même si Yasuhiro Kato, le responsable de l'équipe qui a fait la découverte, assure que l'exploitation serait « assez facile », celle-ci pose des problèmes techniques, économiques et environnementaux. Car même si le chercheur explique qu'il suffit de rincer la boue remontée à la surface pour obtenir les fameux métaux, la difficulté réside dans l'extraction des « grumeaux de la taille de pommes de terre » enchâssés dans la vase.

Autre question, primordiale : celle des dégâts environnementaux que pourrait causer une exploitation industrialisée. L'écosystème à cet endroit du Pacifique est particulièrement fragile, et les coûts écologiques seraient à n'en pas douter importants. Et ce, sans compter le coup porté au recyclage des terres rares, qui bénéficiait de la pénurie pour imposer des techniques plus propres qu'une simple extraction.

Enfin, la question économique n'est pas à négliger. Si les coûts d'extraction seraient largement amortis au cours actuel des terres rares, la fin d'une pénurie relative risque de faire chuter le cours, et donc de rendre l'intérêt de l'extraction moins évident. Nul doute, cela dit, que ce ne sera pas la principale préoccupation des Japonais, qui peuvent gérer leur production pour maintenir un cours élevé. Et qui auront probablement plus à cœur de favoriser l'indépendance de leur approvisionnement en terres rares. Notons qu'en France également, la question des métaux rares est suffisamment importante pour qu'un Comité pour les métaux stratégiques (Comes) ait vu le jour au début de l'année.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Journée de la communauté Clubic.com : c'était samedi, c'était comment ?
Le géant de la réservation hôtelière Booking quitte lui aussi le navire Libra
Fortnite avalé par un trou noir... en pause avant un nouveau chapitre ?
M6 victime d'une cyberattaque affectant l'ensemble des employés du groupe
L'énergie renouvelable est la principale source d'électricité au Royaume-Uni
Blocage du porno au Royaume-Uni : c'est la débandade
Le Vatican va lancer un chapelet connecté !
Blizzard allège la peine infligée au joueur ayant soutenu les manifestations de Hong Kong
Le fichier des véhicules assurés entre en vigueur, et les forces de l'ordre comptent bien l'utiliser
Un important site de contenus pédophiles tombe : 300 arrestations dans 38 pays

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top