Huawei : "Les États-Unis ne peuvent pas nous écraser"

20 février 2019 à 19h10
8
Huawei

La guerre économique entre la Chine et les États-Unis fait rage. Nouvel épisode avec un entretien complet accordé par Ren Zhengfei, le PDG de Huawei, à la BBC. Ce dernier pointe les pressions croissantes contre son entreprise de la part des USA et cible Donald Trump. « Les États-Unis ne peuvent pas nous écraser », dit-il.

« Le monde a besoin de Huawei, car nous sommes en avance », explique Ren Zhengfei, le PDG de l'entreprise, dans un entretien accordé à la BBC. Lui, qui a créé Huawei en 1987, n'est pas du genre à multiplier les déclarations publiques. Or, le champion chinois des mobiles Huawei Technologies est dans le collimateur des États-Unis : lien avec les services de renseignements chinois, relations douteuses avec l'Iran...

Huawei, les Etats-Unis et les autres

Déjà, en fin d'année dernière, la directrice financière Meng Wanzhou (fille de Ren Zhengfei) a été arrêtée au Canada pour motif de viol de l'embargo américain sur l'Iran. Dans ce contexte tendu, Donald Trump pourrait signer l'executive order bannissant le géant chinois des réseaux américains très prochainement, estimant que Huawei est un « Cheval de Troie » de la Chine. De même, les États-Unis invitent leurs partenaires économiques à ne plus utiliser de produits conçus par Huawei. Ambiance.

Malgré les tensions, le géant Huawei ne tremble pas et ose même le discours de défiance via la voix de son PDG. « Les Etats-Unis nous ciblent et nous attaquent sans cesse. Cela nous pousse à améliorer encore nos produits et nos services », confie Ren Zhengfei. Sur l'arrestation de sa fille, l'homme est là aussi direct : « Cela n'a pas eu de conséquence sur le fonctionnement de Huawei. Ils ont cru (les États-Unis, ndlr) qu'en l'arrêtant, ils allaient nous faire tomber, mais nous sommes là. Nous continuons d'avancer, toujours ».

Les ambitions de Huawei mises à mal ?

Huawei veut détrôner Samsung de sa place de leader de vente de smartphones en 2019 et continue son match en parallèle avec Apple. Le contexte actuel de tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine n'aide pas, mais la prise du parole du dirigeant est un signe fort. Le géant entend muscler son jeu et écouler 250 millions d'unités en 2019, puis 300 millions en 2020.

Huawei n'a peur de rien, ni de personne, mais la guerre commerciale et ses effets sur les relations avec ses fournisseurs (dont Qualcomm, Intel, Microsoft, Broadcom) pourrait mettre à mal sa stratégie de conquête... À moins d'un désaveu de la politique américaine à l'encontre du géant chinois par d'autres partenaires économiques.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
8
0
yvesl
邪不胜正 “Le mal est invincible” Tu parles des USA
rexxie
Ça ressemble beaucoup à un faux commentaire pour nous faire haïr les chinois. De quoi faire peur aux crédules.<br /> @Samsara Tu pourrais peut-être nous le traduire toi qui connais la langue…
Kriz4liD
personne ne le fera ! soit en sûre.
Urleur
discours de financier non politique, il y a beaucoup d’enjeux sur le plan : ARGENT !
jardinero
Vos signes chinois ‘le 3 serait faux,et le sens serait que le mal ne peut vaincre le bien<br /> Il s’ agit d’une expression toute faite .
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Linky : des mesures conservatoires demandées devant le tribunal de Paris
Brave annonce consommer de 33 à 66 % moins de mémoire que Google Chrome
Le velo électrique Ariv de General Motors va d'abord être lancé en Europe
YouTube Music est désormais accessible depuis Android Auto
Square Enix : des résultats mitigés, une ambition débordante et une restructuration
Steven Spielberg s'inquiète du succès des plateformes de streaming
Le français Qobuz va mettre du bon son dans les oreilles des USA
Les revenus du fabricant de SoC MediaTek au plus bas depuis 11 mois
Données : Bruno Le Maire s'inquiète du Cloud Act américain
La reconnaissance faciale va être testée à Nice
Haut de page