Google Maps utilisé contre les opposants politiques en Thaïlande, Google supprime les cartes

01 juillet 2021 à 17h10
11
Thailande © Lauren DeCicca/Getty Images
Crédits : Lauren DeCicca/Getty Images

L’affaire a été dévoilée par Reuters. Lundi dernier, Google a retiré de Google Maps deux cartes My Maps utilisées pour répertorier, traquer et possiblement cibler des opposants à la monarchie.

Une « opération de guerre psychologique » qui n’a pas du tout plu au géant de l’informatique américain.

Du doxxing au plus haut niveau

L’enquête menée par Reuteurs est édifiante. Plusieurs centaines de personnes considérées comme des activistes ou des opposants à la monarchie au pouvoir en Thaïlande ont vu leurs données personnelles , photos et adresses épinglées sur des fichiers My Maps intégrés à Google Maps. À l’origine, la fonctionnalité My Maps avait pour but de pouvoir créer et partager des itinéraires et autres points d’intérêts directement sur Google Maps, à des fins de loisirs ou de tourisme principalement.

Mais l’usage en a été largement détourné par des militants royalistes et d’extrême droite thaïlandais, qui ont méticuleusement dressé des listes d’opposants politiques. Un terme qui désigne ici n’importe quelle personne ayant exprimé la moindre insulte ou critique vis-à-vis de la monarchie, parfois sur simple dénonciation anonyme.

Bien entendu, une telle campagne déroge à toutes les règles d’utilisation du service Google Maps, de sorte que Google a rapidement supprimé les deux fichiers My Maps incriminés après avoir été informé de la situation.

Google marche sur des œufs

Mais pour les activistes pro-gouvernement, l’opération décrite comme une manœuvre de guerre psychologique est un succès. En effet, les cartes auraient déjà été visionnées plus de 350 000 fois. Si aucun appel à la violence ou au harcèlement n’a été fait publiquement par les créateurs des fichiers, on se doute toutefois que les risques sont déjà bien réels pour les quelque 500 personnes listées, en majorité des étudiants.

Ce n’est pas la première fois que des outils numériques et des plateformes de réseaux sociaux sont massivement utilisés à des fins d’insurrection, ou de contre-insurrection. Ce cas de figure, cependant, touche de près au fond de commerce de Google, et aux critiques qui sont souvent soulevées à l’égard du géant américain : la collecte et la protection des données personnelles.

Ici, la firme de Mountain View n’a pas grand-chose à se reprocher : les données personnelles ont été compilées et intégrées dans My Maps manuellement, et Google a réagi rapidement après avoir constaté que ses conditions d’utilisation n’avaient pas été respectées. Mais on se doute que Google et sa maison-mère Alphabet souhaitent éviter, autant que possible, tout amalgame autour de ces thématiques bien précises.

Source : Reuters

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
11
8
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Vivaldi 4.1 : meilleure gestion des onglets et séquences de commandes personnalisées
Microsoft 365 : fin du support d'Internet Explorer 11 au 17 août
Google Maps proposera de vérifier l'affluence dans les transports en commun
Bon plan antivirus : protégez votre vie numérique avec cette offre de Bitdefender à prix jamais vu !
Le service de stockage prometteur Icedrive vous propose une offre séduisante à 4,17€ seulement !
Google Maps permet de détecter les zones à faibles émissions carbone dans Paris
Chrome OS : un caractère manquant dans le code crée un bug frustrant sur les Chromebook
Windows 11 : une nouvelle preview, des nouveautés et des correctifs
Microsoft déploie Edge 92 avec un testeur de mot de passe et une extension pour Outlook.com
L'offre de stockage en ligne Icedrive profite d'une belle promo à 4,17€
Haut de page