Google News Showcase : le géant met un milliard sur la table pour "de la presse de qualité"

02 octobre 2020 à 20h22
10

La filiale d'Alphabet entend verser cette somme à des éditeurs de presse en majorité européens, sur les trois prochaines années.

Google n'est pas en odeur de sainteté avec une partie de la presse française (et planétaire), qui lui reproche de ne pas respecter l'injonction délivrée par l'Autorité de la concurrence poussant le géant à respecter la directive européenne sur les droits d'auteur, dite « directive copyright ». En pleine tempête, la firme de Mountain View a annoncé, en fin de semaine, la création d'un nouvel outil, Google News Showcase, destiné à soutenir financièrement certains médias.

200 médias ont déjà répondu à l'appel de Google

L'outil, qui a déjà séduit plus de 200 médias du globe, est fonctionnel depuis le jeudi 1er octobre, en Allemagne où des accords ont été signés avec les groupes Der Spiegel, Stern et Die Ziet, et au Brésil. L'idée est de fournir aux médias participants l'outil Google News Showcase, qui doit leur permettre de mettre en avant les articles à forte valeur ajoutée.

Cette mise en avant de certains articles issus de certains médias est accompagnée d'un engagement financier de Google, qui paiera les éditeurs afin que, justement, ces derniers puissent continuer de créer des contenus de qualité, de façon à proposer « une expérience de presse en ligne différente », comme l'a indiqué le président-directeur général de Google et Alphabet, Sundar Pichai.

Ce soutien financier consiste en un fonds d'un milliard de dollars, une somme qui sera versée aux éditeurs clients de Google News Showcase sur les trois prochaines années, en l'échange d'une licence pour les contenus publiés. L'outil, lui, est d'abord disponible sur les plateformes Android, avant d'arriver plus tard sur celles d'Apple.

Ça coince encore avec la France

Avec la mise en avant et ce système de rémunération inédit pour Google, les sites et médias partenaires espèrent bien fédérer une audience supplémentaire, qui pourrait notamment développer le modèle freemium (une partie gratuite et l'autre payante), qui semble être l'une des pistes pouvant aider la presse à survivre en ligne.

Les médias, eux, devront adapter leur stratégie éditoriale pour se conformer aux exigences de l'outil Google News Showcase, qui n'entend propulser que des contenus « optimisés », ou « augmentés » pourrait-on dire.

Après l'Allemagne et le Brésil, l'outil devrait être disponible en Inde, en Belgique, aux Pays-Bas, au Canada, au Royaume-Uni, en Australie ou encore en Argentine, où des accords ont déjà été signés avec la firme américaine. En France, les choses sont évidemment plus compliquées. Pour l'heure, la presse hexagonale espère toujours obtenir une rémunération de la part de Google pour ses contenus qui soit fondée sur la directive copyright, que l'entreprise semble vouloir contourner.

Source : Les Echos

Modifié le 05/10/2020 à 09h10
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
10
10
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Tim Cook se plaint des fuites internes… dans une note confidentielle qui fuite elle aussi
Amazon n'est plus anti-cannabis, la plateforme en assure même le lobby aux US
GitLab va entrer en Bourse
Rachat d'edX : quel avenir pour la plateforme d'apprentissage à but non lucratif ?
Levée de fonds record pour la startup française Sorare spécialisée dans les NFT
Après celui de Jean Castex, le pass sanitaire d'Emmanuel Macron est dévoilé sur les réseaux sociaux
Sécurité informatique : les entreprises adoptent de plus en plus le stockage en ligne, mais la sauvegarde sur bandes résiste
Amazon bannit plus de 600 marques chinoises de sa plateforme
[MàJ] Après sa fusion avec OnePlus, OPPO va supprimer près de 20 % de ses effectifs
Altice rachète l'opérateur Coriolis Telecom
Haut de page