Google News Showcase : le géant met un milliard sur la table pour "de la presse de qualité"

05 octobre 2020 à 09h10
10
Google logo © Google

La filiale d'Alphabet entend verser cette somme à des éditeurs de presse en majorité européens, sur les trois prochaines années.

Google n'est pas en odeur de sainteté avec une partie de la presse française (et planétaire), qui lui reproche de ne pas respecter l'injonction délivrée par l'Autorité de la concurrence poussant le géant à respecter la directive européenne sur les droits d'auteur, dite « directive copyright ». En pleine tempête, la firme de Mountain View a annoncé, en fin de semaine, la création d'un nouvel outil, Google News Showcase, destiné à soutenir financièrement certains médias.

200 médias ont déjà répondu à l'appel de Google

L'outil, qui a déjà séduit plus de 200 médias du globe, est fonctionnel depuis le jeudi 1er octobre, en Allemagne où des accords ont été signés avec les groupes Der Spiegel, Stern et Die Ziet, et au Brésil. L'idée est de fournir aux médias participants l'outil Google News Showcase, qui doit leur permettre de mettre en avant les articles à forte valeur ajoutée.

Cette mise en avant de certains articles issus de certains médias est accompagnée d'un engagement financier de Google, qui paiera les éditeurs afin que, justement, ces derniers puissent continuer de créer des contenus de qualité, de façon à proposer « une expérience de presse en ligne différente », comme l'a indiqué le président-directeur général de Google et Alphabet, Sundar Pichai.

Ce soutien financier consiste en un fonds d'un milliard de dollars, une somme qui sera versée aux éditeurs clients de Google News Showcase sur les trois prochaines années, en l'échange d'une licence pour les contenus publiés. L'outil, lui, est d'abord disponible sur les plateformes Android, avant d'arriver plus tard sur celles d'Apple.

Ça coince encore avec la France

Avec la mise en avant et ce système de rémunération inédit pour Google, les sites et médias partenaires espèrent bien fédérer une audience supplémentaire, qui pourrait notamment développer le modèle freemium (une partie gratuite et l'autre payante), qui semble être l'une des pistes pouvant aider la presse à survivre en ligne.

Les médias, eux, devront adapter leur stratégie éditoriale pour se conformer aux exigences de l'outil Google News Showcase, qui n'entend propulser que des contenus « optimisés », ou « augmentés » pourrait-on dire.

Après l'Allemagne et le Brésil, l'outil devrait être disponible en Inde, en Belgique, aux Pays-Bas, au Canada, au Royaume-Uni, en Australie ou encore en Argentine, où des accords ont déjà été signés avec la firme américaine. En France, les choses sont évidemment plus compliquées. Pour l'heure, la presse hexagonale espère toujours obtenir une rémunération de la part de Google pour ses contenus qui soit fondée sur la directive copyright, que l'entreprise semble vouloir contourner.

Source : Les Echos

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
10
10
dvaid
Ya une place pour clubic ?
Adrift
Ah la propagande… on va en avoir toujours plus apparement…
trollkien
Ce qui serait (très) bien, c’est d’avoir un paramètre de filtre dans leur «&nbsp;ligne éditoriale&nbsp;» de google news, afin de masquer les liens de sites à abonnement, genre le monde, figaro etc…<br /> 2tant donné que pour la meme info on a de multiples sources identiques, ca serai plutot une belle avancée
Vanilla
En vrai avec 1 milliard de dollars, Google aurait très bien pu en acheter directement 200 des éditeurs de presse lol !!
quezako
D’accord, mais comment la presse vit, avec ce raisonnement ?<br /> À un moment, il faut bien payer, soit en s’abonnant, soit en regardant des pubs, soit en «&nbsp;vendant&nbsp;» nos données.<br /> Il faut penser à une consommation responsable, éthique et surtout équitable !<br /> Je suis personnellement prêt à payer un abonnement global qui rémunèrerait les sites au prorata des pages vues ou même du temps passé.<br /> Un peu comme YouTube Premium, qui rémunère les vidéastes au prorata du watchtime.
trollkien
Alors je ne suis pas contre votre raisonnement, mais qui n’a "rien à voir’ avec mon idée, dans le sens, que d’un côté il y a les gens qui s’abonnent, et les autres qui utilisent la presse «&nbsp;gratuite&nbsp;».<br /> Et pour ceux qui ne veulent utiliser que la presse gratuite, les liens vers les sites à abonnement c’est juste de la pollution visuelle (un peu comme cette marde de popup de cookie).
Pierre2
En France ? Comme d’habitude, dans 20 ans …<br /> (après les réunions des commissions et sous-commissions et sous-sous commissions et groupes de travail …)
blackdoor
Ca ne va pas plaire mais je me remettrai à payer du contenu quand les journalistes auront des devoirs et non seulement des droits. Je citerai par exemple l’omission volontaire d’une information importante pouvant changer la perception d’un article …Et aussi quand ils seront mis a égalité avec le reste de la population devant l’impôt sur le revenu.
quezako
Mais ils se payent comment, les sites de presse gratuite dont vous parlez ? Avec de la pub invasive ? Vous avez un exemple ?
trollkien
Je ne consulte que les sources d’informations qui relatent des faits, et non celles qui donnent leur opinion. facilement 80% de la presse francaise (surement mondiale) est dans ce cas, et cela ne m’intéresse pas.<br /> Mon (notre) opinion nous appartiens, ce n’est pas à des journaux ou à des polotiques ou des influenceurs de réfléchir pour nous.<br /> Maintenant si je veux «&nbsp;me marrer&nbsp;» un moment, je regarde une boucle BFM, et derrière je regarde une boucle RT france.
quezako
Vous n’avez pas répondu à ma question : ils se payent comment ?
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

La tablette pliante de Samsung arrive bientôt. Êtes-vous sensibles à ce genre d'avancée technologique ?
Moins de 150€ pour ce très bel écran gamer signé Acer
Microsoft et Unity s'associent dans le but de créer une infrastructure cloud pour les développeurs
À son tour, Google traîne Sonos en justice pour violation de brevets
Craquez pour le smartphone 5G Google Pixel 5 à son plus bas prix
ColorOS 13 arrive en bêta, découvrez la liste des smartphones compatibles
Faites des économies sur cet écran Philips de 27
Darty casse le prix de cet écran PC Lenovo 2K de 27
Vous ne pourrez bientôt plus synchroniser votre Fibit avec un PC ou un Mac
Starlink, l'internet par satellite est trop cher ? Le service divise son prix par deux en France
Haut de page