En France, les régulateurs de la pub perdent une bataille contre Apple

Guillaume Belfiore
Par Guillaume Belfiore, Rédacteur en chef adjoint.
Publié le 18 mars 2021 à 12h15
Apple App Store gb

Apple a gagné une première victoire juridique contre des organismes défendant les intérêts des annonceurs face à la mise en place des nouveaux outils de confidentialité prochainement embarqués au sein d'iOS.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'initiative d'Apple visant à replacer dans les mains des consommateurs la volonté ou non d'être pisté ne passe clairement pas inaperçue.

Les annonceurs français remis à leur place

En France, pas moins de quatre groupes défendant les intérêts des annonceurs ont ainsi lancé des poursuites à l'encontre de la société de Tim Cook. Les plaignants, IAB France, MMAF, SRI et UDECAM, ont souhaité empêcher la société de mettre en place le dispositif App Tracking Transparency.

Plus précisément, Reuters rapporte dans l'une de ses dernières dépêches qu'Apple avait été accusé de monopole en conservant la possibilité d'envoyer de la publicité ciblée tout en empêchant les autres d'accéder à l'IDFA, l'identifiant unique embarqué sur chaque smartphone.

Face à cette plainte, Isabelle de Silva, présidente de la haute autorité de la concurrence, a travaillé avec la CNIL, le régulateur français de la vie privée. Elle a alors décidé de rejeter cette plainte visant à suspendre l'implémentation de l'ATT.

L'ATT : pour la promotion de la RGPD

La haute autorité explique que la notification apparaissant à l'écran lorsqu'une application souhaite collecter des données personnelles était présentée de manière claire et objective tout en respectant la réglementation européenne de la vie privée.

Si Isabelle de Silva n'exclut pas une approche marketing de la vie privée avancée par Apple, elle affirme cependant : « Nous sommes liés par la réglementation RGPD et en tant que membre du système légal européen, je pense que tout le monde devrait le prendre en considération. »

Précédemment, afin de faire plier Apple, Facebook avait également lancé des actions contre la société en avançant des arguments similaires d'abus de position dominante. Le géant communautaire avait publiquement critiqué la stratégie d'Apple en avançant un soutien des PME souhaitant promouvoir leurs produits et services sur son réseau. Cependant, nous rapportions cette semaine que pour d'anciens employés de la société, cet argument était sans fondement.

De son côté, Google avait également affirmé que l'arrêt du pistage systématique pouvait poser un problème. Moins agressive, la firme de Mountain View souhaite travailler avec Apple pour optimiser les outils de confidentialité d'iOS.

Source : Reuters

Guillaume Belfiore
Par Guillaume Belfiore
Rédacteur en chef adjoint

Je suis rédacteur en chef adjoint de Clubic, et plus précisément, je suis responsable du développement éditorial sur la partie Logiciels et Services Web.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (3)
Pierre2

« Apple a gagné une première victoire », c’est pas comme s’il avait perdu une défaite ?

cirdan

Il me semble qu’une information importante n’est pas précisée dans l’article, c’est que l’affaire n’est pas jugée sur le fond. Apparemment ça n’est pas terminé.
« L’Autorité de la concurrence a cependant rajouté qu’elle allait poursuivre l’instruction sur le fond, afin de vérifier que l’ATT « ne peut être regardée comme une forme de discrimination, ou “self preferencing”, ce qui pourrait notamment être le cas si Apple appliquait, sans justification, des règles plus contraignantes aux opérateurs tiers que celles qu’elle s’applique à elle-même pour des opérations similaires ». »

wackyseb

Bien joué Apple. La victoire est parfaitement méritée.
Allez on continue et on met à genoux tout ce lobbying de la Pub.
On vire Google et on récupère nos données numériques.
On y croit les gars. Go go go