Données privées : la CNIL pointe un manque de transparence d'Apple

© Apple

Si Apple communique très largement sur les mesures de protection de vie privée au point d'en avoir créé un argument marketing, il semblerait cependant que les pratiques de la société manquent de transparence.

Politico a pu mettre la main sur un document confidentiel de plusieurs pages rédigé par la CNIL, la Commission nationale de l'informatique et des libertés. Au travers de ce rapport, il apparaît que les pratiques d'Apple ne respectent pas réellement les lois européennes.

Faites ce que je dis…

Depuis plusieurs années, Apple communique sur la sécurité de ses produits. Cela inclut macOS, le navigateur Safari et plus récemment, le système iOS avec l'introduction prochaine du mécanisme Application Tracking Transparency ou ATT.

La CNIL a salué les efforts d'Apple avec l'ATT retournant à l'utilisateur une pop-up claire et permettant à ce dernier de donner ou non son consentement lorsqu'un éditeur souhaite collecter des données personnelles . Cette transparence a suscité la colère de Facebook, mais également des annonceurs. En France les organismes IAB France, MMAF, SRI et UDECAM avaient lancé une plainte en affirmant qu'Apple se réservait le monopole d'envoyer de la publicité ciblée tout en empêchant les autres d'accéder à l'IDFA, l'identifiant unique embarqué sur chaque smartphone . Cependant, Apple a obtenu gain de cause.

Il n'en reste pas moins que les pratiques d'Apple restent opaques. Lorsque la firme de Tim Cook avait obligé les éditeurs à lister les données collectées, l'équipe de WhatsApp avait d'emblée invité Apple à en faire de même pour ses applications, et notamment iMessage . La société avait immédiatement publié ces informations sur l'App Store.

Concernant l'ATT, Apple semble également ne pas être conforme au RGPD.

La CNIL pointe officieusement les pratiques d'Apple

Selon la CNIL, Apple estime ne pas avoir à recueillir le consentement des utilisateurs pour traiter les informations personnelles sur sa propre plateforme publicitaire parce que la société ne met pas en place de pistage. Cette définition serait toutefois biaisée.

Pour la CNIL, la notion de pistage chez Apple n'inclut pas la lecture ou l'écriture de données sur le smartphone. Concrètement, cela ne concernerait donc pas l'usage de cookies. Or pour se conformer à la politique européenne, Apple devrait donc demander également le consentement de ses utilisateurs.

Dans cette affaire, la CNIL a un rôle purement consultatif auprès de l'autorité de protection des données. Une enquête a d'ailleurs été ouverte dans le cadre de la plainte de France Digitale. Si les observations de la CNIL sont confortées par la Haute Autorité de la Concurrence, Apple pourrait avoir des comptes à rendre à chacun de ses opposants, à moins d'imposer aussi le consentement à ses propres services.

Source : Politico

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
7
6
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

AMD : les spécifications des Radeon 6600 et 6000 XT ont fuité !
Revolut partenaire d’Elliptic pour proposer le retrait et le transfert de Bitcoin (BTC)
Call of Duty: Warzone : plus de 500 000 joueurs ont été bannis depuis le lancement du jeu
Google I/O 2021 : qu'attendre de la conférence de ce mardi 18 mai ?
Poco X3 Pro : chute de prix impressionnante sur l'excellent smartphone Xiaomi
Twitch annonce une baisse mondiale des prix sur les abonnements aux chaînes
Amazon attaque en justice les SMS d'arnaques transmis en son nom
Essai DS9 E-Tense 225 : la plus luxueuse des françaises, future star des ministères
Le gouvernement dévoile sa stratégie nationale pour le cloud avec un label de confiance
Si vous cherchez un VPN rapide, NordVPN affiche une réduction de 65%
Haut de page