Une loi pourrait obliger les géants du web à mettre plus de femmes à leur direction

Johan Gautreau
Expert objets connectés
17 septembre 2018 à 08h02
12
Drapeau USA

S'inspirant de modèles européens, la Californie souhaite prochainement adopter une loi obligeant les entreprises cotées du secteur de la tech à inclure plus de femmes au sein de leurs conseils d'administration.

C'est un fait : la tech est un secteur majoritairement masculin. Les grosses firmes américaines de la Silicon Valley sont très peu à avoir des femmes au sein de leurs conseils d'administration. L'Etat de Californie souhaite cependant changer cet état de fait en promulguant une loi imposant un quota minimum de femmes dans les conseils des entreprises cotées en bourse.

Un objectif de 40% d'ici 2021

Le projet de loi ressemble fortement à ce qui existe en France avec la loi Copé-Zimmermann. Lancé par les sénatrice Tony Atkins et Hannah-Beth Jackson, ce projet vise à éliminer - ou au moins diminuer - les écarts hommes/femmes au sein des entreprises de la Silicon Valley.

Il va cependant y avoir beaucoup de travail à effectuer : 26% des grandes entreprises cotées en Californie n'ont aucune femme au sein de leur conseil d'administration. Seulement 12% en comptent trois ou plus. Alphabet, la société-mère de Google, est particulièrement mauvaise élève avec seulement 18% de femmes. HP fait figure de tête de classe, disposant de 40% de représentantes féminines siégeant au sein de son conseil.

Mais ce sont les petites sociétés qui présentent le plus d'inégalités, 48% d'entre elles n'ayant pas une seule représentante féminine au sein de leur conseil d'administration. 8,4% ont trois sièges ou plus détenus par des femmes. Des chiffres qui montrent clairement que quelque chose doit être fait...

Des sanctions financières légères en cas de non-respect des quotas

La nouvelle loi prévoit qu'en cas de manquement au quota, des amendes de 100 000$ puis 300 000$ en cas de récidive seront infligées aux contrevenants. Si ces sommes sont clairement insuffisantes pour ébranler des géants comme Alphabet ou Facebook, elles devraient néanmoins faire réfléchir à deux fois les sociétés qui cherchent à bien se faire voir de leurs actionnaires.

Les cartes sont maintenant entre les mains de Jerry Brown, gouverneur démocrate de Californie. Il ne s'est pas encore exprimé sur le sujet, mais plusieurs lobbies influents dont la Chambre de Métiers ont fait connaitre leur opposition à ce projet de loi. D'autres observateurs craignent que ce quota n'arrange pas les choses dans le fond, arguant que les femmes choisies le seront non pour leurs compétences, mais juste pour rentrer dans les chiffres.

Affaire à suivre, donc.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
12
0
romu79
Faudra pas non plus oublier les noirs, les jaunes, les gros, les nains, les handicapés…
hiro92
Vouloir obliger des quotas en fonction du sexe, c’est justement être sexiste car mettre le sexe de l’individu en priorité de tout, et obliger à recruter en fonction du sexe. Le sexe ne devrait jamais être pris en compte et seules les compétences devraient compter.
Rambo_z_a_Clown
Sanctionner quand il y a discrimination manifeste devrait être la norme dans nos sociétés dites civilisées mais la discrimination positive et donc à base de quota c’est un non sens, limite un paradoxe. C’est comme se dire raciste contre les racistes.<br /> Si on impose le sexe ou autres critères avant les compétences on fonce droit dans le mur de l’arbitraire.<br /> Et on finit avec des aberrations comme des personnes mises à des postes sans qu'elles aient vraiment les capacités requises ou des phénomènes comme le changement de sexe ou de couleur incohérents de célèbres personnages de la pop-culture.
carinae
Hiro 92 —&gt; voila un vœux pieux. En plus des compétences il faudrait tenir compte aussi des intérêts de l’intéressé lui même et … de ceux qui sont en dessous au niveau hiérarchique … Mais bon dans un système ou l’assistanat devient monnaie courante … le système de quotas dont on parlait il y a 15 ans n’est plus si loin… Sans compter que la compétence n’est malheureusement pas toujours récompensée …<br /> Mokocchi --&gt; SJW ??? what is it ?
carinae
voila un vœux pieux. En plus des compétences il faudrait tenir compte aussi des intérêts de l’intéressé lui même et … de ceux qui sont en dessous au niveau hiérarchique … Mais bon dans un système ou l’assistanat devient monnaie courante … le système de quotas dont on parlait il y a 15 ans n’est plus si loin… Sans compter que la compétence n’est malheureusement pas toujours récompensée …
wackyseb
Allez c’est partie pour de la discrimination positive. A l’époque on a eu des femmes embauché au boulot dans la même métier que moi. Certaines par leurs compétences et d’autres pour le quota. Et bien je vous le donne en mille, celles (les pot de fleurs qui font joli mais ne servent à rien) qui avaient eu le poste grâce au quota ne servant vraiment à rien dans l’entreprise ont été viré après les 18 mois de CDD. Et les super CV qu’on a écarté sont partis chez la concurrence. SUPER, BRAVO, c’est intelligent.<br /> Donc bienvenus aux gros, nains, handicapé, réinsertion sortie de prison et autres gens de couleurs.<br /> Si je devait chercher du taf, je jouerais la carte homme bleu, barbu, chauve, transgenre en réinsertion professionnelle après burn-out de normalité. Et certainement handicapé mental, çà fait bien sur le CV il parait…!!!
thurim
Donc en gros, cela revient à dire que sans la protection de la loi, les femmes ne sont pas capables d’atteindre ce niveau de poste ? C’est plutot sexiste :-/
Rambo_z_a_Clown
Non ça veut surtout dire que trop d’obstacles non liés à leurs véritables compétences sont (ou seraient) mis sur leurs chemins, obstacles motivés par une forme plus ou moins larvée de sexisme dans ces milieux.
Cassios
SJW social justice warrior.<br /> Des gens qui, en croyant lutter contre les discriminations, sont utilisés pour stigmatiser des contestataires du Système (avec un grand S).<br /> Il leur arrive parfois de tomber sur le dos de vrais fachos mais ils topbent généralement sur toute contestation, argumentée ou pas.<br /> Des collabos qui s’ignorent d’une certaine manière.
Rumpelstiltskin
Personnellement dans les entreprises française on crie au racisme quand il y a que des français . Mais dans les kebab , vulco , ou le bat au noir , on voie jamais de français …
Rambo_z_a_Clown
J’espère que t’es au courant que depuis quelques décennies tout ce qui n’est pas blanc n’est pas forcément immigré (en règle ou sans-papier) ce qui fait que t’es mal placé pour juger uniquement à la vue (à la rigueur à l’oreille) si les employés des boites que tu cites sont systématiquement autre chose que des Français.<br /> C’est quoi une entreprise purement française en France ?<br /> Combien de multinationales ont des succursales en France avec des employés d’origines diverses et variées ?<br /> Pour finir je ne trouve pas si raciste ou communautariste le fait que dans un commerce qui propose des spécialités liées à un pays étranger la plupart des employés soient d’origine (typés) étrangère. C’est souvent tout ce qu’il leur reste pour gagner leur vie honnêtement.<br /> On pourrait réfléchir à est-ce qu’il faut imposer des quotas pour qu’il y ait un pourcentage minimal de descendant des Gaulois dans tous les restaurants indiens, chinois, thaïlandais, japonais, turques, tunisiens etc…
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Les manettes NES débarquent sur la Nintendo Switch, nostalgie assurée
Prix Ig-Nobel : quelles études loufoques ont été récompensées cette année ?
Conquête spatiale : la Chine peut-elle devancer la NASA ?
Musk : le siège de The Boring Company aura une tour de guet médiévale
Comment Apple enterre progressivement le 3D Touch ?
Comment régler les couleurs de son écran PC ?
4 techniques simples pour nettoyer son PC
Alimentation de 850 W pour le multi-GPU chez Corsair
USB Type-C : tout savoir sur la nouvelle norme USB
De Facebook... à Sexebook, réseau social coquin ?
Haut de page