Start-up : mieux que la Silicon Valley, les eaux internationales

18 mars 2013 à 17h08
0
Lancer sa société dans les eaux internationales, tel est le pari de la société Blueseed qui espère créer un incubateur de start-up sur un bateau, au large de San Francisco. Si l'objectif avoué des postulants est de travailler dans un écosystème stimulant, les arguments fiscaux et administratifs ne sont pas loin.

0104000005786202-photo-blueseed.jpg
Ce serait l'histoire d'un paquebot géant, à 30 minutes des côtes californiennes. Située dans les eaux internationales, cette île flottante baptisée Blueseed aurait pour vocation d'accueillir des start-up, bien loin donc de toutes contraintes juridiques et fiscales. L'incubateur est censé voir le jour d'ici le deuxième trimestre 2014 mais avant cela, il doit réussir à lever la coquette somme de 27 millions de dollars.

D'après le Los Angeles Times, les initiateurs du projet, Max Marty et Dario Mutabdzija, auraient déjà reçu l'accord de principe de près de 370 start-up, soit 1 200 entrepreneurs provenant en tout de 66 pays. Un quart provient des États-Unis, 10% d'Inde, 6% du Royaume-Uni et 2% de France, soit 8 projets. Parmi leurs motivations, « vivre et travailler dans un environnement pour start-up avec des espaces de travail pensés pour la technologie » arrive dans 55% des cas.

La deuxième motivation est la proximité avec les investisseurs de la Silicon Valley, dans 36% des cas. Vient ensuite la facilité à trouver des talents, qui motive 27% des aspirants. Enfin, un quart loue le côté « cool » et médiatique du projet, autant que ceux qui y voient un avantage réglementaire. Sur ce point, pour les start-up qui resteront plus de six mois, elles devront s'enregistrer auprès de l'État où Blueseed est déclaré : la société envisage les Bahamas ou les Îles Marshall... de quoi apprendre les rudiments de la défiscalisation.

Pour résider sur Blueseed, il en coûtera entre 900 et 2 300 euros de loyer par mois. Un prix que la jeune société met en balance avec le tarif moyen d'un studio à San Francisco, qu'elle évalue à 2 000 dollars. Un simple passeport sera nécessaire pour monter à bord, même si les résidents non américains devront passer par les États-Unis et obtenir un visa B1 (business) ou B2 (touriste), qui n'offrent pas le droit de travailler dans le pays, mais sont plus simples à obtenir qu'un visa de travail.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Voiture neuves : l’entourloupe de la fausse baisse des émissions de CO2
Windows 7 : il existe un hack pour obtenir les mise à jour de sécurité malgré la fin du support
Au cas où vous auriez 11 000€ en trop, le Mac Pro et son écran XDR seront disponibles le 10 décembre
Depuis la démocratisation des smartphones les gens ont plus d'accident dus à leur téléphone #SansDec
BMW profite de la sortie de son SUV pour montrer à Tesla ce qu'est un véhicule blindé
Sony : la PS5 sera remplacée plus rapidement que la PS4, une version Pro prévue pour 2023
L'arrivée du « premier contraceptif masculin » en 2020 ?
Certains MacBook Pro récents s'éteignent
L'iPhone 11 vous localise régulièrement, Apple s'en explique
ProCreate 5 est enfin disponible sur iPad ! On fait le tour des nouveautés principales

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top