TikTok : et les vidéos payantes débarquent ; comment ça marche et combien ça pourrait coûter ?

Samir Rahmoune
Publié le 07 mars 2023 à 17h00
© Shutterstock
© Shutterstock

TikTok met en place un nouveau moyen pour les créateurs de se faire rémunérer pour leurs contenus.

Les grandes plateformes s'arrachent les créateurs de contenus. Et pour attirer les meilleurs, la solution est simple : leur offrir une plus grosse enveloppe. YouTube a ainsi lancé l'offensive en septembre dernier, en offrant de partager les revenus publicitaires sur les Shorts. TikTok ne pouvait donc pas rester sans réponse. Aujourd'hui, on en apprend plus sur sa contre-attaque.

Dites bonjour à Series

Comment faire de l'argent sur TikTok ? C'est une question que se posent beaucoup d'auteurs de vidéos sur la plateforme la plus populaire de ces dernières années. Une question que le réseau social ne pouvait laisser sans réponse, alors que YouTube veut lui tailler des croupières avec son format Shorts.

C'est la raison pour laquelle TikTok annonce aujourd'hui la création d'une nouvelle fonctionnalité, du nom de « Series ». Elle permettra non seulement aux créateurs de produire des vidéos qui pourront être deux fois plus longues, et atteindre les 20 minutes, mais aussi d'imposer un paywall aux vidéos intégrées dans Series.

Il ne sera ainsi pas possible d'avoir accès gratuitement aux vidéos incluses dans une « Series », dont chaque collection pourra comprendre jusqu'à 80 vidéos. Ces dernières ne seront disponibles qu'après un paiement unique, dont le prix, pouvant aller de 0,99 à 189,99 dollars, sera décidé par le créateur.

Tout pour les créateurs… pour le moment

Liberté est ainsi laissée aux tiktokeurs de trouver le tarif qui « reflète le mieux la valeur de leur contenu ». Et la fonctionnalité pourrait d'autant plus aider les créateurs et répondre aux critiques faites sur la monétisation au sein du réseau que, « pour une durée limitée », l'ensemble des revenus générés par les vidéos seront reversés à leur producteur. Une façon aussi de narguer YouTube, dont seulement 45 % des revenus issus des Shorts sont distribués aux youtubeurs.

Mais évidemment, la popularité de Series sera en rapport avec ce que le public est prêt à payer pour visionner des vidéos qu'il est habitué à regarder gratuitement. Dans tous les cas, le déploiement de cette option se fera progressivement dans les mois à venir. Pour le moment, seuls quelques créateurs peuvent proposer du contenu exclusif de ce genre.

Samir Rahmoune
Par Samir Rahmoune

Journaliste tech, spécialisé dans l'impact des hautes technologies sur les relations internationales. Je suis passionné par toutes les nouveautés dans le domaine (Blockchain, IA, quantique...), les questions énergétiques, et l'astronomie. Souvent un pied en Asie, et toujours prêt à enfiler les gants.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !

A découvrir en vidéo

Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (6)
ayaredone

Bah si certains sont prêts à payer, grand bien leur fasse

xXInfernoXx

s’ils s’y mettent tous , ils pourront couler ensemble dans la joie et la bonne humeur

trollkien

TikTok veut surement récupérer les « superproductions » et la clientèle de OnlyFans, qui ne sers que pour le prOn au rabais…

GRITI

J’espère que les mineurs qui sont accros seront protégés de ces dépenses qui plieront coûter cher si c’est prélevé via le forfait de téléphone. Je me demande comment tout cela va fonctionner.

Proutie66

QU’ils paient. Ca fera un peu de ménage.

jcc137

Partant du principe que ces « shorts » (anglissime en bois !), enfin ces mini-vidéos sont quasiment imposées comme une pub, du moins sur FB (chez eux ce sont des « réels »…), et que c’est juste une pointe de curiosité qui l’emporte pour les visionner, alors, si elles sont payantes, j’aurais pour ma part la bonne excuse de les zapper.