À Londres ces nouveaux tram-bus électriques se rechargent vraiment très (très) rapidement

Nathan Le Gohlisse
Spécialiste Hardware
11 novembre 2022 à 12h50
26
Bus Londres électrique © © Electrek
© Transport for London (TfL) via Electrek

La ville de Londres et son réseau de transport vont bientôt pouvoir compter sur une nouvelle flotte de bus électriques, dévoilée cette semaine par le TfL (Transport for London). D'ici quelques mois, un total de 20 tram-bus commenceront à arpenter les routes de la capitale britannique.

Comme le précise le site spécialisé Electrek, ces 20 tram-bus électriques, qui intégreront dès 2023 le nouveau réseau de transport « propre » de la ville de Londres, ont été acquis par Go Ahead, la principale société de transport londonienne. Ils sont fabriqués par l'Espagnol Irizar, spécialiste dans la mobilité verte, qui livre ici sa première commande pour un réseau de transport au Royaume-Uni.

Une recharge rapide, vraiment rapide

Qui dit électrique, dit aussi temps de recharge. Pour ces tram-bus (bus à haut niveau de service) de 12 mètres de long, la question sera en l'occurrence vite réglée puisqu'ils pourront faire le plein d'énergie en tout juste 10 minutes au total, et ce, à l'aide d'un dispositif spécial. Dans un communiqué publié le 2 novembre dernier, Irizar en dit un peu plus.

« Ils seront rechargés entre les trajets à l'aide de deux systèmes de charge rapide à pantographe inversé installés aux stations de bus de Crystal Palace et Orpington. Cela permettra aux bus d'être rechargés en moins de cinq minutes et d'effectuer le service requis sans effort. Une fois le trajet terminé, la charge des bus sera [rapidement finalisée] à l'aide des chargeurs du dépôt », explique le constructeur ibérique.

Bus Londres électrique 2 © © Irizar via Electrek
Photo du dispositif de charge rapide employé par les bus d'Irizar. © Irizar via Electrek

Les bus londoniens sans émissions d'ici à 2034

À l'intérieur de ces bus, un niveau d'équipement appréciable pour les usagers : points de recharge USB pour appareils électroniques, connexion Wi-Fi, boutons de commande en braille, emplacements à bagages et sièges confortables.

Le TfL précise que ces nouveaux bus électriques à recharge rapide seront déployés dans un premier temps sur la ligne 358, reliant les stations de Crystal Palace et d'Orpington. Cette dernière fera office de ligne pilote. Si les premiers retours sont bons, ces nouveaux tram-bus pourront intégrer en plus grand nombre le transport londonien et être employés sur plus de lignes. Actuellement, la ville de Londres dénombre déjà près de 850 bus électriques.

Comme le rappelle Electrek, le TfL s'est engagé à mettre en place une flotte de bus à émissions nulles d'ici 2034. Sous réserve de financements supplémentaires, l'organisme a par ailleurs fait savoir qu'il pourrait avancer cet objectif à 2030.

Sources : Electrek, Irizar

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
26
17
serged
Chez nous, les trams sont alimentés par caténaire directement.<br /> Quant aux bus, il existe aussi des « trolleys » https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/9f/Irisbus_Cristalis_ETB18_C3_Lyon_TCL.JPG/800px-Irisbus_Cristalis_ETB18_C3_Lyon_TCL.JPG
gemini7
Londres, une des villes les plus animées, ce bus et ses petits avantages, Wifi, port USB, place pour les bagages et sièges confortables, que demander de plus ?
Goodbye
Deja me cas en Suisse depuis plusieurs années ces bus deviennent simplement la norme
pjc
Je vous signale qu’il y a les mêmes IRIZAR IE-TRAM depuis presque 3 ans à Amiens et à Bayonne/Anglet/Biarritz, des articulés de 18.75 mètres.<br /> Aix en Provence en a aussi, mais des 12 mètres en mode recharge nocturne. (mode ‹ overnight ›)<br /> Je vous invite à vous renseigner plus avant sur les nombreux problèmes de fiabilité rencontrés sur ces bus, surtout ceux en mode ‹ opportunity › (recharges rapides au terminus)<br /> ici, par France Bleu et France 3 – 10 Feb 21<br /> Bus électriques à l'arrêt à Amiens : "On ne nous avait pas dit qu'ils ne...<br /> Alain Gest, le président d'Amiens Métropole, préfère ironiser après l'arrêt de la quasi-totalité des bus électriques Nemo à cause de la vague de froid. Ce mardi, seuls 6 des 43 bus ont pu circuler sur le réseau Ametis.<br />
pjc
Et précisons qu’une charge de 3 à 6 minutes, ne rechargera que la consommation du dernier trajet qui représente entre 10 et 30%, suivant le trajet et les conditions diverses (fréquentation, encombrements, climatisation, …)<br /> Et faut-il encore que la charge prenne du premier coup et sans caprices, comme c’est régulièrement le cas et qui est le défaut le plus récurrent de ce bus.
JohnLemon
12m de long c’est un gabarit midibus utilisé généralement sur les petites lignes loin en périphérie ou les villes de moins de 30.000 habitants. On ne va pas aller loin en terme de Haut niveau de service avec ça. x)<br /> J’attends de voir une recharge aussi rapide sur des bus triple caisse comme ceux des lignes BHNS de Nantes ou Metz.
keyplus
chez moi( et ailleurs en France et en europe) avant annee 50 il y vaient des bus électriques( trolleybus) ils les ont supprimés pour les remplacer par bus diesel mega bruyant<br /> faut pas chercher à comprendre nos technocrate
MattS32
serged:<br /> Quant aux bus, il existe aussi des « trolleys »<br /> Les trolleys ont pas mal de défauts par rapport au bus électriques à batterie : plus sensible aux intempéries (vent et neige qui peuvent endommager les caténaires), plus de risques de coupure accidentelle, pollution visuelle des câbles, et surtout, tracé des lignes contraint, il n’est pas possible de modifier facilement le tracé.<br /> Par contre, les trolleys ont sans doute un bien meilleur impact environnemental global, non seulement ils polluent bien moins à la fabrication, mais en plus ils polluent sans doute aussi moins à l’usage (plus légers et meilleur rendement).
merotic
IRIZAR à Amiens a fait les titres l’hiver dernier : la flotte était quasiment en panne alors que l’hiver n’avait pas été froid.<br /> Et les articles que je viens de lire montrent que les défauts ne cessent de se révéler à tel point que cette ville a du réintroduire d’urgence des anciens bus à essence.<br /> Ce n’est pas au point mais ils osent passer à une autre puissance : il y aura de beaux incendies cet hiver à Londres.
hogs
Inauguré à Genève en 2017 et en service depuis 2018 sur une ligne desservant l’aéroport.<br /> Le but est d’augmenter le nombre de passager transporté en ne transportant qu’un pack de batterie réduits au strict minimum. En contrepartie il y a électrification des arrêts.<br /> La consommation est réduite d’env 10% pour une augmentation des passagers de 15% - 30% !!<br /> Pour ceux que des données chiffrées intéressent: Voyage inaugural sur la ligne 23: la technologie TOSA prend la route ! | ge.ch<br /> PS: il s’agit du bus de gabarit standard articulé
Martin_Penwald
Je ne comprends pas l’appellation ”tram” de ces engins. Ce sont des bus comme il en existe partout ailleurs. Ça pue le marketing à 2 balles.
MattS32
C’est les bus à haute qualité de service qui sont parfois appelés tram-bus, parce qu’ils circulent en site propre (voie dédiée).<br /> Mais c’est effectivement un abus de langage, un vrai tram-bus c’est un véhicule capable de circuler sur des rails ou sur route.
Martin_Penwald
À Dunkerque, on appelle ça des bus. Les lignes Chrono C1 à C5 utilisent en partie des voies dédiées, c’est jamais venu à l’idée de quiconque de parler de tramway pour les désigner.
Nmut
Ils existent toujours, il y en a à Lyon, à Limoges ou à Nancy, et probablement dans d’autres villes que je ne connais pas…
serged
À modérer : Les trolley (ou les trams), aujourd’hui ont une certaine autonomie :<br /> Ils peuvent circuler (sur des petits tronçons) sans caténaire : Néanmoins, ils doivent avoir des batteries plus petites que les cars autonomes !
MattS32
Oui, c’est une batterie tampon qui permet de rouler un peu hors de la ligne, par exemple pour contourner des travaux/accidents ou pour aller se garer en cas de panne d’alimentation. Et elle permet peut-être aussi de faciliter la gestion de la récupération d’énergie au freinage, puisque du coup ça se gère « localement » dans le trolley, sans avoir à réinjecter l’énergie dans le réseau.<br /> Mais ça n’a quand même pas la souplesse des bus thermiques ou à batterie dont on peut redessiner complètement le trajet du jour au lendemain sans travaux particulier.
zoup01
il existe une solution plus rationnelle, plus fiable, plus économique à terme , moins dispendieuse en énergie et en matière première et moins polluante : le trolleybus .<br /> certes, les caténaires, c’est pas très joli, mais cette manie de vouloir mettre des batteries polluantes à construire ,couteuse en matériaux , nettement moins durable et moins fiables partout est juste aberrante.
Bombing_Basta
Ils parlent de problèmes de chauffage (pompe à chaleur) et de freinage (pneumatique) liés au froid dans ton lien, pas de la propulsion électrique.
pjc
Les problèmes de recharge sont plus que récurrents, et à Bayonne aussi.<br /> Tous les bus d’Amiens et de Bayonne doivent retourner à l’usine pour révision et modifications en profondeur. TOUS ! Irizar a loué des bus thermiques pour les prêter en compensation<br /> Et il n’est pas encore démontré qu’ils vont parvenir à résoudre ces problèmes.<br /> Chercher dans l’historique de cette page<br /> Redirecting....<br /> Bayonne:<br /> SudOuest.fr<br /> Transport en commun sur le BAB : pourquoi la ligne T1 circule avec des...<br /> Depuis janvier 2022, les usagers de la ligne 1 empruntent régulièrement des bus articulés. Irizar, société espagnole à qui l’on doit le Trambus, assure actuellement la révision des véhicules pour en améliorer les performances<br />
Martin_Penwald
Zut, ça marche pas.
Martin_Penwald
Alors, en effet, j’ai lu l’article, et il n’y a pas de rapport entre les problèmes de ces bus et le fait qu’ils soient électriques.<br /> Déjà, une vague de froid à Amiens, c’est une chaude journée d’hiver dans un pays nordique. Le fait que le circuit pneumatique ait gelé laisse supposer soit un défaut de conception qui n’a rien à voir avec le fait que le bus soit électrique ou thermique, soit un défaut d’entretien par l’exploitant. Chez nous, on met un peu de méthanol au début de l’hiver dans l’évaporateur du système pneumatique pour éviter que de l’eau stagne et gèle dans le circuit.<br /> Et en ce qui concerne la pompe à chaleur, j’ai lu qu’en-dessous de -10°, ça ne marchait en effet plus très bien, mais quand on achète ce type de matériel, on se renseigne un peu, non ?
Bombing_Basta
Je te disais juste que ton lien, sensé montrer le problème des « véhicules électriques » ne montrait aucun problème en rapport avec la propulsion électrique…<br /> Idem avec le second d’ailleurs, un problème de recharge rapide, c’est vaste, sans plus de détail on ne sait pas ce qui est en cause.<br /> Les batteries?<br /> L’électronique dans le bus?<br /> La station elle-même (oui ils parlent d’UNE station, y’en a qu’une ?, si y’en a d’autres et que seule celle-là pose problème alors clairement ça vient pas des bus…)
cpicchio
Que demander de plus ?<br /> Des métros qui fonctionnent correctement car à comparer, la RATP, c’est largement mieux.
pjc
Un détail en passant : Je roule 1 jour sur 2 avec ce bus, et je pense savoir de quoi le parle. <br /> Quand le bus me fait la journée sans caprices de recharge, je fais une croix rouge sur mon agenda.<br /> Tantôt à tel terminus; il faut le monter, à tel autre terminus, il faut le descendre, tantôt remonter le panto 3x de suite… Parfois, il ne prend la charge que d’un seul côté de la ligne, mais pour le bus suivant c’est OK, ou bien encore l’inverse… Il n’y a pas de règle, c’est au feeling pour chacun des bus.<br /> Sinon, une fois chargé, il est très agréable à conduire, comme tous les bus électriques !<br /> Silence et puissance linéaire.
philouze
ça sent la boite qui a découvert le pantographe avec son projet. Alstom ou siemens avaient ça sur étagère, éprouvé depuis près d’un siècle, dommage…<br /> " existe une solution plus rationnelle, plus fiable, plus économique à terme , moins dispendieuse en énergie et en matière première et moins polluante : le trolleybus .<br /> de Zoup : « certes, les caténaires, c’est pas très joli, mais cette manie de vouloir mettre des batteries polluantes à construire ,couteuse en matériaux , nettement moins durable et moins fiables partout est juste aberrante. »<br /> Une ligne de caténaire c’est à la fois moche ET super cher (en investissement) , l’autre solution c’est par le sol comme à Bordeaux, encore plus cher.<br /> Dans les deux cas, en lissant l’investissement, c’est probablement plus rentable que la batterie.<br /> Mais l’énorme avantage de la batterie, c’est que tu payes et ça démarre le lendemain, et tu peux faire évoluer le réseau à volonté.<br /> La catainaire ou le CPS, t’as des chances d’achever ta mandature (et de te faire critiquer pour le chantier) avant que ça démarre.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

CCleaner se met à jour et s'attaque un peu plus à Windows 11
Forfait mobile : voici sans doute la meilleure offre du moment (100 Go + 1 mois gratuit)
Droit à l'oubli : l'UE vous donne le droit de faire supprimer de fausses informations sur Google
Box Internet : la Freebox a moitié prix la première année (avec TV by Canal inclus)
Le smartphone Xiaomi POCO X3 perd 110 € au compteur chez Cdiscount
Intel : quand vont arriver les nouveaux processeurs pour ordinateurs portables ?
Pixel Fold, découvrez le premier smartphone pliant de Google en image
100 W ! La recharge sans-fil et rapide va se démocratiser, et pas que pour les smartphones
Google fusionne les équipes qui travaillent sur Maps et Waze, qu'est-ce que ça va changer ?
Cdiscount brade l'unité centrale Lenovo Ideacentre G5 et sa RTX 3060 12 Go
Haut de page