Tesla poursuivi en justice pour un accident mortel supposément provoqué par l'Autopilot

Bastien Contreras Contributeur
03 mai 2019 à 10h36
0
Tesla autopilot

Un peu plus d'un an après le décès de Walter Huang au volant de sa Tesla Model X, sa famille intente un procès à Tesla, ainsi qu'à l'État de Californie. Selon les plaignants, la responsabilité de l'entreprise américaine serait engagée car son système de pilotage automatique aurait affiché des défaillances, aux conséquences funestes. Des accusations rejetées par la société d'Elon Musk.

Le 23 mars 2018, Walter Huang, un ingénieur américain, circule sur une autoroute californienne, à bord d'une Tesla Model X. Il est alors victime d'un accident, sa voiture heurtant le terre-plein central à grande vitesse. Il succombera un peu plus tard à ses blessures.

L'Autopilot aurait commis de graves erreurs

Un an plus tard, la famille du défunt a décidé de poursuivre Tesla en justice. Elle reproche notamment à l'Autopilot d'avoir mal interprété le marquage au sol, de n'avoir pas su détecter la glissière en béton et d'avoir accéléré plutôt que freiné à l'approche de l'obstacle. Le département des transports de Californie est également cité dans la plainte, pour n'avoir pas remplacé un dispositif sur le terre-plein censé atténuer les chocs, qui manquait depuis un accident antérieur.

À en croire un des avocats de la famille Huang, un des objectifs de ce procès est de « s'assurer que la technologie derrière les voitures semi-autonomes est sûre, avant de la déployer sur les routes ». Un autre représentant des plaignants a par ailleurs résumé les griefs à l'encontre de l'entreprise d'Elon Musk : « Mme Huang a perdu son mari, et deux enfants ont perdu leur père, parce que Tesla bêta-teste son Autopilot sur des conducteurs en conditions réelles. »



Tesla pointe du doigt l'absence des mains sur le volant

Du côté du constructeur américain, on adopte bien sûr un autre point de vue. Si la société a refusé de commenter le procès à venir, elle avait réagi peu de temps après l'accident. Dès le 30 mars 2018, elle avait publié un post sur son blog, indiquant que le conducteur avait été alerté à plusieurs reprises et qu'il n'avait pas les mains sur le volant avant la collision. Un commentaire qui avait alors provoqué l'ire du Conseil national de la sécurité des transports des États-Unis, qui commençait alors son enquête. Ce qui n'avait pas empêché Tesla de réitérer quelques semaines plus tard, insistant sur l'imprudence de Walter Huang.

Quant à l'enquête officielle, elle a effectivement noté que le conducteur avait été alerté plusieurs fois, de façon visuelle et auditive. Malgré ces invitations, les mains de Walter Huang n'auraient été détectées sur le volant que 34 secondes dans la minute précédant l'accident. Mais le rapport a également révélé que la voiture n'avait pas freiné et qu'elle avait accéléré avant la collision (de 100 à 114 km/h).

Ce sera à présent aux jurés de déterminer la répartition des responsabilités, dans un procès qui pourrait faire date dans le développement des voitures autonomes ou semi-autonomes.

Source : TechCrunch
Modifié le 14/05/2019 à 13h22
59 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Voiture neuves : l’entourloupe de la fausse baisse des émissions de CO2
Voitures électriques : au Q3 2019, les ventes mondiales ont chuté de 10 %
Fini le réseau cuivré, Orange veut passer au 100 % fibre à partir de 2023
Recyclage, consommation et énergie, la technologie est-elle un problème... ou une solution ?
Taxe GAFA : les USA prêts à taxer les produits français jusqu'à... 100 %
Apple renouvellerait ses iPhone deux fois par an à partir de 2021, et c’est une très mauvaise idée
D'après Porsche, sa Taycan électrique lui attirerait les clients de Tesla
L'Escobar Fold 1 : un smartphone pliable à 349 dollars par le frère de Pablo Escobar
Radars tronçons : le ministère de l'Intérieur mis en demeure par la CNIL
La Banque de France va tester une monnaie numérique nationale en 2020

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top