Des constructeurs automobiles européens alertent sur les risques d'un Brexit No-Deal

Mathieu Grumiaux Contributeur
23 septembre 2019 à 15h15
0
Usine automobile

Les constructeurs automobiles mondiaux s'inquiètent du retour des droits de douane entre l'Union européenne et le Royaume-Uni, qui pourraient leur coûter 5,7 milliards d'euros par an. En effet, plus d'1,5 million de véhicules sont produits sur le sol britannique chaque année.

La date butoir du 31 octobre approche à grands pas et Boris Johnson, le Premier ministre britannique, semble décidé à quitter l'Union européenne, même si aucun accord entre les deux parties n'est conclu.

Un No-Deal serait un cataclysme pour l'industrie automobile mondiale

Cette situation catastrophique effraie, en premier lieu, les constructeurs automobiles internationaux. En effet, l'association européenne des constructeurs automobiles (ACEA), l'organisme européen des fournisseurs (CLEPA) et 17 groupes nationaux ont publié un communiqué s'alarmant d'un Brexit sans accord pour une industrie employant des centaines de milliers de personnes dans le pays et 13,8 millions de salariés dans l'ensemble des pays européens.

« Le départ du Royaume-Uni de l'UE sans un accord déclencherait un changement sismique des conditions commerciales, avec des milliards d'euros de droits de douane, menaçant d'avoir un impact sur le choix et l'accessibilité financière des consommateurs des deux côtés de la Manche », expliquent les différentes associations.

Ces droits de douane rétablis au lendemain du Brexit pourraient coûter 5,7 milliards d'euros par an aux constructeurs, un tarif qui serait répercuté sur le prix final de chaque véhicule vendu dans les pays de l'Union Européenne.

Les sociétés japonaises, inquiètes, menacent de quitter la Grande-Bretagne en cas de Brexit dur

Les constructeurs japonais sont les plus inquiets par rapport au No-Deal envisagé par Boris Johnson. Et pour cause, parmi les 1,5 millions de véhicules produits sur le sol britannique, la moitié provient des sociétés japonaises Nissan, Toyota et Honda, qui depuis 40 ans ont investi massivement en Grande-Bretagne pour toucher le marché européen.

« Si ces conditions changent radicalement et empêchent les entreprises de s'adapter, elles devront examiner très attentivement la manière dont elles poursuivront leurs activités ici au Royaume-Uni », prévient l'ambassadeur du Japon à Londres, Koji Tsuruoka.

L'état d'esprit des sociétés japonaises ne semblent pas pour autant inquiéter outre mesure le gouvernement britannique. Lors d'une visite à Tokyo, la ministre britannique du Commerce, Liz Truss a indiqué que son pays « est prêt à commercer » avec le Japon.

Reste à connaitre les contours de ces possibles nouveaux accords et si la Grande-Bretagne va sortir ou non de l'Union européenne par la voie de la négociation.

Source : Auto News
Modifié le 23/09/2019 à 15h25
23 réponses
13 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le réchauffement climatique s’est encore accentué depuis 2015
Netflix menace les partages de compte entre amis
Le fichier des véhicules assurés entre en vigueur, et les forces de l'ordre comptent bien l'utiliser
Un important site de contenus pédophiles tombe : 300 arrestations dans 38 pays
L'armée américaine n'utilisera plus d'antiques disquettes pour coordonner ses frappes nucléaires
Blocage du porno au Royaume-Uni : c'est la débandade
Le navigateur Brave atteint les huit millions d'utilisateurs
Du code malveillant utilise un format audio pour éviter les antivirus
Lime officialise le retrait de sa flotte de trottinettes électriques à Marseille
M6, France Télévision et TF1 engagent un triple Salto... pour espérer retomber sur leurs pieds

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top