L'Anses confirme l'impact du trafic automobile sur la santé et invite à promouvoir l'électromobilité

19 juillet 2019 à 09h55
0
pollution-pot-échappement.png
(Crédits : Pixabay)

Alertée par les données en sa possession, l'Anses appelle les pouvoirs publics à poursuivre les efforts en matière de réduction de la pollution de l'air ambiant et présente quelques recommandations.

L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) a publié, mardi 16 juillet, les résultats de son expertise relative aux particules de l'air ambiant. L'établissement public s'est basé sur des résultats et lectures scientifiques pour déterminer, « avec des niveaux de preuve forts », les effets sur la santé causé par certaines composantes des particules de l'air ambiant dont le carbone suie, le carbone organique et les particules ultrafines. L'Agence présente ainsi ses constats et solutions.

Sur les composés et taille des particules de l'air ambiant : les dangereuses conséquences des particules ultrafines et du carbone suie

Au terme de son expertise, forte de 160 études parues depuis le rapport Review of evidence on health aspects of air pollution de l'OMS en 2013, et en passant en revue les documents scientifiques existant sur le sujet depuis cette date, l'agence attribue au carbone suie, carbone organique et aux particules ultrafines de taille nanométrique le plus fort effet néfaste sur la santé, avec des atteintes respiratoires cardiovasculaires, ainsi que des décès anticipés.

Le carbone suie et les particules ultrafines auraient aussi des conséquences sur le développement des performances cognitives de l'enfant. Le carbone suie serait une cause par ailleurs du faible poids de naissance. L'Anses retient tout de même que le corpus d'études demeure limité sur ce sujet.

Enfin, des preuves modérées tendent à montrer que les aérosols inorganiques secondaires (qui comprennent de l'ammonium, du sulfate et du nitrate), les métaux de transition (fer, zinc, nickel, cuivre et vanadium), la silice et les endotoxines causent des soucis respiratoire et cardiovasculaire et des décès anticipés.

trafic et pollution
(Crédits : Shutterstock.com)

Concernant les sources des particules de l'air ambiant : les émissions issues du trafic routier sont réellement nocives

Pour l'Anses, « les preuves d'effets néfastes sur la santé liés à l'exposition aux émissions issues du trafic routier sont fortes ». Encore une fois, le carbone suie, mais aussi les particules PM2,5 (dont le diamètre est inférieur à 2,5 micromètres), les poussières de route et les particules d'échappement Diesel viennent renforcer le lien avec des problèmes respiratoires, cardiovasculaires et les décès anticipés. Les effets sont plus modérés sur la santé neurologique et la santé périnatale.

L'Anses est en mesure de confirmer que les émissions causées par le trafic routier, les produits pétroliers et de biomasse, et la combustion de charbon ont bien des répercussions sur la santé.

L'Anses milite pour la diminution du trafic routier et le développement de technologies automobiles plus propres

Forte de ces accablantes conclusions, l'Agence appelle les pouvoirs publics à adopter de nouvelles politiques concernant l'air en réduisant la pollution de l'air ambiant et en agissant sur les sources principales d'émission, que l'humain a la capacité de maîtriser. L'Anses évoque ainsi une diminution indispensable du trafic routier, de la combustion de charbon, des produits pétroliers et de biomasse et la réduction de l'exposition aux poussières de désert.

Concernant le trafic routier, l'Agence croit que les évolutions futures des technologies du secteur automobile « permettront une diminution plus ou moins marquée de la pollution de l'air ambiant », sans pour autant résoudre les problèmes. La diminution du trafic devra donc être au moins accompagnée d'une baisse de la consommation énergétique et du développement des modes de mobilité.

Enfin, l'Anses souhaite la poursuite des efforts pour mener des recherches sur les effets sur la santé que peuvent avoir des particules nocives issues des secteurs de l'agriculture, du transport maritime ou de l'activité aéroportuaire, regrettant le peu de données actuellement disponible sur ces pans.

Source : Anses
Modifié le 19/07/2019 à 11h24
27
21
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Amazon : des hackers auraient réussi à contourner la double authentification
Contenus racistes et haineux : LEGO retire à son tour ses publicités des réseaux sociaux
LDLC : l'e-commerçant high tech Lyonnais annonce officiellement la semaine de 32 heures dès 2021
53 millions de tonnes de déchets électroniques en 2019, un record pas très glorieux
Malgré le coronavirus, Tesla sauve les meubles au second trimestre 2020 avec plus de 90 000 livraisons
Airbus officialise la suppression de 5 000 emplois en France, 15 000 au total
Windows : le futur design du menu démarrer montre ses variantes
Les jeux PS5 et Xbox Series X plus onéreux que sur les consoles actuelles ?
PlayStation suspend temporairement ses publicités sur Facebook et Instagram
Crysis Remastered revient en vidéo et annonce déjà son report
scroll top