L'Anses confirme l'impact du trafic automobile sur la santé et invite à promouvoir l'électromobilité

Alexandre Boero Contributeur
19 juillet 2019 à 09h55
0
pollution-pot-échappement.png
(Crédits : Pixabay)

Alertée par les données en sa possession, l'Anses appelle les pouvoirs publics à poursuivre les efforts en matière de réduction de la pollution de l'air ambiant et présente quelques recommandations.

L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) a publié, mardi 16 juillet, les résultats de son expertise relative aux particules de l'air ambiant. L'établissement public s'est basé sur des résultats et lectures scientifiques pour déterminer, « avec des niveaux de preuve forts », les effets sur la santé causé par certaines composantes des particules de l'air ambiant dont le carbone suie, le carbone organique et les particules ultrafines. L'Agence présente ainsi ses constats et solutions.

Sur les composés et taille des particules de l'air ambiant : les dangereuses conséquences des particules ultrafines et du carbone suie


Au terme de son expertise, forte de 160 études parues depuis le rapport Review of evidence on health aspects of air pollution de l'OMS en 2013, et en passant en revue les documents scientifiques existant sur le sujet depuis cette date, l'agence attribue au carbone suie, carbone organique et aux particules ultrafines de taille nanométrique le plus fort effet néfaste sur la santé, avec des atteintes respiratoires cardiovasculaires, ainsi que des décès anticipés.

Le carbone suie et les particules ultrafines auraient aussi des conséquences sur le développement des performances cognitives de l'enfant. Le carbone suie serait une cause par ailleurs du faible poids de naissance. L'Anses retient tout de même que le corpus d'études demeure limité sur ce sujet.

Enfin, des preuves modérées tendent à montrer que les aérosols inorganiques secondaires (qui comprennent de l'ammonium, du sulfate et du nitrate), les métaux de transition (fer, zinc, nickel, cuivre et vanadium), la silice et les endotoxines causent des soucis respiratoire et cardiovasculaire et des décès anticipés.

trafic et pollution
(Crédits : Shutterstock.com)

Concernant les sources des particules de l'air ambiant : les émissions issues du trafic routier sont réellement nocives


Pour l'Anses, « les preuves d'effets néfastes sur la santé liés à l'exposition aux émissions issues du trafic routier sont fortes ». Encore une fois, le carbone suie, mais aussi les particules PM2,5 (dont le diamètre est inférieur à 2,5 micromètres), les poussières de route et les particules d'échappement Diesel viennent renforcer le lien avec des problèmes respiratoires, cardiovasculaires et les décès anticipés. Les effets sont plus modérés sur la santé neurologique et la santé périnatale.

L'Anses est en mesure de confirmer que les émissions causées par le trafic routier, les produits pétroliers et de biomasse, et la combustion de charbon ont bien des répercussions sur la santé.

L'Anses milite pour la diminution du trafic routier et le développement de technologies automobiles plus propres


Forte de ces accablantes conclusions, l'Agence appelle les pouvoirs publics à adopter de nouvelles politiques concernant l'air en réduisant la pollution de l'air ambiant et en agissant sur les sources principales d'émission, que l'humain a la capacité de maîtriser. L'Anses évoque ainsi une diminution indispensable du trafic routier, de la combustion de charbon, des produits pétroliers et de biomasse et la réduction de l'exposition aux poussières de désert.

Concernant le trafic routier, l'Agence croit que les évolutions futures des technologies du secteur automobile « permettront une diminution plus ou moins marquée de la pollution de l'air ambiant », sans pour autant résoudre les problèmes. La diminution du trafic devra donc être au moins accompagnée d'une baisse de la consommation énergétique et du développement des modes de mobilité.

Enfin, l'Anses souhaite la poursuite des efforts pour mener des recherches sur les effets sur la santé que peuvent avoir des particules nocives issues des secteurs de l'agriculture, du transport maritime ou de l'activité aéroportuaire, regrettant le peu de données actuellement disponible sur ces pans.

Source : Anses
Modifié le 19/07/2019 à 11h24
27 réponses
21 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
PS5 : la fuite d'un brevet révèle un design plutôt original
L'astéroïde Apophis qui frôlera la Terre en 2029 est-il vraiment dangereux ?
A peine lancée aux USA, Apple annonce que sa Card serait sensible au jean et au cuir
Un chercheur français a trouvé une faille critique dans le système de vote russe
Xiaomi Mi Mix 4 : un monstre de puissance doté d'un capteur photo 108 mégapixels
Le site des impôts affecté par le piratage de 2000 boîtes mails
RGPD : un consentement « explicite et positif » bafoué à plusieurs niveaux
Amazon sous le feu des critiques pour ses nouveaux emballages non recyclables
SFR dévoile sa nouvelle Box SFR 8 et une grille tarifaire à partir de 5€ par mois

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top