L'Anses confirme l'impact du trafic automobile sur la santé et invite à promouvoir l'électromobilité

19 juillet 2019 à 09h55
27
pollution-pot-échappement.png
(Crédits : Pixabay)

Alertée par les données en sa possession, l'Anses appelle les pouvoirs publics à poursuivre les efforts en matière de réduction de la pollution de l'air ambiant et présente quelques recommandations.

L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) a publié, mardi 16 juillet, les résultats de son expertise relative aux particules de l'air ambiant. L'établissement public s'est basé sur des résultats et lectures scientifiques pour déterminer, « avec des niveaux de preuve forts », les effets sur la santé causé par certaines composantes des particules de l'air ambiant dont le carbone suie, le carbone organique et les particules ultrafines. L'Agence présente ainsi ses constats et solutions.

Sur les composés et taille des particules de l'air ambiant : les dangereuses conséquences des particules ultrafines et du carbone suie

Au terme de son expertise, forte de 160 études parues depuis le rapport Review of evidence on health aspects of air pollution de l'OMS en 2013, et en passant en revue les documents scientifiques existant sur le sujet depuis cette date, l'agence attribue au carbone suie, carbone organique et aux particules ultrafines de taille nanométrique le plus fort effet néfaste sur la santé, avec des atteintes respiratoires cardiovasculaires, ainsi que des décès anticipés.

Le carbone suie et les particules ultrafines auraient aussi des conséquences sur le développement des performances cognitives de l'enfant. Le carbone suie serait une cause par ailleurs du faible poids de naissance. L'Anses retient tout de même que le corpus d'études demeure limité sur ce sujet.

Enfin, des preuves modérées tendent à montrer que les aérosols inorganiques secondaires (qui comprennent de l'ammonium, du sulfate et du nitrate), les métaux de transition (fer, zinc, nickel, cuivre et vanadium), la silice et les endotoxines causent des soucis respiratoire et cardiovasculaire et des décès anticipés.

trafic et pollution
(Crédits : Shutterstock.com)

Concernant les sources des particules de l'air ambiant : les émissions issues du trafic routier sont réellement nocives

Pour l'Anses, « les preuves d'effets néfastes sur la santé liés à l'exposition aux émissions issues du trafic routier sont fortes ». Encore une fois, le carbone suie, mais aussi les particules PM2,5 (dont le diamètre est inférieur à 2,5 micromètres), les poussières de route et les particules d'échappement Diesel viennent renforcer le lien avec des problèmes respiratoires, cardiovasculaires et les décès anticipés. Les effets sont plus modérés sur la santé neurologique et la santé périnatale.

L'Anses est en mesure de confirmer que les émissions causées par le trafic routier, les produits pétroliers et de biomasse, et la combustion de charbon ont bien des répercussions sur la santé.

L'Anses milite pour la diminution du trafic routier et le développement de technologies automobiles plus propres

Forte de ces accablantes conclusions, l'Agence appelle les pouvoirs publics à adopter de nouvelles politiques concernant l'air en réduisant la pollution de l'air ambiant et en agissant sur les sources principales d'émission, que l'humain a la capacité de maîtriser. L'Anses évoque ainsi une diminution indispensable du trafic routier, de la combustion de charbon, des produits pétroliers et de biomasse et la réduction de l'exposition aux poussières de désert.

Concernant le trafic routier, l'Agence croit que les évolutions futures des technologies du secteur automobile « permettront une diminution plus ou moins marquée de la pollution de l'air ambiant », sans pour autant résoudre les problèmes. La diminution du trafic devra donc être au moins accompagnée d'une baisse de la consommation énergétique et du développement des modes de mobilité.

Enfin, l'Anses souhaite la poursuite des efforts pour mener des recherches sur les effets sur la santé que peuvent avoir des particules nocives issues des secteurs de l'agriculture, du transport maritime ou de l'activité aéroportuaire, regrettant le peu de données actuellement disponible sur ces pans.

Source : Anses
Modifié le 19/07/2019 à 11h24
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
27
21
Exosia
=&gt; “L’Anses confirme l’impact du trafic automobile sur la santé et invite à promouvoir &gt;&gt;&gt;l’électromobilité&lt;&lt;&lt;”<br /> A aucun moment l’article mentionne une promotion du véhicule électrique MAIS sur une continuité de recherche pour obtenir des véhicules plus propre (ce qui n’est pas le cas de l’électrique actuel au vu de impact de sa production et des batteries à long terme).<br /> A part ça, pas besoin de faire parti de l’ANSES ou avoir bac +36 pour savoir que les véhicules thermique sont nocif pour notre santé…<br /> Ce qui m’amène à la fin de l’article :<br /> Enfin, l’Anses souhaite la poursuite des efforts pour mener des recherches sur les effets sur la santé que peuvent avoir des particules nocives issues des secteurs de l’agriculture, du transport maritime ou de l’activité aéroportuaire, regrettant le peu de données actuellement disponible sur ces pans.<br /> =&gt; "Enfin, l’Anses souhaite la poursuite des efforts pour mener des recherches sur les effets sur la santé que peuvent avoir des particules nocives issues des secteurs de l’agriculture, du transport maritime ou de l’activité aéroportuaire, regrettant le peu de données actuellement disponible sur ces pans.’<br /> De même que l’article en lui même, un QI de poule pourrait deviner que tout cela est nocif.<br /> A croire que c’est la mode de pondre des articles de “chercheurs”, “ingénieurs” qui nous sortent des rapports sur un fait que l’on connait déjà.
cloomcloom
Tout ceci n’est en aucun cas un problème de santé mais c’est un problème politique et économique d’ampleur. Les politiques se cachent derrière des études qui prennent du temps pour éviter de prendre des décisions qui seront non populaires et les empêcheront de se faire ré-élir, eux ou les camarades de leur parti
captj
Faut bien qu’il justifie leur salaire et leur poste car on pourrait penser qu’ils ne servent à rien…<br /> Quand bien même 160 rapports c’est pas encore suffisant.
nirgal76
“L’Anses est en mesure de confirmer que les émissions causées par le trafic routier, les produits pétroliers et de biomasse, et la combustion de charbon ont bien des répercussions sur la santé.”<br /> Dans le genre enfoncer des portes ouvertes, c’est pas mal. Et c’est payés avec nos impôts…y’aurait une économie à faire là.
leochok
Il parait que le feu brûle aussi !
rsebas3620
AH D’accord tout s’explique !!! je comprend mieux pourquoi le gouvernement arrete fret par le train et augmente du coup le nombre de camion sur la route… ON NOUS PRENDRAIS PAS UN PEU POUR DES CONS DES FOIS !!! (acte d’un gouvernement qui sont le contraire de ce rapport concernant les entreprises MAIS le gouvernement incite les gens a prendre electrique alors que les camions sont les plus gros pollueurs… tout les camions reunis qui roule sur le sol francais pollue 5 fois plus que toute le parc francais automobile)
Eths25
J’ai pas la thune… Et je veux pas manger des pâtes toute l’année…
K4minoU
Pourquoi décès anticipés, à part les suicidaires, aucun d’entre nous n’a envie d’anticiper un décès =D<br /> Décès prématuré serait peut-être plus approprié ^^<br /> Pour le reste, je n’ai toujours pas le permis, j’ai toujours utilisé les transports en commun ou mes pieds donc… =D<br /> Mais je milite pour les voitures électriques (même si la production et le recyclage des batteries et tout ce qui gravite autour peut gloablement poluer), i.e. dès que je passe mon permis lol<br /> On doit malheureusement faire un choix… Choisissons le moins pire ^^
eric957
L’électromobilité c’est surtout AMA les trottinettes, vélos électriques et autres gyroroues. Ca ne coûte pas bien cher, ça pollue fort peu et ça complémente fortement les transports en commun.
tmtisfree
Il n’existe pas un seul article scientifique qui apporte la (ou les) preuve irréfutable, c’est à dire détermine le (ou les) lien causal étiologique/physiologique/moléculaire entre la (soit disant) pollution et les prétendus effets sur la santé. Aucun certificat de décès n’a jamais mentionné la “pollution” comme cause principale. A cet égard, il n’existe pas de "niveaux de preuve forts » une expression qui n’est qu’une tromperie pseudo scientifique (généralement un jugement d’expert maquillé en test statistique) : soit la (ou les) preuve existe, soit elle n’existe pas.<br /> La réanalyse des données des études d’origine de l’EPA américaine, qui a la première (faussement) sonné l’alarme dans les années 1970-1980, a mis en évidence de graves malversations dans la fabrication et l’utilisation des données, une partialité dans la sélection des données pour obtenir LA conclusion souhaitée, mais contraire aux résultats, des méthodologies déficientes, de graves problèmes déontologiques des études en chambre à gaz sur l’Homme dont des enfants, etc.<br /> Tout ce qu’on est capable de faire est de poser des hypothèses a priori et calculer des effets potentiels à partir d’un modèle dont il est impossible de savoir s’il représente la réalité puisqu’on ne sait pas de quoi sont décédés les personnes réelles : on modifie alors les paramètres jusqu’à obtenir suffisamment de morts virtuels qu’on généralise abusivement à l’échelle d’un pays, voire du monde, ce qui permet ensuite d’abreuver le grand public de chiffres grandiloquents (inventés donc) qui ne représentent que les préjugés du (ou des) modeleur, c’est à dire de désinformation et de propagande avec répétition de slogans faciles à vendre (“sauver la planète”, “santé publique”, etc.).<br /> Bref une escroquerie scientifique parmi bien d’autres de l’escrologie moderne.
philouze
“…/… pour obtenir des véhicules plus propre (ce qui n’est pas le cas de l’électrique actuel au vu de impact de sa production et des batteries à long terme).”<br /> Faut lire les études et sortir un peu de la complosphère pétrolière (coucou M.Pitron) et de ses vidéos Facebook : le VE est de fait considérablement plus propre Y COMPRIS au vu de sa production et surtout sur le long terme (usage des batteries supérieur à la durée de vie du véhicule, filière de recyclage &gt; 90% déjà en place voir en concurrence etc etc.)<br /> Et c’est en fait assez logique, on se doute bien qu’un véhicule, au rendement énergétique proche de 80% tout compris, dont la batt va servir pendant 300 000 kms minimum avant de terminer en stockage statique, qui n’émet aucune particule fine de combustion en local, aucun NOX, CO, deux ou trois fois moins de particules de freinage et presque aucun bruit ne va pas polluer plus qu’un moteur à combustion au rendement de 20% qui crame 50 kilos de pétrole tous les 700 kms à moins de 2m des populations…
share_the_pain
Encore une news autophobe
K4minoU
J’aime à croire et penser que la science est et reste neutre (enfin je l’espère vraiment de tout coeur…) donc parler escroquerie scientifique pique un peu mes yeux…<br /> Autrement, je te rejoins à 200% sur le fait que les chiffres, on leur faire dire ce que l’on veut, c’est juste un point de vu, juste des chiffres que l’on sort et que l’on met en avant, sans forcément le contexte qui va avec pour appuyer un message; le plus souvent politisé…<br /> Le problème est donc de savoir principalement qui commande l’étude et à qui elle sert finalement.<br /> Mais la vraie science, est noble et je la défends avec ferveur parce qu’elle fait de nous ce que nous sommes =)<br /> C’est parce que la politique s’en mêle que tout part en vrille… C’est parce que des multi nationales cherchent à plaire à leurs investisseurs que ça part en vrille…
Comcom1
Électrique le moins pire <br /> Qu’est-ce qu’il ne faut pas lire
rexxie
On voit le nombre de pétrolls qui font leur sale boulot de discréditer l’électrique qui est pourtant sans conteste plus propre, plus efficace, plus fun, plus doux, plus durable et plus économique que l’archaïque moteur à explosions.
Pas_Moi
Et bien je souhaite me faire financer une étude, sur plusieurs années, évidemment bien payée, qui aura tendance à mettre en lumière, une épidémie qui tue 100% des humains à savoir…<br /> La naissance, mes conclusions, seront que pour éviter tous ces décès, à cause de la pollution, de la faim, des accidents, de la maladie, il faut supprimer toutes les naissances, cela va être le meilleur moyen de sauver des vies, pour ceux que les médias osent appeler de façon dédaigneuse climatosceptiques, qu’ils prouvent le contraire et pour les climatogogos, il y a évidemment un moyen imparable pour les faire rentrer dans le rang, à savoir la taxe naissance, comme cela seulement ceux qui ont les moyens de leur ambitions auront le droit de vivre pour polluer. Merveilleux n’est ce pas !!
quinoace
{ réduction de l’exposition aux poussières de désert.}<br /> ça y est les énarques vont ratisser les déserts.
tmtisfree
La Science est faite par des humains avec leurs faiblesses, défauts et préjugés. Elle n’est pas neutre et le ne sera jamais. Mais on peut défendre et tendre vers un idéal.<br /> Ici l’Anses ne fait que reprendre les divers papiers de modélisation déjà publiés en oubliant de les analyser critiquement : tous sont basés sur la même approche des morts virtuels obtenus selon des modèles invérifiables basés sur des hypothèses non testables. Autant dire du vent.<br /> Mais si quelques équipes publient en aboutissant aux mêmes résultats, ce qui est facile puisque les chercheurs prennent en compte tout risque relatif supérieur à 0 alors que normalement seul un RR supérieur à 3 ou 4 devrait être considéré comme représentant un risque potentiel réel, on peut aboutir à un consensus scientifique qui n’existe qu’en apparence (c’est la même chose pour en climatologie, nutrition, épidémiologie, sociologie, psychologie, etc.).
alexv95
L’interprétation et le jugement que l’on porte à une étude est loin d’être neutre également, surtout lorsque l’on donne son avis sur un rapport que l’on a visiblement pas lu.<br /> Toute analyse d’impact appliqué à la population générale sera forcément issu de calculs statistiques. Est-ce mal? C’est plutôt pour contourner un problème de faisabilité, il est impossible d’étudier l’ensemble d’une population exposée, surtout sur des problématiques comme celle-ci où l’ensemble de la population mondiale est concernée. Dire que c’est du vent montre qu’on ne connait pas le domaine, en soit ce n’est pas grave on ne peut pas tout connaitre mais on n’est pas obligé de dire n’importe quoi. Les statistiques sont une discipline à part entière, les incertitudes sont prises en compte et selon la robustesse des données, on peut prédire la justesse des résultats obtenus. Les hypothèses prises en compte et l’interprétation des résultats peuvent ensuite être discutés mais si on s’arrête à croire que tout ce qui est statistique est du vent, le préjugé est trop fort pour avoir une analyse pertinente derrière.<br /> Ce que tu oublies de dire, c’est qu’au delà des calculs, des études de cohortes ont été menées pour identifier l’association entre l’exposition à la pollution atmosphérique et l’impact sur la santé. Tu es libre de les nier mais il faudrait dans ce cas avoir une argumentation robuste sur les biais de ces études qui pourraient conduire à remettre en question les résultats.<br /> Pour le risque relatif, un RR de 1 traduit une absence de relation entre le facteur de risque étudié et la survenue d’une maladie, un RR de 0 s’il existait traduirait un caractère protecteur du facteur de risque étudié (100 % des personnes exposées à la pollution atmosphérique seraient en bonne santé alors que toutes celles non exposées seraient malades. Si un tel résultat se produisait, effectivement les chercheurs le prendraient en compte ^^).<br /> Un RR de 3, 4 ou 10 peut très bien ne pas être pertinent, alors qu’un RR de 1,02 peut l’être. C’est l’intervalle de confiance du risque relatif qui permettent de porter un jugement de signification statistique, il donne la précision de l’estimation réalisée et dépend de la robustesse du jeu de données étudiées. Si on réalise une étude sur 10 personnes, on se doute bien que les résultats seront moins robustes qu’une étude réalisée sur 1000 personnes, cela rentre en compte dans le calcul de l’intervalle de confiance.<br /> L’exposition au facteur de risque est également à prendre en compte dans son interprétation. Un RR par exemple de 1,2, s’il est robuste et associé à une très forte exposition comme c’est le cas ici, aura un impact sanitaire important.
tmtisfree
alexv95:<br /> c’est qu’au delà des calculs, des études de cohortes ont été menées pour identifier l’association entre l’exposition à la pollution atmosphérique et l’impact sur la santé. Tu es libre de les nier mais il faudrait dans ce cas avoir une argumentation robuste sur les biais de ces études qui pourraient conduire à remettre en question les résultats.<br /> C’est justement parce que j’ai analysé les études publiées par l’équipe française en particulier (celle des 48 000 décès virtuels) que j’ai fais mon commentaire. La cohorte utilisée (agents EDF), de leur propre aveu, n’est pas adaptée à la question posée, mais cela ne les a pas empêchés de continuer à publier. Les morts pris en compte sont tous les morts toutes causes confondues, saufs les accidentés, ce qui est une aberration évidente. La méthode (kriging) utilisée pour rattacher les codes postaux des morts et les rares données de pollution consiste à inventer des données de pollution (pour augmenter artificiellement leur granularité) le tout saupoudré de modèles de vents dont la réalité n’est aucunement établie sur le terrain.<br /> Ces études sont des modèles empilés sur des modèles construits avec des données peu fiables ou inventées et rattachées entre elles par d’autres modèles : autant dire que la probabilité que ces études reflètent l’état des choses est nulle et l’existence de ces corrélations relève du miracle.<br /> Une analyse de ces morts virtuels parmi d’autres : https://www.europeanscientist.com/fr/opinion/pollution-de-lair-38-000-morts-par-an/
philumax
en attendant, des parents continuent à gazer leurs enfants.
alexv95
J’ai commencé à lire ton lien et puis j’ai vu ça : “On aimerait par exemple bien savoir ce que seraient devenus les résultats, si SPF avait retenu un RR plus classique de 0,6 ou 0,7.”<br /> Là aussi je ne sais pas s’ils n’ont pas été lire le rapport et/ou ne connaissent rien à la thématique mais un RR &lt; 1 montrerait que le facteur étudié serait protecteur vis à vis de la maladie étudiée. Donc oui si on refait les calculs en considérant que les PM2.5 sont protecteurs sur le plan sanitaire, oui il n’y aura plus de mort… Ça n’a aucun sens, sauf si l’article veut faire croire que les PM2.5 sont bons pour la santé… Bref ça ne maitrise pas le sujet et ça ne se gène pas pour autant pour faire des article à scandale comme celui-là, je suis même étonné qu’ils n’aient pas ajoutés que Santé Publique France recevait des pots de vins de tesla pour publier ces chiffres… Le reste de l’article est truffé de confusions et mélanges ou de phrases qui ne veulent même rien dire : “Provient d’un modèle statistique purement théorique”, “Il ne contient AUCUN résultat de validation du modèle utilisé”… Ils mélangent complétement les étapes du calcul (calcul réalisés sur la cohorte vs calcul de l’estimation d’impact sur la population générale). Évidemment la théorie du complet, le scandale, ça fait bien plus vendre qu’un article nuancé et pondéré, avec une analyse bien menée. Franchement s’ils veulent faire du scandale, qu’ils aillent faire du people ou autre thématique qui porte peu à conséquence, mais qu’ils arrêtent de raconter n’importe quoi sur des thématiques importantes comme celles-là. Ou qu’ils se forment pour avoir une analyse pertinente.<br /> La science se discute, mais on doit justement être dans la nuance, le monde n’est pas noir ou blanc mais probablement gris. Même sans connaitre, regardez la nuance apportée au vocabulaire des articles/rapports scientifiques, rien à voir avec des articles comme celui-ci qui perdent d’emblée toute crédibilité (à juste titre).<br /> Quand tu dis que tu as étudié l’étude des 48 000 décès virtuels, tu parles de la quelle précisément? Du rapport estimant l’exposition à l’échelle de la France (et ayant conduit au calcul des 48 000 décès par an attribuable à la pollution anthropique en France) ou de l’étude de cohorte utilisée pour la détermination du RR? Tu sembles parler de la 2ème mais comme tu indiques au début parler de l’étude des 48 000 décès virtuels, ça a prête à confusion.<br /> En quoi est-ce une aberration de prendre tous les morts toutes causes confondues, saufs les accidentés?<br /> Le reste de ton analyse me semble un peu biaisé étant donné que ne parle pas des mesures de polluants et des données d’émissions ponctuelles et diffuses (axes routiers…) prise en compte dans cette étude. Ni du calage des données modélisées sur les données mesurées par les stations des Aasqa.<br /> Donc tout ça c’est du vent si j’ai bien compris? https://atmo-france.org/la-carte-des-aasqa/<br /> Les personnes qui ont travaillé sur le modèle CHIMERE seront ravie d’apprendre que leur modèle ne fonctionne pas.<br /> Un vrai travail de remise en question de ces modèles ou de telles études nécessite des mois de travail, ce serait un boulot à part entière avec les compètences dédiées (équipe pluridisciplinaire, relecture par des experts, discussion avec les équipes ayant travaillé sur ces projets pour connaitre la démarche de travail…) les personnes qui travaillent sur ces domaines sont réellement compétentes et n’écrivent pas n’importe quoi comme on veut le faire croire partout.<br /> Les seuls incompétents sont les sites qui pensent faire de la science en ayant un nom de domaine “scientist” et en profite pour désinformer en faisant un traitement à charge sur un article dont ils n’ont lu que le titre et de toute façon dont le bagage scientifique se résume à 15 mins de lecture wikipedia.
tmtisfree
Quand on écrit RR, on parle souvent - par abus de langage - d’excès de RR.<br /> Beaucoup de blabla sur la critique mais aucune critique sur les études… serait-on soi-même biaisé, en conflit d’intérêts ou a-t-on oublié son scepticisme scientifique en cours de route ?<br /> Ma référence aux 48 000 est l’étude française (mais je ne suis pas certaine qu’il y ait des différence, l’équipe ayant changé de labo, ou le nom du labo entre temps) : tenir compte de tous les morts revient à augmenter la probabilité de trouver une corrélation entre ces morts et la pollution, alors qu’un mort d’un cancer, par ex., n’est pas concerné. Comme dit plus haut, un des papiers antérieur de la même équipe indique que la cohorte (nommée Gazelle IIRC) n’est pas adaptée au problème, pourtant ils continuent de l’utiliser : apparemment, du moment que les résultats vont dans le sens de l’hypothèse posée, on ne se pose plus la question. Pas très scientifique. De plus la généralisation à la population entière passe aussi sans soucis, même si les 2 populations sont complètement différentes, mais comme les chiffres sont bons (lire alarmistes), on continue de généraliser abusivement, personne ne lie les publis de toute façon, et il y aura bien une armée de croyants pour défendre la cause.<br /> Le modèle de circulation a-t-il fait l’objet des procédures de vérification/validation, comme c’est le cas dans l’industrie ? Ce serait étonnant en recherche publique vu que le code est sans arrêt modifié, signe que le modèle n’est pas stable, sans erreurs, adapté, ou autres limites qu’on passe sous le tapis. Donc le modèle peut fonctionner mais aucune justification n’est présentée comme quoi il est adapté ou que la version choisie fonctionne correctement alors qu’il est facile de voir pourquoi il a été sélectionné : parce qu’il fournit la granularité suffisante pour raccorder le code postal des morts des données crées par kriging et dispersée par le modèle. Une approche ad hoc donc : quand on cherche des corrélations, il est facile d’en trouver. Note qu’à aucun moment on ne parle de lien causal ou d’étiologie : l’hypothèse de lien est posée comme prouvée et les résultats de modélisation servent seulement à justifier la position. Complétement aberrant épistémologiquement et donc antiscientifique, mais classique en épidémiologie/nutrition/etc.<br /> alexv95:<br /> le bagage scientifique se résume à 15 mins de lecture wikipedia.<br /> Philippe Stoop<br /> Philippe Stoop is a corresponding member of French Academy of Agriculture. He is Agricultural engineer Montpellier Sup Agro, specialization in agricultural entomology (1983), doctor-engineer AgroParisTech (1986), DESS computerization of companies (University Paris-Dauphine 2001), he held the positions of manager of the phytosanitary technical pool Union InVivo (1987), agronomic expert for Quantix Agro, Cropvision project manager (CNES / Scot / Aventis / Quantix Agro) (2001), responsible for new ITK products (2007) and 2011 to date ITK research and innovation director. As such, he collaborates with Agribusiness companies such as Bayer Cropscience, Winfield LLC.<br /> Je vois maintenant qui prend ses sources sur Wikipédia.
K4minoU
Je parle des rêveurs… Thales, Pythagore, Einstein, etc en passant par Newton<br /> C’est comme la religion… Je n’ai lu aucun texte qui dit qu’il fallait tuer pour prêcher l’amour…<br /> Oui c’est un fait et nous sommes d’accord ; dès lors que des personnes instrumentalisent un sujet, une idée pour leur intérêt politique ou économique ça part en vrille…
K4minoU
J’aimerais beaucoup rire avec toi <br /> Je me plante peut-être, je n’ai sûrement pas les éléments me permettant de faire un avis correct.<br /> Donc si tu as des liens qui permettent de m’éclairer je suis preneur, parce que répondre avec une série de smileys, genre “je suis le plus intelligent, je sais tout sur tout et t’es qu’un pauvre ignare” voilà quoi…<br /> C’est marrant, jusqu’à maintenant j’ai pu échanger de manière constructive avec bp de personnes n’ayant visiblement pas les mêmes visions que moi, mais nous donnons des liens, nous argumentons… Et au final, j’ai beaucoup appris…<br /> Toi tu es différent… et c’est dommage…
_cedric_1_1
pour réduire la pollution il faut arrêter de mettre des dos d’âne et stop partout. même a la campagne il y a des STOP sur des grandes route avec beaucoup de circulation juste pour laisser passer un habitant au bout d’un chemin qui sort une fois tout les 36 du mois.<br /> ces phases d’acceleration créer une pollution au particules très élevé .<br /> A paris lors de pic de pollution , les routes sont limité a 70Km/h . c’est super leur idée mais a 70Km/h ma voiture consomme un max, 7.2l/100km !! au lieu de 6.1 l/100km a 90km/h. pourquoi ? parce-que je suis en boite automatique et a 70km/h la boite est en 3eme vitesse et le moteur tourne a 2300 trs/min. et moi je pollue plus lorsque qu’il faut moins polluer !
Elrix
Cz n’est pas parce que tu écris un pavé que c’est vrai…<br /> C’est hallucinant de voir les bêtises humaines ressurgir dès qu’on parle de pollution, quelle qu’elle soit…<br /> Et tout ça pour ne surtout pas se remettre en question…
alexv95
Quand on parle d’excès de risque relatif on écrit ERR ou ER (Excess Risk). Et je doute bien qu’il ait voulu parler de cela : pour plusieurs raisons : il reprend bien le RR (lire risque relatif) de 1,15 et parle ensuite de choisir un RR (lire donc excès de risque relatif d’après tes propos) plus classique de 0,6 ou 0,7 “que les auteurs citent dans leur bibliographie” : sauf que ces valeurs n’apparaissent nul part dans le rapport. Et quand bien même il aurait parlé d’excès de risque, cela indiquerait donc qu’il souhaiterait un RR de 1,6 ou 1,7, soit un risque supérieur à celui retenu dans l’étude :). Il se tirerait une balle dans le pied vu qu’il a un parti pris inverse dans son article.<br /> Mais comme tu l’indiques l’auteur est ingénieur agronome et travaille dans le domaine des phytos, on se demande bien pourquoi il pond un article à charge sur l’épidémio et la qualité de l’air, qui sont loin d’être ces domaines de compétences… Est-ce qu’un boucher va aller expliquer à son voisin boulanger comment faire les croissants?<br /> C’est la même raison pour laquelle je ne me permets pas de critiquer l’article et je l’ai expliqué au dessus. Mon domaine de compétence est dans la santé publique et l’épidémiologie mais pas sur le volet qualité de l’air. Il est important de connaitre ses limites. Même si ça te déplait pour je ne sais quel raison, le travail fait est réalisé par une équipe pluridisciplinaire, les méthodes d’analyses sont robustes et ont fait l’objet de recherches approfondies. Une ouverture vers l’extérieure avec une comparaison des résultats obtenus est réalisée. En d’autre terme on n’est pas sur l’attraction attrape touriste du coin. A ce stade les critiques qui pourraient être faites sont de l’analyse d’expert, des choix fins et détails qui bien que pouvant avoir leur importance, nécessite une connaissance approfondie du domaine étudié et de passer du temps à réaliser l’analyse.<br /> Donc plutôt que d’écrire n’importe quoi oui je préfère m’abstenir. Si un point m’avait fait douter, je l’aurait relevé au conditionnel (sans matraquage de postulat non démontré) mais je n’en ai pas identifié. Je ne travaille pas pour cette équipe, je ne les connais pas non plus, ce que j’expose est le fruit de ma lecture et dans mon domaine de compétence. Et dans ce sens également, je n’ai aucun remord à critiquer vivement des commentaires et article sans fondement, truffés d’erreur et en plus discréditant des travaux de qualité. Cela n’a rien à voir avec le fait que l’équipe soit du publique, ce n’est pas un critère discriminant pour réaliser un travail de qualité, publique, privé, ou ONG tous sont capables de faire des travaux de qualité et ce sont les compétences du relecteur qui permettront de définir si l’article est de qualité et ses limites.<br /> Mais en ce qui te concerne, où est la critique que tu indiques avoir faite? Je vois beaucoup de jugement à l’emporte pièce (le modèle publique est instable, l’épidémiologie et la nutrition sont antiscientifiques, le rapport (que tu n’as pas lu) ne justifie rien, les modèles sont du vent…), quelques tentatives d’utilisation de terme scientifiques (définition d’un RR, évoque la méthode de modélisation des expositions) et tu fermes ensuite les yeux quand je fais une remarque sur une définition qui me semble plus appropriée (tu remarqueras que les particules émises par les motorisations diesel sont sont classées cancérogènes pour l’homme par l’OMS et celles des moteurs à essence cancérigène probable par l’OMS, ne pas prendre en compte les décès par cancer aurait été un biais majeur).<br /> Quel est le but de ton intervention au final? Tu sembles avoir une dent contre le publique, les statistiques, l’épidémiologie… Pourquoi ne pas chercher à apprendre? Est-ce le petit tour de passe consistant à utiliser 2-3 mots scientifiques permettant d’épater la galerie sur le forum clubic qui est grisant?<br /> Honnêtement c’est dommage car le domaine semble t’intéresser (à juste titre), plutôt que de faire ce genre d’intervention pourquoi ne pas utiliser cette énergie à des fins utiles dans le domaine?<br /> Sur les sites des ministères de l’écologie, de l’agriculture, de la santé, il y a un espace dédié à la consultation publique, elle permet à qui le souhaite de donner son avis sur les projets en cours. Cela permet d’apporter une contribution active sur les futurs arrêtés, rapports et stratégies des années avenir, cela me semble être une opportunité bien plus intéressante. La probabilité de survenue d’un effet grisant est plus faible mais il sera bien plus intense en cas de remarque pertinente.
Comcom1
C’est tellement beau la crédulité…<br /> Voiture électrique = rouler majoritairement au nucléaire en France, dans le reste du monde la production électrique est faite à base de charbon.<br /> La production des batteries est juste extrêmement polluante, l’extraction de matériaux tel que le combat et le nickel favorise l’acidification de l’atmosphère et génère des pluies acident dans certaines régions du globe.<br /> La production d’une voiture électrique est bien plus polluante sans compter le recyclage bien évidemment l’entretien et largement aussi polluant (changer des pneus sur une voiture électrique c’est tout aussi polluant).<br /> Visiblement tu es comme beaucoup, tu ne lis que les articles qui t’intéressent…<br /> Attention je ne dis pas pour autant que la voiture thermique est la solution, je dis juste que la voiture électrique et largement aussi polluante si tout le monde roulait a l’électricique il faudrait combien de centrales nucléaires ou centrales à charbon supplémentaires ?<br /> C’est bien beau que la voiture électrique ne rejette pas de CO2 en roulant mais elle en produit de façon délocaliser c’est vrai que tant qu’on pollu pas chez nous on s’en tappe c’est ça la mentalité de l’électrique…<br /> Pour les articles, je m’appelle pas Google mais soit-disant tu te renseignes alors renseigne toi mieux ça te permettra d’apprendre correctement c’est vrai que c’est tellement plus facile de ne prendre que les infos qui nous intéresse.<br /> Tiens si ça t’intéresse : www.google.fr
K4minoU
Donc tu as décidé de continuer dans les échanges cyniques?<br /> Je n’ai jamais prétendu tout connaître, merci pour le lien google… je vais me le mettre en fav ^^<br /> Tu parles des centrales qui existent déjà… Des centrales qui polluent… Oui! Je n’ai jamais prétendu le contraire. Je ne suis pas non plus un fervent de l’électricité comme tu le soulignes =)<br /> Je dis simplement OK, on a un capital, un héritage, il est ce qu’il est. Maintenant si on regarde l’avenir, qu’est-ce qui semble être plus poluant ? Créer un parc d’éoliens ? ou Créer un central nucléaire ? Ou énergie fossile ? Biensûr, les parcs éoliens ne pourront jamais tout couvrir et ils sont malheureusment dépendant de l’environnement<br /> Après oui, tout n’est et ne sera jamais clean mais on doit faire un choix…<br /> Je ne cherche pas à avoir raison, loin de là, je souhaite juste échanger et comprendre les différents points de vu que je partage ou non mais que je respecte.<br /> Donc si tu veux pas partager je le respecterai aussi.<br /> Ca serait aussi sympa d’être moins condescendant, tu ne sais rien de moi, ce que je lis, pense, ne porte pas de jugements comme ça… ^^
tmtisfree
Ce n’est pas parce que tu n’as aucun argument que je devrais te répondre mais je le fais quand même par politesse.
tmtisfree
Les classements de l’OMS ne sont que des classements basés sur des jugements (subjectifs) de soit disant experts (rarement sans conflits d’intérêts) avec des modalités de travail non scientifique. On l’a vu avec le glyphosate, le climat et bien d’autres sujets.<br /> J’ai une dent contre la pseudo science qu’on érige en dogme. En tant qu’ex-scientifique avec la formation la plus élevée possible, je suis sceptique par défaut. Les études de la pollution sur le santé publique ne valent rien scientifiquement.<br /> Mais tu préfères causer ad hominem.<br /> Rien n’augmente plus mes endorphines que la lecture d’un article scientifique honnête et du reporting journalistique à la hauteur. Ici, ce n’est pas le cas.
alexv95
En tant qu’ex-scientifique avec la formation la plus élevée possible<br /> Merci j’ai bien ri. Laisse moi deviner, la formation la plus mieux en science, c’est ingénieur agronome? Et maintenant tu attends le prix Nobel c’est ça?<br /> Bon en réalité tu es juste un troll, qui a peur de tout et critique tout le monde par méconnaissance, avec un argumentum ad personam.<br /> Moi j’ai une dent contre les menteurs et manipulateurs, les gens qui disséminent de fausses idées et appuient leur dire en prétextant la science, alors qu’ils ne connaissent pas.<br /> Mais si ça peut t’amuser et stimuler la production de tes endorphines, tu ne connais pas la dernière? La terre est plate, toutes les études qui montrent que la terre est ronde ont été faite par calcul, ce qui les rend complètement fausses. Bon désolé tu devais déjà être au courant de celle là <br /> Encore une fois, travaille au moins ton jeu de rôle si tu veux avoir l’air crédible, essaye au moins de reprendre le vocabulaire scientifique, même si c’est fastidieux fait au moins semblant d’avoir lu l’article.<br />
tmtisfree
Apprend d’abord à citer correctement.<br /> Si mes commentaires ne te plaisent pas, ce n’est pas mon problème.<br /> Si mon niveau t’est insupportable, ce n’est pas mon problème.<br /> Tu as toutes les caractéristiques du croyant cyber-sophiste corrompu qui défend son église comme un singe défend sa banane. Mais ce n’est toujours pas mon problème.<br /> alexv95:<br /> tu es juste un troll<br /> Mémo du cyber-sophiste. Objet : pour éviter ou terminer tout débat en ligne et rester dans ta zone de confort idéologique, il suffit d’invoquer le mot magique adapté à la situation :<br /> si tu ne veux pas/plus discuter d’évènements ou de rapprochements troublant, crier au « complot(iste) » permet de dévier le problème en tentant de faire passer à peu de frais le contradicteur pour un parano affabulateur ;<br /> si tu es ignare sur un sujet scientifique quelconque, le plus simple est de te mettre du côté de la majorité : « consensus » fera l’affaire ;<br /> si tu ne veux pas/plus discuter car à bout d’argument face à l’oppression cognitive et la profondeur intellectuelle de l’adversaire, le mot magique est « troll ».<br />
alexv95
Ce n’est pas ce que j’ai dit, donner son avis c’est la liberté d’expression et c’est primordial, toutefois lorsqu’il ne s’agit que d’un avis la nuance est importante les “je pense que”, “pour moi”, “il me semble que” sont de rigueur. Donner un avis tranché, en condamnant et sans apporter de preuve tangible, c’est de la diffamation et c’est bien cela qui n’est pas supportable. On ne parle plus de commentaire et cela n’a rien à voir avec le niveau.<br /> Tu peux me qualifier de sectaire ou autre synonyme, mais dans ce débat c’est toi qui en a montré les facettes en ne démordant pas de ton raisonnement initial fallacieux malgré mes arguments (peut être déplaisant par rapport à ton discours, j’en convient) sur le sujet. De là est venu le troll, tu en as démontré tous les aspects en refusant les tentatives d’échanges, en ne répondant pas ou rétorquant avec des arguments diffamatoires vis à vis de divers institutions, catégorie de scientifique, méthodologie de travail.<br /> J’ai tenté d’ouvrir le sujet sur la possibilité de consultation en ligne sur les sites des ministères mais tu as préféré une fois de plus ignorer mon message. Je pourrais t’expliquer ce qu’est la DPI (déclaration publique d’intérêt) vu que la notion de conflit d’intérêt semble te faire très peur mais j’imagine bien que tu feras aussi la sourde oreille puisque ça ne va pas dans le sens de ce que tu veux entendre. Donc désolé si l’utilisation du terme troll à ton égard a pu te vexer mais honnêtement c’est ce que tu as montré jusque-là.<br /> D’ailleurs, on voit que petit à petit tu détournes ton discours du scientifique qui était pourtant ton fer de lance au départ pour l’orienter sur la forme. Tu en es même réduite à faire des remarques sans rapport avec le sujet sur ma façon d’utiliser l’outil de citation…<br /> Compare moi à un singe, range moi dans la petite case de ton mémo qui te plaiera, même sans argumenter sur le pourquoi du comment comme tu me fais, mais si tu veux avoir un discours à charge contre la science, aie au moins la correction de l’argumenter. On n’accuse pas sans preuve sinon on se retrouve soi-même en position d’être condamnable.
tmtisfree
Je me fiche de ta personne et de ton opinion sur la mienne comme de mon premier string. Le total de tes arguments est nul précisément.<br /> Ceux que j’ai présentés plus haut contre ces études (que j’ai analysé) restent intacts : ce sont des châteaux de cartes théoriques de modèles non vérifiés/non validés alimentés par des données inadaptées ou inventées selon une méthodologie déficiente de manière à obtenir la conclusion prédéterminée souhaitée.<br /> Bref la pseudoscience qu’on affectionne dans les labos publics (pas tous heureusement) et les ministères (tous malheureusement).<br /> Mais continue à pondre des pâtés…
alexv95
Tu tournes en boucle, je pense qu’on avait compris que tu étais à cours d’argument.<br /> Mais j’avoue qu’il faut quand même un sacré toupet pour écrire de telles inepties quand on ne sait pas ce qu’est un risque relatif. Heureusement le ridicule ne tue pas. Continue tu vas peut être réussir à te convaincre toi-même de ta supériorité sur la communauté scientifique.
tmtisfree
Je synthétise pour les idiots.<br /> Je n’ai pas parlé de risque relatif.<br /> Argument d’autorité = fallacieux = pas d’argument.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

🔥 Soldes Cdiscount : Moulinex Cookeo + pied mixeur à 159€ au lieu de 249€
🔥 Soldes : Huawei, Xiaomi, Honor, quel smartphone à moins de 200€ choisir ?
Samsung : le Galaxy Fold a passé les tests en interne, la commercialisation approche
Amazon Prime Day : de nouveaux records battus, en France et dans le monde
🔥 Soldes : les meilleures promotions et réductions avant le week-end
On connait enfin la cause de l’explosion de Crew Dragon en avril dernier
Un timbre en édition limitée pour célébrer les 50 ans du premier pas sur la Lune
Des applications de surveillance et de contrôle parental retirées du PlayStore pour harcèlement
Google : DragonFly, le moteur de recherche censurable chinois mort et enterré ?
Réalité augmentée, reconnaissance d’image : Mastercard dévoile le futur du paiement bancaire
Haut de page