Utiliser votre portable au volant vous coûtera bientôt votre permis. Utilisez l'assistant vocal !

Laura Léger Contributrice
10 juillet 2019 à 09h59
0
Téléphone au volant

La Loi Orientation des Mobilités voté en première lecture au mois de juin par le gouvernement ne se centre pas seulement sur l'environnement et la mobilité des Français, mais aussi sur certains changements législatifs concernant la conduite au volant.

Punir les plus récalcitrant


Les études et le taux d'accident le disent depuis des années, l'utilisation du téléphone au volant est un fléau sur la route et multiplie par trois les risques d'accidents, selon l'Organisme National Interministériel de la Sécurité Routière (ONISR). Manque de concentration, défaut de trajectoire, les utilisateurs de téléphone au volant ne sont pas toujours très attentifs à ce qu'il se passe autour d'eux. Ainsi, la Loi d'Orientation des Mobilités a prévu de modifier la punition réservée à l'utilisation du téléphone.

Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière, a annoncé au micro d'Europe 1, lundi matin, que la punition envers les récalcitrants du téléphone portable au volant allait changer et s'endurcir. La loi, qui prévoyait jusqu'alors un retrait de trois points de permis et 135 € d'amende, va se transformer en suspension du permis pour toute personne cumulant au moins une infraction avec l'utilisation du téléphone, comme le débordement sur la ligne blanche, le non-respect d'un stop ou d'une priorité etc.

Selon Emmanuel Barbe : « L'idée, c'est vraiment de casser les pieds aux récalcitrants. On ne souhaite pas priver quiconque de son permis pendant des mois », a-t-il expliqué, avant d'ajouter : « le but de la sécurité routière, c'est que le plus de gens possible puissent rouler ».

Mais aussi prévenir plutôt que punir


Bien que le décret semble prévu pour la rentrée, le gouvernement ne compte pas seulement punir les utilisateurs mais souhaite aussi éduquer les jeunes plus efficacement dès les premiers cours de conduite, et lors des contrôles routiers par les autorités. La déléguée générale de l'association Prévention Routière, Anne Lavaud, compte aussi sur les forces de l'ordre en charge de ces punitions pour montrer de la bienveillance auprès des délinquants routiers.

« Cela va aider les automobilistes à réaliser que, sans leur téléphone, ils n'auraient sans doute pas commis l'infraction », espère-t-elle.

La loi se renforçant dès le mois de septembre, il est préférable de prendre les devants. Pour cela des solutions existent comme par exemple passer par l'assistant vocal, souvent disponible dans les voitures récentes. Il est également possible d'utiliser des applications disponibles sur smartphone, à l'image de « Mode Conduite » qui envoie un message à ceux qui essaient de vous contacter, pour les prévenir que vous n'êtes pas joignable, et de la fonctionnalité sur iOS 11 et sous Windows Phone qui permet de bloquer les notifications dès lors qu'elle est activée. De quoi éviter les accidents et les futures suspensions de permis.

Source : Le Parisien
Modifié le 10/07/2019 à 10h51
41 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
La France va créer son commandement militaire de l'espace
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
scroll top