Les véhicules autonomes autorisés sur les routes britanniques d'ici la fin de l'année ?

© Hyundai

Le gouvernement britannique devrait autoriser la circulation de véhicules dotés de fonctionnalités de conduite autonome au cours de cette année. Cependant, le terme « conduite autonome » employé par les autorités britanniques n’est pas tout à fait exact.

Dénommé « ALKS » (Automated Lane Keeping Systems), le système de conduite autonome permet le maintien automatique du véhicule dans sa voie. Son utilisation devrait être autorisée sur le territoire britannique jusqu’à une vitesse de 60 km/h.

Conduite autonome… sous contrôle

En effet, si nos voisins britanniques vont pouvoir utiliser les systèmes ALKS de conduite dite « autonome », qui permettra un suivi automatisé de la voie et cela jusqu’à une vitesse maximale de 60 km/h, le conducteur devra malgré tout rester vigilant, sans obligation de surveiller la route pour autant, et se tenir prêt à reprendre la main à tout moment et à la demande du véhicule.

En cas de non-réponse du conducteur aux sollicitations du véhicule dans les 10 secondes suivantes, celui-ci allumera les feux de détresse avant de ralentir, voire de s’arrêter.

Ainsi, il ne s’agit pas de conduite autonome totale, comme le laisse entendre la terminologie employée par le gouvernement britannique. Il s’agit de conduite autonome de niveau 2, tout comme l’Auto-Pilot de Tesla, actuellement proposé, qui ne peut pas se passer d'un humain prêt à réagir.

Supprimer le facteur humain

L’ambition clairement affichée par le gouvernement britannique est de supprimer l’erreur humaine grâce à la conduite autonome, à terme. Le véhicule, bardé de capteurs et de caméras, surveille en permanence la route et son environnement pour réagir et s’adapter très rapidement.

Ainsi, le manque d’attention ou de concentration d’un conducteur est supprimé. Le véhicule analyse en temps réel ce qu'il se passe tout autour de lui, sans angles morts, et adapte sa réaction en fonction. Du moins, en théorie, car la technique n’est pas infaillible. En tout cas, pas suffisamment pour atteindre le niveau 3 de l’échelle de classification de la conduite autonome qui comprend cinq paliers.

D’après le directeur général de la Society of Motor Manufacturers and Traders, Mike Hawes, la conduite autonome devrait permettre d’éviter jusqu’à 47 000 accidents graves et sauver jusqu’à 3 900 vies au cours de la prochaine décennie en supprimant le facteur humain, ou du moins, l’erreur humaine.

Source : BBC

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
22
14
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

Electronic Arts annonce son événement estival et snobe l'E3 2021
WD Blue 1 To : boostez votre PC avec ce SSD M.2 à moins de 100€ sur Amazon
Cette double clé USB SanDisk Ultra 256 Go est vraiment pas chère sur Amazon
Android : Oppo envisagerait de proposer 4 années de mise à jour
Test de Subnautica Below Zero : la profondeur des grands jeux
Kodi 19.1 est dispo : des correctifs à gogo, de la vidéo au réseau
Un Porsche Macan tout électrique à venir, à côté d'un nouveau modèle thermique
Sony WF-1000XM3 : le top des écouteurs sans fil au meilleur prix sur Amazon
Faux avis Amazon : la firme bannit les produits Aukey de son catalogue
Smartphone pas cher : le Xiaomi Redmi 9A passe à moins de 100€ sur Amazon
Haut de page