Le prix Nobel de physique récompense un cosmologiste et deux astrophysiciens

08 octobre 2019 à 12h59
1
Prix Nobel de physique 2019
© Nobel Prize

Cette année, le prix Nobel de physique a été scindé en deux. Cela permet d'honorer à la fois le cosmologiste américain James Peebles, pour ses travaux sur la compréhension de l'Univers, et les deux astrophysiciens suisses Michel Mayor et Didier Queloz, pour leur découverte de la première exoplanète.

Cette semaine marque le coup d'envoi de la remise des prix Nobel 2019. Après celui de médecine attribué hier, c'est la physique qui était à l'honneur aujourd'hui. Et cette année, ce sont les sciences spatiales qui ont été particulièrement mises en lumière.

Mieux comprendre l'histoire de l'Univers

Notons tout d'abord que le prix Nobel de physique 2019 a été divisé en deux, la dotation de 9 millions de couronnes suédoises (environ 828 000 euros) devant donc être partagée. La première moitié revient à un chercheur américain (né au Canada) et l'autre à deux scientifiques suisses.

Le premier lauréat, James Peebles, a été récompensé pour ses « découvertes théoriques en cosmologie physique », c'est-à-dire ses recherches concernant l'origine, la formation et l'évolution de l'Univers. L'Académie royale des sciences de Suède a ainsi souhaité saluer l'ensemble de la carrière du chercheur, qui a notamment permis de modéliser le phénomène du Big Bang.

La première exoplanète d'une longue série

Quant à eux, Michel Mayor et Didier Queloz ont été honorés pour leur découverte, en 1995, de la première exoplanète, autrement dit de la première planète tournant autour d'une étoile autre que le Soleil. Baptisé 51 Pegasi b, l'astre orbite en effet autour de l'étoile quasi homonyme, 51 Pegasi, au sein de la constellation de Pégase, à 50 années-lumière de la Terre.

Cette découverte a ouvert la voie à de nombreuses autres, puisque depuis, plus de 4 000 exoplanètes ont été identifiées. Ce domaine de recherche permet d'en apprendre davantage sur notre propre planète, mais également d'étudier si certains astres sont susceptibles d'abriter la vie.

La remise des prix Nobel se poursuit dans les prochains jours, à commencer par celui de chimie qui sera annoncé demain.



Source : The Guardian
Modifié le 08/10/2019 à 13h21
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
1
2
Jy2ms
Donner le Nobel de Physique à quelqu’un qui a découvert une exoplanète est une chose vraiment stupide car les gens qui traquent les planètes situées hors du système solaire qui ressemblent à la Terre et qui sont susceptibles d’abriter des traces de vie font certes un petit travail utile pour la compréhension que nous avons de l’Univers mais que nous importe que ces exoplanètes abritent ou non des traces de vie car nous ne serons jamais capables d’aller là-bas pour vérifier. Alors observer l’Univers pour essayer de le comprendre, oui, regarder toutes les exoplanètes et pas seulement celles susceptibles d’abriter des traces de vie, oui aussi, mais il faut avoir à l’esprit qu’il n’y a rien de vraiment important à tirer de tout ceci et réaliser que la connaissance que nous avons de l’Univers, si elle est susceptible de progresser dans les siècles à venir, pour autant que notre planète tienne le coup, ne va pas nous permettre d’obtenir la preuve de vies extra-terrestres et d’aller à la rencontre de ces vies.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Un fan du Raspberry Pi 4 crée un radiateur low-profile à caloduc (bientôt en vente)
Coca-Cola dévoile la première bouteille issue du plastique récupéré en mer puis recyclé
Samsung confiant malgré des profits en baisse de 56%
Google va lancer une certification Gaming pour les smartphones
Le Français LMX lance les précommandes pour le 64H, vélo tout-terrain électrique
🔥 Casque Sony Hi-Res MDR-1AM2 à 110€ au lieu de 250€
Emmanuel Macron presse Google de respecter le nouveau droit voisin pour la presse
🔥 Écouteurs et casques sans fil, notre sélection coup de cœur
South Park censuré sur Netflix France : la plateforme s'explique... puis se contredit elle-même
Tata Motors dévoile la Nexon EV, une voiture électrique à moins de 22000€
Haut de page