Des chercheurs ont trouvé un nouveau moyen de traquer les débris orbitaux même en plein jour

09 août 2020 à 08h27
7
space

Des scientifiques annoncent avoir mis au point une technique qui permet de détecter les débris spatiaux y compris en plein jour. Elle ferait ainsi passer la durée quotidienne d’observation depuis la Terre à 22 heures, contre 6 avec la méthode actuelle.

Une orbite terrestre encombrée

Depuis maintenant un peu plus de 60 ans, l’orbite terrestre est polluée par de multiples débris spatiaux liés à l’activité humaine. Il faut dire que depuis le lancement du premier satellite en 1957, Sputnik 1, des centaines d’engins ont suivi. Or, la plupart d’entre eux sont toujours au-dessus de nos têtes ; certains sont entiers, d’autres en petits morceaux. Au total, pas moins de 500 000 objets errent actuellement dans l’orbite terrestre. Les tailles de ces objets sont variables, puisqu’ils vont de la simple vis au réservoir de carburant d’une fusée.

Forcément, ces multiples débris entraînent de sérieux risques de collisions. Par exemple, en janvier dernier, la communauté spatiale a observé deux satellites, inactifs depuis 35 ans, se frôler en passant à moins de 50 mètres l'un de l'autre .

Pour scruter ce manège incessant depuis le sol, les scientifiques ont recours à une technique basée sur des lasers. Le problème, c’est qu'elle n’accorde que six heures d’observation quotidiennement. En effet, ce procédé n’est fonctionnel qu’au crépuscule, lorsque la station de détection sur Terre est plongée dans l'obscurité et que les débris sont encore illuminés par le Soleil.

Bonne nouvelle, une équipe de chercheurs déclare avoir élaboré une nouvelle méthode, affranchie de ces contraintes. Elle est ainsi capable d’offrir 22 heures d’observation chaque jour.

Plus d’heures d’observation grâce à un filtre

Cette technique, toujours au stade expérimental, a été mise au point par une équipe de l’Institut de recherche spatiale de l’Académie autrichienne des sciences. Elle combine un détecteur télescopique et un filtre qui augmente le contraste des objets afin de les rendre observables même en plein jour. Elle s’accompagne d’un logiciel de détection en temps réel qui détermine à quel moment certains objets sont visibles afin de faciliter le travail des chercheurs.

Michael Steindorfer, un membre de l’équipe, précise que leur méthode devrait nettement améliorer la localisation des débris et réduire la zone de ciel à scruter. En effet, il explique que la technique "pourrait contribuer de manière significative à l'amélioration des prévisions orbitales en matière de collision ou pour de futures missions de nettoyage des débris spatiaux".

À propos de cette évocation de futures missions de nettoyage, précisons que pour le moment, "les balayeurs de l’espace" n’existent pas. Ils devraient toutefois prendre vie dans les prochaines années. L’Agence Spatiale Européenne a notamment un programme baptisé ClearSpace qui prévoit de faire décoller un premier "chasseur de débris" ClearSpace-1 vers 2025 .

Source : Phys.org

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
7
7
GRITI
On pourrait recycler ces 500 000 objets? Ce serait rentable?
Oncle_Picsou
Très très très loin d’être rentable, ca serait à pure perte. Tu peux plus ou moins trouver la même chose gratuitement à la casse du coin.<br /> Tu imagines bien que ca aurait été fait depuis longtemps sinon ^^
JohnnyG
J’ai vu quelque part que les premiers a s’être intéressé au débris de satellites s’étaient rendus compte de la présence de petits satellites espions un peu partout (et pas une puissance pour rattraper l’autre) . Et que toujours dans le secret une sorte de statut quo était passé sur le mode " je te fais pas suer avec tes satellites et tu m’embête pas avec les miens". Grosso modo.
cirdan
Son petit morceau de fusée ou de satellite, ça pourrait le faire sur eBay ou Leboncoin
GRITI
Cela a pu changer avec le temps. Quitte à envoyer des engins avec du matériel dans l’espace autant qu’ils ne rentrent pas à vide .<br /> Ou alors prévoir un en engin exprès qui fait le plein là haut, va tout poser sur la lune dans une infrastructure prévue pour et les locaux recyclent tout ça pour leurs besoins propres.<br /> …ok je sors…
bennukem
C’est rentable, c’est rentable de pas voir ton nouveau satellite se faire détruire par une poubelle volante. Ce sera certainement comme une ecotax. Un mal pour un bien.<br /> Fait depuis longtemps, je crois que tu sur estimes la technologie et le risque humain d’il y a «&nbsp;longtemps&nbsp;».
ebottlaender
(grosse fake news)
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Surfshark, le VPN le moins cher du marché, encore mois cher pour les Soldes !
Honda pourrait préparer une version électrique de son iconique scooter Motocompo
Final Fight, Battletoads, Double Dragon… Les meilleurs beat’em all des années 80/90 (Hors-série)
Des experts en sécurité inquiets à l'approche de la présentation du premier prototype Neuralink d'Elon Musk
Tarform Luna : une moto électrique conçue pour être évolutive
Elon Musk envisage la construction d'un Cybertruck plus petit pour l'Europe
Une usine de production de cellule de batteries pour véhicules électriques bientôt en France ?
Espionnage industriel : un ancien salarié de Waymo puis d'Uber condamné à 18 mois de prison
Le New Hampshire devient le premier Etat américain à autoriser la circulation de... voitures volantes
Soldes Amazon et Cdiscount : les meilleurs bons plans high-tech du week-end
Haut de page