Des chercheurs ont trouvé un nouveau moyen de traquer les débris orbitaux même en plein jour

09 août 2020 à 08h27
7

Des scientifiques annoncent avoir mis au point une technique qui permet de détecter les débris spatiaux y compris en plein jour. Elle ferait ainsi passer la durée quotidienne d’observation depuis la Terre à 22 heures, contre 6 avec la méthode actuelle.

Une orbite terrestre encombrée

Depuis maintenant un peu plus de 60 ans, l’orbite terrestre est polluée par de multiples débris spatiaux liés à l’activité humaine. Il faut dire que depuis le lancement du premier satellite en 1957, Sputnik 1, des centaines d’engins ont suivi. Or, la plupart d’entre eux sont toujours au-dessus de nos têtes ; certains sont entiers, d’autres en petits morceaux. Au total, pas moins de 500 000 objets errent actuellement dans l’orbite terrestre. Les tailles de ces objets sont variables, puisqu’ils vont de la simple vis au réservoir de carburant d’une fusée.

Forcément, ces multiples débris entraînent de sérieux risques de collisions. Par exemple, en janvier dernier, la communauté spatiale a observé deux satellites, inactifs depuis 35 ans, se frôler en passant à moins de 50 mètres l'un de l'autre .

Pour scruter ce manège incessant depuis le sol, les scientifiques ont recours à une technique basée sur des lasers. Le problème, c’est qu'elle n’accorde que six heures d’observation quotidiennement. En effet, ce procédé n’est fonctionnel qu’au crépuscule, lorsque la station de détection sur Terre est plongée dans l'obscurité et que les débris sont encore illuminés par le Soleil.

Bonne nouvelle, une équipe de chercheurs déclare avoir élaboré une nouvelle méthode, affranchie de ces contraintes. Elle est ainsi capable d’offrir 22 heures d’observation chaque jour.

Plus d’heures d’observation grâce à un filtre

Cette technique, toujours au stade expérimental, a été mise au point par une équipe de l’Institut de recherche spatiale de l’Académie autrichienne des sciences. Elle combine un détecteur télescopique et un filtre qui augmente le contraste des objets afin de les rendre observables même en plein jour. Elle s’accompagne d’un logiciel de détection en temps réel qui détermine à quel moment certains objets sont visibles afin de faciliter le travail des chercheurs.

Michael Steindorfer, un membre de l’équipe, précise que leur méthode devrait nettement améliorer la localisation des débris et réduire la zone de ciel à scruter. En effet, il explique que la technique "pourrait contribuer de manière significative à l'amélioration des prévisions orbitales en matière de collision ou pour de futures missions de nettoyage des débris spatiaux".

À propos de cette évocation de futures missions de nettoyage, précisons que pour le moment, "les balayeurs de l’espace" n’existent pas. Ils devraient toutefois prendre vie dans les prochaines années. L’Agence Spatiale Européenne a notamment un programme baptisé ClearSpace qui prévoit de faire décoller un premier "chasseur de débris" ClearSpace-1 vers 2025 .

Source : Phys.org

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
7
7
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

L'ESA attire un nombre record de candidatures pour devenir astronaute
Cette fois ça fonctionne ! Sortie réussie pour Thomas Pesquet et Shane Kimbrough sur l'ISS
Une étude de la NASA dévoile que la quantité de chaleur absorbée par la Terre a doublé depuis 2005
Sortie compliquée pour Thomas Pesquet et Shane Kimbrough sur les flancs de l'ISS
La Chine envoie les 3 premiers astronautes sur sa nouvelle station spatiale
Le 16 juin 1963, Valentina Tereshkova devenait la première femme dans l'espace
Suivez en direct la sortie extra-véhiculaire de Thomas Pesquet et Shane Kimbrough
Starship : après les sauts, SpaceX se prépare pour l'orbite
NEO Surveyor : la NASA accélère son projet pour surveiller les astéroïdes
Xichang : lancer des fusées depuis les montagnes
Haut de page