La Chine compte installer une base habitée sur la Lune à l’horizon 2040

Par
Le 08 octobre 2018
 0
lune logo

Longuement évoquée au Congrès international d'astronautique, organisé du 1er au 5 octobre 2018, la conquête de la Lune fait l'objet de grands projets internationaux. En première ligne, la Chine, qui chercherait à y implanter une base permanente d'ici 2040.

Depuis la célèbre mission Apollo 11 et les premiers pas de l'Homme sur la Lune en 1969, l'unique satellite naturel de la Terre suscite l'intérêt tout particulier des agences spatiales du monde entier. L'enchaînement des recherches et opérations n'a pas faibli depuis, occupant toujours une place centrale dans la conquête de l'espace. La Chine, elle, compte bien aussi marquer l'histoire.

Explorer les deux pôles de la Lune avant 2030

C'est du moins ce que laissent penser ses pharaoniques projets évoqués lors du 69e Congrès international d'astronautique organisé au Centre des congrès et des expositions de Brême, en Allemagne. L'Empire du Milieu aurait une vision plutôt claire des choses, et chercherait à implanter une base habitée a l'horizon 2040, nous apprend le site Futura Sciences.

Cet aboutissement traversera plusieurs étapes : l'exploration des deux pôles à l'aide de robots avant 2030, puis l'installation de structures capables d'accueillir des hommes dans la foulée. Un projet ambitieux que la première puissance mondiale compte bien parachever à l'aide de ses prochains lanceurs dotés de propulseurs réutilisables. Le vol inaugural de Longue Marche-8 aura d'ailleurs lieu en 2021.

Des allers retours interplanétaires

En parallèle, la CNSA (Administration spatiale nationale chinoise) développe une nouvelle version plus puissante de son engin spatial - le Longue Marche-9 -, opérationnel pour 2030. Le point fort de ce lanceur lourd réside dans sa capacité à placer en orbite basse une charge utile de 140 tonnes. Début septembre, la Chine n'avait également pas manqué de rappeler ses objectifs au cours des prochaines décennies.

Pour elle, 2040 serait l'année des « allers-retours interplanétaires multiples, exploitant les ressources spatiales grâce à l'extraction d'astéroïdes et à la construction de méga-projets tels que les centrales solaires spatiales », pouvait-on lire à l'époque sur Gbtimes.

Ajoutez à cela la construction d'une base permanente sur la Lune, et vous obtenez un calendrier technologique chargé et rempli d'attentes.
Modifié le 08/10/2018 à 12h03

Les dernières actualités Conquête spatiale

scroll top