Entre deux photos extraordinaires, le James Webb aide à découvrir une nouvelle exoplanète

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
12 janvier 2023 à 15h15
3
James Webb exoplanète LHS 475b transit © NASA, ESA, CSA, L. Hustak (STScI), JHUAPL, K. Stevenson, J. Lustig-Yaeger, G. Fu, S. Moran

La détection de petites exoplanètes en observant leurs transits était une capacité très attendue pour le télescope James Webb, c'est donc une victoire de plus sur son (déjà long) palmarès ! LHS 475 b fait à peu près la taille de la Terre, mais elle ne devrait pas avoir beaucoup d'autres points communs.

Le télescope, lui, a déjà tourné ses miroirs vers de nouveaux horizons !

Le James Webb sait tout faire

C'est une étoile qui se trouve dans la constellation de l'Octant, qui n'est visible que depuis l'hémisphère Sud. En termes astronomiques, cette naine rouge n'est pas si lointaine, à seulement 41 années-lumière d'ici… Et elle est petite et peu puissante, avec seulement la moitié de la température de notre Soleil. Néanmoins, les chercheurs ont tourné le puissant télescope James Webb pour une campagne de mesures, utilisant ses capteurs pour tenter de capturer un transit, c'est-à-dire le passage d'une exoplanète « devant » son étoile de notre point de vue. Une observation qui ne devait rien au hasard, le télescope spatial américain TESS ayant déjà pointé LHS 475 avec une découverte possible. Restait à le prouver, ce que les puissants instruments du James Webb n'ont eu aucune difficulté à montrer : c'est donc la première découverte confirmée par le JWST. Mais ce qui est plus intéressant, ce sont les caractéristiques que le télescope infrarouge a pu extraire de seulement deux transits de cette exoplanète, LHS 475 b.

James Webb exoplanète LHS 475b spectre © NASA, ESA, CSA, L. Hustak (STScI),, JHUAPL, K. Stevenson, J. Lustig-Yaeger, E. May, G. Fu, and S. Moran
Le spectre isolé de l'exoplanète LHS 475 b, qui permet aux scientifiques d'en savoir plus sur sa composition. Crédits NASA, ESA, CSA, L. Hustak (STScI), K. Stevenson, J. Lustig-Yaeger, E. May (Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory), G. Fu (Johns Hopkins University), and S. Moran (University of Arizona)

Une cousine de la Terre ? Pas vraiment

Déjà, il est possible d'affirmer que LHS 475 b est une exoplanète rocheuse, et grâce aux mesures, son diamètre estimé fait 99 % de celui de la Terre. Cependant, nos points communs s'arrêtent probablement là : la planète fait une rotation autour de son étoile en deux jours seulement, elle est sans doute bombardée de radiations par son étoile dont la proximité force sans doute une rotation synchrone, avec toujours la même face exposée à LHS 475. D'autre part, les mesures du James Webb ne permettent pas pour l'instant de prouver qu'elle a une atmosphère, même si les mesures du spectre lumineux donnent beaucoup d'informations préliminaires. Par exemple, les chercheurs du laboratoire John Hopkins, qui ont confirmé la découverte, montrent qu'il n'est pas possible pour cette exoplanète d'avoir une atmosphère chargée de nuages de méthane comme sur Titan. De nouvelles mesures sont prévues à l'été prochain pour en savoir plus.

Grands moyens, grands résultats

Mais derrière cette confirmation de découverte, c'est une nouvelle fois la capacité du James Webb à aller plus loin que les outils existants qui fait parler d'elle. Il a effectivement détecté sans peine une exoplanète de la taille de la Terre, et les mesures montrent qu'il est tout à fait capable de sonder la composition de son atmosphère. Une bonne nouvelle, alors qu'il n'y a actuellement « que » 5 300 exoplanètes confirmées dans nos catalogues.

James Webb NGC 346 petit nuage de Magellan © NASA/ESA/CSA/JWST/STScl
Un berceau de nouvelles étoiles en amas (NCG 346), au sein du Petit Nuage de Magellan. Crédits NASA/ESA/CSA/Stscl

Les chercheurs réunis actuellement à Seattle au Congrès de la Société Astronomique Américaine (AAS) sont à la fête : après plus d'une décennie de débats sur ce qu'il serait possible ou non de voir avec le télescope James Webb, voici six mois qu'il livre ses téraoctets de données. Et il ne déçoit personne. L'occasion d'ailleurs de se plonger dans son dernier cliché, la région NGC 346, dans le Petit Nuage de Magellan, en HD !

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
3
4
gemini7
Un berceau de nouvelles étoiles en amas (NCG 346), au sein du Petit Nuage de Magellan. Crédits NASA/ESA/CSA/Stscl<br /> OUAH, on dirait un « dragon de feu », superbe image.<br /> Merci Eric pour cette beauté d’article.
Belgarath
Merci !
Martin_Penwald
Je vois plutôt un canard.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

Sur Android, l'IA de Google va bientôt permettre de
Ce nouvel émulateur promet tous les jeux Xbox 360 sur PC (et sur Xbox Series)
Ce SSD Samsung 870 QVO 1To chute de prix chez Amazon
SNCF : place au tout numérique, les petites bornes jaunes tirent leur révérence
Entre promotion et ODR, le chargeur à induction duo Samsung 15W est à moins de 10 €
Comment héberger votre site web à moindre coût ?
Images explicites : comment Google Images va évoluer pour protéger les plus jeunes
Après les Soldes, les promos continuent chez RueDuCommerce avec la Samsung Galaxy Tab A8
Quick Delete, cette nouvelle fonctionnalité de Chrome qui pourrait vous éviter la honte
Économisez 540 € sur le PC portable gamer Medion Erazer Beast X30 et sa RTX 3070 Ti
Haut de page