Depuis l'ISS, Thomas Pesquet fait un rapport sur l'état de la planète au président Macron

04 novembre 2021 à 19h48
17
Thomas Pesquet Emmanuel Macron © Capture d'écran Twitter Emmanuel Macron
© Capture d'écran Twitter @EmmanuelMacron

Le président de la République Emmanuel Macron et l'astronaute Thomas Pesquet ont échangé durant une vingtaine de minutes ce matin, depuis Paris pour l'un, depuis l'ISS pour l'autre.

C'est avec un regard d'enfant, sans doute un peu admiratif, qu'Emmanuel Macron a discuté avec Thomas Pesquet jeudi matin. Le président de la République a pris des nouvelles de celui qui a rejoint la Station spatiale internationale (ISS) à la fin du mois d'avril, et dont on attend le retour sur Terre – reporté déjà deux fois – pour ce mois de novembre. Mais après les sourires, l'intérêt de la discussion a rapidement tourné autour de l'état global de notre planète. Et Thomas Pesquet l'affirme : visuellement, le changement est notable depuis son premier passage à bord de l'ISS fin 2016-2017.

Thomas Pesquet, impressionné et inquiet d'avoir vu, à l'œil nu parfois, certains phénomènes météorologiques

En pleine COP26, Emmanuel Macron n'allait évidemment pas manquer l'occasion de demander à Thomas Pesquet si depuis l'espace, la dégradation de la Terre était bien visible :

« Au-delà des clichés que vous partagez durant votre observation de la Terre, est-ce que vous voyez véritablement les conséquences du dérèglement climatique, les traces tangibles de ce qu'on décrit et ce contre quoi nous luttons chaque jour ? »

« Malheureusement oui, monsieur le Président », lui a répondu l'astronaute. « On voit distinctement, par le hublot de la Station spatiale, la fragilité de la Terre », a-t-il ajouté, évoquant même un « choc, une expérience sensorielle ».

Thomas Pesquet relève aussi voir au quotidien « les effets néfastes des activités humaines », évoquant la pollution des rivières et la pollution atmosphérique. Durant sa mission, le Rouennais a été particulièrement choqué par « les phénomènes météorologiques ou climatiques extrêmes. On voyait des régions entières qui brûlaient, au Canada, en Californie ». Thomas Pesquet indique avoir vu, à l'œil nu et pourtant à 400 km d'altitude, les flammes des grands incendies qui ont frappé le monde ces derniers mois, que ce soit en Californie, en Grèce, en France et ailleurs. « On voyait aussi malheureusement le triste spectacle des tempêtes tropicales. On avait l'impression qu'elles s'enchaînaient. Une fois que l'une était passée, on en voyait une autre qui se formait dans l'Atlantique Sud », a-t-il raconté.

Une dégradation de la planète en seulement quelques années, constatée par l'astronaute

L'astronaute français, qui a conscience de l'accélération et de la plus grande intensité de ces phénomènes climatiques ravageurs, s'est ensuite vu demander par le président Macron s'il avait constaté des évolutions par rapport à sa dernière mission. Et ici encore, la réponse ne peut que nous alarmer et nous sensibiliser un peu plus :

« Ce qu'on a vu vraiment, c'est l'accélération de ces phénomènes météorologiques. Ça s'accélère d'une manière inquiétante. D'une année sur l'autre, on bat des records de température, et on bat des records de feu, de tempête et d'inondation. Et j'ai très clairement vu la différence par rapport à ma mission d'il y a 4 ou 5 ans. »

Emmanuel Macron a ainsi rappelé la nécessité d'accélérer les engagements et leur mise en œuvre sur le plan mondial pour essayer de contenir au mieux les effets du réchauffement climatique.

Le spationaute de 43 ans a aussi rappelé au président Macron quelques-uns des moments forts de sa deuxième aventure en orbite, comme l'arrivée tant attendue du nouveau module russe, l'ajout de nombreux équipements scientifiques et l'installation, à l'extérieur, de nouveaux panneaux solaires.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
17
18
tangofever
Thomas l’influenceur, c’est quoi sa chaîne YouTube !
PierreKaiL
«&nbsp;on bat des records de feu, de tempête et d’innovation&nbsp;»<br /> D’innovation ? inondation plutôt non ?
Bombing_Basta
Y’a des milliers de scientifiques sur Terre, de naturalistes, qui crient alarment depuis des années, et il a besoin d’un gus dans l’ISS Mc Rond ?<br /> Ah bah c’est sûr on est pas prêt d’en parler de la 6ème extinction dans ces conditions, on la voit pas la faune depuis l’espace…
pecore
Et malgré cela on trouve encore des gens pour crier haut et fort que créer des trucs qui consomment, chauffent et polluent autant qu’un pays de taille moyenne juste pour être sécurisés, c’est normal, ça ne pose pas de problème.
raymondp
Ce qu’il faudrait, c’est arrêter ces centrales à charbon ! c’est 40% de la production de CO2, grâce en partie aux écolos, pour l’allemagne
mcbenny
Puisque c’est un sujet science / politique, allons-y…<br /> Je suis ne suis pas surpris et en même temps une fois de plus révolté par le langage politique : «&nbsp;Au-delà des clichés que vous partagez durant votre observation de la Terre, est-ce que vous voyez véritablement les conséquences du dérèglement climatique, les traces tangibles de ce qu’on décrit et ce contre quoi nous luttons chaque jour ?&nbsp;»<br /> Parce que nous luttons chaque jour contre ça ? Quand les décisions politiques sont davantage de subventionner les énergies fossiles, ou au moins de les préserver et de les dorlotter ?<br /> Alors qu’il faudrait au contraire les sanctionner et favoriser massivement la recherche et les investissements dans ce qui pourrait au moins avoir un impact plus faible sur la planète ?<br /> Cette phrase est le discours politique typique, j’énonce une grande vérité sur laquelle tout le monde s’accorde et j’y glisse le petit mensonge qui m’exonère de toute responsabilité. Et la réponse en face est «&nbsp;oui…&nbsp;». 1 point pour le costume-cravatte.
Palou
mcbenny:<br /> 1 point pour le costume-cravate<br /> Quand on voit la dernière COP26, 50 chefs d’Etat (dont la moitié dormait), 300 avions, 1200 voitures blindées, des milliers de véhicules et d’engins divers pour la sécurité alors que la visioconférence existe, je ne cherche plus à comprendre, et ça le père Pesquet ne le voit pas
Korgen
Il a rien d’autre à faire que de raconter sa vie l’autre touriste à plusieurs milliards ?
Voigt-Kampf
Y aurait-il un problème de pressurisation dans la station ? Non parce que la tête de certains «&nbsp;astronautes&nbsp;» semble avoir gonflé…
keyplus
envoyer un astronaute en orbite ca pollue un max de max
BossRreynolds
Comme vous dites, c’est un debat politique
alba
la Cop26 est une mascarade, une pantomime. tous les participants veulent se donner bonne conscience mais dans le fond, ils s’en foutent du réchauffement climatique. ce n’est pas leur problème. Ce qui les intéresse au plus haut point c’est : comment gagner plus d’argent.
pmoulin
N’importe quoi toi, respecte un peu nos spationautes Français, tu est incapable de faire un millième de ce qu’il fait lui, a part critiquer que sait tu faire d’autre ???
ricozed
«&nbsp;Merci Thomas, ça nous aide pour le COP 21, on va prendre des mesures sévères contre les industries applicables dès 2050 !<br /> Attendez je dois valider la double taxation «&nbsp;copie privée&nbsp;» sur les produits reconditionnés, il faut acheter du neuf pour faire tourner le commerce !&nbsp;»<br />
LeGlop
Certains reprochent au gouvernement de ne pas aller assez vite pour couper les subventions aux énergies fossiles… Mais si le prix à la pompe double du jour au lendemain cest une nouvelle vague de gillets jaunes qui va déferler sur le pays.<br /> Gérer ces problèmes là n’est pas aussi simple que certains le pensent.
nelectron
Ah les correcteurs automatiques !
Papounet17
Pesquet ne voudrait pas une place de ministre dans le gouvernement Macaron lui aussi ?
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

La sortie spatiale du jour annulée à cause d'une alerte aux débris orbitaux
Blue Origin passe à la vitesse supérieure avec six touristes pour son prochain vol
Suivez la sortie extra-véhiculaire sur l'ISS en direct ce mardi
L'ISS s'agrandit encore avec l'arrivée du nouveau module Pritchal
Les petites galaxies proches de la Voie lactée ne sont pas des acolytes de longue date
La NASA veut un réacteur nucléaire sur la Lune dans les 10 ans à venir
Décollage réussi pour la sonde DART ! Objectif : dévier un astéroïde
Le lancement du James Webb Space Telescope reporté en raison d'un
Fini les échecs : Astra atteint enfin l'orbite avec son petit lanceur
L'ESA se prépare au survol de la Terre le plus délicat le 27 novembre
Haut de page