De la poussière d'un autre monde : les équipes de Hayabusa2 découvrent leurs échantillons

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
16 décembre 2020 à 15h55
16
Hayabusa2 recuperation echantillon © JAXA
L'image est très claire, mais les échantillons sont en réalité d'un noir profond. © Crédits JAXA

Les équipes japonaises n'ont pas perdu une minute depuis l'atterrissage de la capsule, ce 6 décembre. Revenus au Japon, elles ont ouvert le boîtier contenant des échantillons, identifié du gaz et validé les prélèvements de la surface de Ryugu. Les retours scientifiques confirment un immense succès.

Chaque grain minuscule contient sa « carte d'identité » sur un passé de milliards d'années…

Quand l'astéroïde a des gaz

De bonne surprise en bonne surprise. L'équipe de récupération de la capsule, lors de son arrivée à Woomera en Australie, avait amené cette dernière dans un petit laboratoire provisoire avant de prendre l'avion pour retourner au Japon. Il s'agissait avant tout de savoir si l'intégrité de la capsule était assurée, qu'elle n'était pas fissurée ou fragilisée. Il faut savoir que les échantillons prélevés sont stockés dans trois cylindres isolés, eux-mêmes placés dans un système de collecte métallique scellé, qui était placé dans la capsule de retour.

C'est donc « juste » l'ouverture de la capsule qui a eu lieu en Australie, dans un caisson à atmosphère contrôlée. Une idée très pertinente, puisque lorsque l'opercule a été retiré, du gaz s'est échappé de l'intérieur de la capsule (le système de collecte restant, lui, scellé). Prélevé, ce gaz a livré son verdict : c'est bel et bien un prélèvement directement lié à l'astéroïde Ryugu ! Certes, il n'y a pas d'atmosphère sur place, mais les particules et poussières dans la capsule, en chauffant à leur entrée dans l'atmosphère, ont libéré du gaz.

Poudre noire

Pour confirmer que ce gaz était bien issu de Ryugu, l'équipe scientifique a dû attendre l'ouverture du système de collecte principal dans le laboratoire à Sagamihara au Japon. Cette action a pris une semaine supplémentaire parce que le dispositif a été placé dans un caisson sous vide et, à l'ouverture, rebelote, un gaz s'est échappé du cylindre.

Heureusement, les compositions sont identiques : c'est donc bien un « vent de Ryugu » que l'équipe de Hayabusa2 a pu collecter ! Une première mondiale. Qui s'est immédiatement accompagnée d'une bonne surprise… Puisque même sans accéder aux cylindres contenant les échantillons, il y avait déjà de la poussière d'astéroïde un peu partout à l'intérieur du système scellé. Avant même de découvrir les résultats des collectes, les équipes avaient déjà infiniment plus de matière que ce qu'avait ramené la mission Hayabusa en 2010 !

Hayabusa2 recuperation echantillon 2 © JAXA
Dans le boîtier scellé mais à l'extérieur des cylindres contenant les échantillons, la récolte est déjà prometteuse. © Crédits JAXA

Dépoussiérer nos connaissances

Cela s'est confirmé ce lundi 14 septembre à l'ouverture du cylindre d'échantillonnage A, contenant les poussières et grains d'astéroïde collectés à la surface le 21 février 2019. Si l'on ignore toujours la masse prélevée sur Ryugu à cette heure, plus de doute, tout a bien fonctionné. En effet, impossible de passer à côté du petit « tas » de poussière et de petits blocs visible sur la photo partagée par l'équipe. C'est bien plus qu'il n'en fallait pour que la mission soit un succès, et tous les intervenants présents et futurs (de nombreux laboratoires autour du monde attendent de mettre la main sur des « grains » de Ryugu) se réjouissent.

Il reste encore les cylindres B et C à ouvrir, après quoi il faudra les isoler, en sortir tous les échantillons, les classer, les regrouper, les documenter puis commencer à en analyser quelques-uns. Les morceaux d'astéroïde vont avoir une longue carrière devant eux !

Source : JAXA

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
16
15
SlashDot2k19
C’est incroyable d’avoir réussi à prélever ces échantillons. Cela répondra à quelques questions et en soulèvera d’autres. Une quête sans fin pour étancher notre soif du savoir.
wedgantilles
Sacré prouesse d’avoir réussi cette prise de poussière d’astéroïde. Vivement que l’on en sache plus sur sa composition et ce qu’il peut nous apprendre.
kplan
Quelle réussite technologique et scientifique !<br /> J’espère que les prélèvements nous en apprendront plus sur la formation de notre système et qui sait, contiendront quelques surprises carbonées ?
casimir79
Je peux imaginer l’enthousiasme des chercheurs et quelle fantastique réussite!<br /> Sait on en quel matériau sont fait les cylindres? et ne pouvaient ils pas «&nbsp;polluer&nbsp;» d’une certaine maniére les échantillons?
iksarfighter
C’est dommage que les échantillons aient «&nbsp;chauffé&nbsp;» pendant la rentrée atmosphérique. Il aurait fallu bien isoler les parois.
Zakalwe
Super article comme d’habitude. Merci !
Space_Boy
bah non…juste de le peau morte des quelques Aliens…pas faire autant de foin de tout ça
Geemee_Theway
@iksarfighter : j’ai eu la meme réflexion.
ZeBigBoss
Isoler contre une rentrée atmosphérique, c’est très lourd et le poids est strictement compté en spatial. Et c’est cher, mais ce n’est pas forcément le critère principal dans ce cas.
ebottlaender
Oui enfin la capsule elle-même a été soumise à un important «&nbsp;chaud/froid&nbsp;» tout au long de la mission. Certes elle a un peu chauffé et les conditions sur Terre sont en moyenne plus importantes que ce que le matériel a connu en orbite, mais ça reste des conditions d’observation optimales.
Urleur
Et voilà, à la moindre erreur, un virus mortel va s’échapper du laboratoire, on connaît la suite…
ebottlaender
This is not how it works.<br /> This is not how any of this works !
KoniRC
t’es sérieux ?
Niverolle
Que celui qui n’a jamais regardé de série B lui jette la première pierre !
grandtof
2020, est-ce vraiment le bon moment pour piquer des échantillons dans les chiottes d’Asguard ?
DrCarter95
C’est rare qu’on s’extasie autant lors de la libération d’un gaz… d’habitude c’est plutôt le contraire…<br /> En tout cas, je sais pas quelle masse ils ont réussi à ramener sur Terre mais si on rapporte le prix final au kilo on doit pas être loin de plusieurs millions voire dizaines de millions.
ebottlaender
Oui. Et… alors ?<br /> L’exploration spatiale c’est pas une charcuterie, pas de raison de raisonner en prix au kg.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Marvel Studios: Legends, Disney+ veut vous aider à recoller les morceaux du MCU
Avec Cinematic, l'IA de Google ajoutera un effet 3D aux photos 2D
Mortal Kombat : le reboot (du film) le 16 avril 2021 au cinéma... et sur HBO Max
5G : l'UFC-Que Choisir dénonce la confusion des cartes de couverture des opérateurs
AMD : le Ryzen 7 5800H 23% plus rapide que son prédécesseur en single core sur Geekbench
Apple retire discrètement le serveur web Zoom caché via une mise à jour sur Mac
Mini critique Truth Seekers (S01)
Mini critique The Mandalorian (S02E01)
Mini critique Moonbase 8 (S01E01)
Les meilleures séries d'anthologie
Haut de page