La mission Chang'E 5 atteint l'orbite lunaire et se prépare à alunir

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
30 novembre 2020 à 13h00
7
Chang'E 5 atterrisseur alunisseur éjection © CNSA/CLEP
L'atterrisseur de la mission est éjecté avec succès autour de la Lune. Crédits CNSA

Depuis son décollage le 23 novembre, le « train lunaire » chinois progresse pour aller collecter des échantillons sur le sol lunaire. Le rythme des opérations s'accélère depuis l'arrivée sur orbite le 29 novembre.

Chaque phase de la mission Chang'E 5 est critique !

Objectif Lune

Malgré l'intense préparation de la mission Chang'E 5 au sol dans les années qui ont précédé son décollage, chaque manœuvre qui rapproche le véhicule de son retour vers la Terre avec des échantillons est une étape importante vers le succès. Et si la mission ne dure effectivement que trois semaines, le planning est chargé.

Après son décollage le 23 novembre, Chang'E 5 a allumé son moteur principal avec succès pour prendre le chemin vers la Lune. Deux corrections de trajectoires (minimes) plus tard, et quatre jours et demi après le décollage, les équipes au sol ont assisté à la mise sur orbite de l'appareil le 28 novembre. Une étape « simple » aujourd'hui, et qui a pourtant posé bien des problèmes aux missions pionnières de la course à l'espace des années 60 !

L'heure du grand défi

Chang'E 5 n'est pas restée longtemps sur son orbite lunaire initiale, qui était elliptique et lui permettait de faire un tour de la Lune toutes les 8 heures environ (217 x 5 585 km d'altitude). Le 29 novembre, la sonde a de nouveau allumé son moteur principal pour freiner et arriver en orbite lunaire basse à 13h34. À environ 200 km au-dessus de la Lune, les opérations ont ensuite été scindées entre l'orbiteur et l'atterrisseur. Ce dernier a été éjecté avec succès en début de soirée dimanche (21h40 à Paris), et il devrait abaisser son orbite deux fois aujourd'hui.

L'une des phases les plus cruciales de la mission aura lieu demain, 1er décembre, avec l'alunissage prévu autour de 16h15 (Paris), au nord du Mont Rumker. Les deux derniers essais israéliens et indiens en 2019 avaient été de cuisants échecs… mais la Chine reste sur deux succès consécutifs en la matière ! Après cette manœuvre, l'atterrisseur devrait réaliser de nombreux clichés, qui seront immédiatement suivis du prélèvement des échantillons de sol, si les instruments le permettent.

Chang'E 5 autour de la Lune © CNSA/BACC
Visualisation de Chang'E 5 issue du centre de contrôle. Sur cette image, la séparation avec l'atterrisseur n'a pas encore eu lieu. Crédits CNSA/BACC

Ramener Chang'E à la maison

Comme son nom l'indique, l'orbiteur restera autour de la Lune durant toutes les opérations à la surface, mais il a encore un rôle crucial à jouer : il récupérera les échantillons qui vont redécoller de la Lune avec un petit véhicule ascendant (probablement le 3 décembre). Les deux éléments devront se repérer, puis opérer un rendez-vous et un amarrage à près de 200 km d'altitude (autour du 5 décembre)… Une première ! Ensuite seulement, l'orbiteur reprendra le chemin vers la Terre, sa précieuse cargaison stockée dans une capsule capable de résister à la rentrée atmosphérique terrestre.

L'ambitieuse mission a déjà parcouru une bonne partie du chemin vers le succès, et nous saurons d'ici seulement quelques jours si les promesses se concrétisent !

Source :  Xinhuanet

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
7
5
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Intrinsic : le nouveau jouet de Google spécialisé dans le logiciel destiné aux robots industriels
Un robot crée une superbe fresque Super Mario en domino en 24 heures
Amsterdam a inauguré le tout premier pont en acier imprimé en 3D
Face au blocus des communications à Cuba, les USA envisagent de déployer Internet via des ballons
La Défenseure des droits s'oppose aux caméras de reconnaissance des individus dans l'espace public
Voici CAPS, la capsule volante française autonome, passe-partout et monoplace (Vidéo)
Végétaliser les villes ? Google veut cartographier les quartiers prioritaires
Les chasseurs d’ondes de l’ANFR à la recherche des fréquences suspectes (Vidéo)
Après le supersonique, United Airlines veut des avions à propulsion électrique
Haut de page