L'aventure lunaire : un défi des années 2020

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
30 décembre 2020 à 09h07
59
Apollo 17 échantillon © NASA
Evidemment, cette photo ne date pas de 2020 mais bien de 1972. Et ça nous manque, pas vous ? // Crédits : NASA

Rejoindre la Lune et s'y poser, une routine un demi-siècle après la course entre américains et soviétiques ? Pas le moins du monde. Les tentatives s'enchaînent et les ambitions grandissent, mais atterrir sur le sol de notre satellite naturel reste une prouesse.

Nous devrions assister à de nombreux essais ces prochaines années.

Ne pas sous-estimer la descente

6 septembre 2019. Au centre de contrôle de l'ISRO, c'est l'effervescence. En plus de la visite du premier ministre indien, l'agence nationale diffuse en direct pour le monde entier l'atterrissage de l'impressionnant véhicule Vikram . Une fois posé, ce dernier fera descendre une rampe et le petit rover Pragyaan pourra réaliser ses premiers tours de roue sur le sol lunaire. Malheureusement, malgré une préparation méticuleuse et des simulations étalées sur plusieurs années, le logiciel de descente de Vikram échoue à guider correctement le véhicule près du pôle Sud lunaire : après un intense freinage, et à moins de 2,5 km de la surface, le contact est perdu.

Trop rapides, Vikram et son petit robot passager s'écrasent en silence, sans envoyer plus de signaux vers la Terre. Philosophe, le premier ministre Modi console le directeur de l'ISRO K. Sivan, ému aux larmes, pour l'audace de ses équipes. La mission Chandrayaan-2, dont l'atterrisseur Vikram faisait partie, était la plus chère et la plus ambitieuse de l'agence indienne à cette date… Et la Lune venait une fois de plus de prouver que même si elle s'est laissée conquérir dans les années 70, atteindre sa surface n'est pas une partie de plaisir.

Vikram Chandrayaan © ISRO
L'atterrisseur Vikram et son petit robot à roues, Pragyaan en préparation en Inde. Crédits ISRO

Car au printemps 2019 déjà, le 11 avril, une autre aventure tournait court en s'écrasant sur le sol lunaire : le petit véhicule atterrisseur « tout en un » lancé par SpaceIL (Israël) et nommé Beresheet avait raté le coche… après avoir tout de même prouvé la viabilité de cette toute petite plateforme de 160 kg, qui a pris quelques extraordinaires clichés depuis l'orbite lunaire. Une mésaventure qui prouvait que même à la fin de la décennie 2010, avoir des fonds ne suffit pas à assurer un succès sur le sol sélène. Ce sont pourtant les fonds qui ont manqué pour que d'autres concurrents privés puissent se mesurer à SpaceIL avant 2020 : financée par Google et l'organisation X-Prize, une série de trophées rémunérateurs étaient promis aux premiers à réussir à se poser et à faire rouler de petits robots filmant en HD sur la lune. Le concours s'est terminé l'année dernière, faute de participants en mesure d'y arriver sans s'appuyer sur des fonds publics. Les israéliens, eux, ont fait participer le consortium IAI dès la fin du concours, ce qui a permis à la mission d'avoir lieu.

La Chine règne en maître

L'exploration lunaire s'écrit aujourd'hui en chinois. Démarré il y a près de 15 ans, le programme Chang'E a fait entrer la Chine spatiale dans une nouvelle dimension. Critiqué à l'origine comme étant une « pâle copie » des succès américains et soviétiques de la course à la Lune, Chang'E n'est ni plus ni moins qu'un programme à étapes visant à explorer durablement notre satellite naturel, et même à s'y installer. Plus personne n'est en mesure de critiquer le programme aujourd'hui, car il a d'ores et déjà repoussé les limites. La Chine, et plus précisément le département dédié de son agence CNSA pour la découverte lunaire (la CLEP), procède par double missions, la seconde étant toujours un peu plus ambitieuse.

La Lune vue par Chang'e 3 et Yutu © Chinese Academy of Sciences / China National Space Administration / The Science and Application Center for Moon and Deepspace Exploration / Emily Lakdawalla
Chang'E 3 sur la surface lunaire en décembre 2013. Crédits CNSA/CLEP/E. Lakdawalla

D'abord, ils ont visé l'orbite, qu'ils ont atteint deux fois en 2007 avec Chang'E 1, puis en 2010 avec Chang'E 2, qui a ensuite été utilisée pour tester des manœuvres interplanétaires complexes dans le système solaire proche. Puis en 2013, Chang'E 3 s'est posé avec succès sur la surface lunaire , déployant le petit robot Yutu pour quelques tours de roue. Son double amélioré Chang'E 4 attendra janvier 2019 mais atterrit pour la toute première fois de l'humanité sur la face cachée de notre satellite naturel. Il a fallu pour y arriver que la CLEP envoie d'abord un satellite relais pour transmettre les signaux, appelé Queqiao. Chang'E 4 et son petit rover Yutu-2 sont tous deux encore actifs.

L'étape suivante est si ambitieuse que la Chine a réalisé une petite mission de préparation en 2014, nommée Chang'E 5 TI. Car les ingénieurs et chercheurs sont sur le point de réaliser un retour d'échantillon lunaire, avec deux missions successives Chang'E 5 (démarrage prévu fin 2020) et Chang'E 6 (2023). Des aventures incroyablement compliquées, car il faut un véhicule capable de s'insérer en orbite lunaire, qui se sépare ensuite en deux. La partie qui descend se poser doit viser un site suffisamment propice pour forer et capturer quelques centaines de grammes d'échantillons de sol, puis faire décoller un sous-véhicule, l'amarrer en orbite avec la capsule de retour, qui doit ensuite faire le nécessaire pour se poser sans accroc dans le désert de Gobi… Ramener des échantillons lunaires est un exercice qui n'a pas été répété depuis 1976 : seuls les marcheurs lunaires américains et trois missions robotisées soviétiques Luna 16, 20 et Luna 24 ont pu réussir cette odyssée.

Si la Chine y arrive, elle confortera avec brio sa place actuelle de leader. D'autant que Chang'E 7 et 8, qui sont encore au stade de la définition précise, prépareront sur le pôle Sud lunaire un site pour une base scientifique semi-permanente, occupée d'abord par des robots, puis par des humains. Cela sonne encore aujourd'hui comme de la science-fiction ? C'est normal. Mais l'agence chinoise compte bien y arriver étape par étape, même si cela doit prendre encore au moins une décennie.

Chang'E 5 TI Lune Terre © CNSA/CLEP
Le duo Terre-Lune comme on a peu l'habitude de le voir, grâce à une photo fantastique de la mission Chang'E 5 TI en 2014. Crédits CNSA/CLEP

Les Etats-Unis… jaloux ?

Ces deux dernières décennies, les ambitions américaines ont été tournées vers Mars (et ont été couronnées de succès). Mais les réussites chinoises, autant que le besoin de mener des missions habitées « plus loin que l'orbite terrestre », remettent un coup de projecteur sur la Lune. Notre satellite, en plus de sa valeur scientifique, fait en effet un magnifique terrain de préparation pour préparer des missions au long cours, robotisées ou habitées. La dernière mission lunaire américaine remonte à 2013 (LADEE), tandis que leur orbiteur LRO est l'un des rares encore actifs sur place. Mais suite à la volonté du président américain qui a souhaité remettre la Lune au centre du programme spatial américain en 2018, c'est une véritable flottille de missions qui se profilent vers notre satellite naturel. Les missions robotisées sont attribuées dans un système public-privé cher à la NASA et nommé CLPS (Commercial Lunar Payload Services) , qui paie (cher) quelques entreprises privées dont des start-ups, en leur faisant confiance pour transporter des charges utiles vers la Lune… Malgré le risque et la difficulté de la réalisation.

Les prochaines missions lunaires américaines seront donc robotisées. La première devrait être CAPSTONE début 2021, qui enverra un tout petit satellite de 10 x 20 x 30 cm en orbite lunaire, pour tester différentes trajectoires autour de notre satellite. Elle sera suivie par la « Mission One » d'Astrobotic durant l'été, qui devrait tenter d'atterrir avec le petit véhicule Peregrine sur la surface lunaire, puis « Nova-C » d'Intuitive Machines qui devrait s'essayer au même exercice sur un autre site quelques mois plus tard. Les deux missions sont issues du CLPS et transporteront différents instruments scientifiques, caméras et même quelques petits rovers… La NASA a déjà attribué au moins 4 missions CLPS étalées entre 2021 et 2024.

L'autre programme de la NASA devenu emblématique s'appelle Artemis , et concerne l'exploration habitée. Le nom n'est apparu qu'en 2019, mais les missions sont en préparation depuis une décennie. Car pour ramener des astronautes autour de la Lune (puis sur la Lune), il faut un véhicule spatial capable de les accueillir plusieurs semaines, et de traverser l'atmosphère à de très hautes vitesses. La NASA a donc fait développer Orion, et investi plusieurs milliards pour lui assurer une utilité. La première mission devrait avoir lieu fin 2021 (si le programme n'est pas en retard une fois de plus) et sera inhabitée. Elle serait suivie en 2023 par une aventure de plus de deux semaines autour de la Lune avec deux astronautes, puis en 2024-2025 par un potentiel atterrissage habité sur notre satellite.

Malgré tout, le défi technique et le coût global d'Artemis rendent encore ces objectifs sinon hypothétiques, à tout le moins difficiles à atteindre. Il n'empêche que la volonté est là, et que les Etats-Unis souhaitent aussi associer d'autres nations à leur exploration lunaire, grâce à une base internationale en orbite lunaire nommée Gateway . Cette dernière prendra corps à partir de l'envoi des deux premiers éléments déjà commandés, qui partiront si tout va bien en 202… Le Japon et le Canada se sont engagés à y participer, l'ESA s'est aussi déclarée favorable. Reste à savoir quand ses habitants pourront la rejoindre…

2021, la Lune internationale

La Chine et les Etats-Unis ne seront pas les seuls à viser 2021 pour des missions lunaires. Il y a aussi la petite firme japonaise ISPACE qui affirme préparer une démonstration de son atterrisseur pour l'année prochaine… Et la Russie, qui maintient pour l'instant le mois d'octobre 2021 pour le décollage de sa mission Luna-25, attendue depuis plus d'une décennie. Avec près de 1,7 tonnes sur la balance, ce devrait être la plus impressionnante à décoller l'année prochaine, et elle tentera à son tour de se poser sur la Lune. Il s'agira là aussi d'une démonstration et d'un jalon technologique pour la Russie, qui n'a plus eu d'activité lunaire majeure depuis 1976… Mais qui prévoit également Luna 26 et Luna 27 pour la décennie à venir, sans compter un très ambitieux programme d'exploration lunaire habité, qui ne se concrétisera toutefois que si l'état russe accepte une augmentation drastique de ses dépenses en la matière.

base lunaire
La base lunaire, pas pour demain ? Peut-être pour après-demain... Crédits NA

Tout ceci vient renforcer ce véritable « élan mondial » vers notre satellite. Car pour les années suivantes, sont également sur l'établi une mission européenne de démonstration technologique, une autre mission internationale avec les japonais nommée Heracles pour un retour d'échantillons, le retour des indiens avec une mission Chandrayaan-3 corrigeant les erreurs de la précédente, un essai de l'agence spatiale sud-coréenne KARI, et même le délirant « Lunar Cruiser » de l'agence japonaise JAXA et de Toyota, véritable camping-car lunaire à la frontière entre véhicule et habitat ! Cela fait rêver, mais c'est du sérieux…

Pour les aventures lunaires cependant, il vaut mieux regarder le présent et le futur à très court terme. Car les délais sont nombreux, et surtout les grands budgets nécessaires pour préparer les missions lunaires supposent des soutiens politiques importants… Or, s'il faut souvent une décennie pour régler les défis techniques, il n'est pas rare de voir des changements de majorité qui impliquent des priorités différentes, y compris pour les programmes spatiaux. La crise économique qui suivra peut-être la crise sanitaire actuelle pourrait d'ailleurs repousser certains projets de plusieurs années, faute de budgets.

Orion Spacecraft © Nasa
La NASA prépare les deux premières missions au long cours de sa capsule habitée Orion depuis une décennie. Crédits NASA/ESA/ATG Medialab

Les nations et leurs agences espèrent enfin cimenter la future exploration lunaire au sein de collaborations internationales. Les Etats-Unis proposent leurs « Artemis accords » à leurs partenaires (mais visiblement pas tous) et n'hésitent pas à annoncer que la Lune est ouverte pour les entreprises. L'ESA propose depuis quelques années son concept (parfois trop pris au pied de la lettre par le public) de « Moon Village » consistant en une collaboration internationale à but scientifique… et la Chine s'y est mise tout récemment, ouvrant aux partenariats son projet nommé « ILRS » (International Lunar Research Station) autour des sites du pôle Sud lunaire que vont explorer les missions Chang'E 6, 7 et 8.

Tout cela va prendre forme dans les années à venir, et il sera passionnant de voir quels sont les projets qui seront laissés au placard, et lesquels vont pouvoir effectivement se concrétiser jusqu'à se poser sur la Lune. Quant à savoir quelles agences auront les moyens d'y poser le pied d'ici une décennie…

Le récap' utile

Les nouvelles missions lunaires possibles en 2020-2021 :

  • Chang'E 5 – Chine : retour d'échantillons depuis la face visible.
  • CAPSTONE – Etats-Unis (NASA) : orbite(s) autour de la Lune.
  • Mission One – Etats-Unis (Astrobotic/NASA) : atterrissage public-privé sur la Lune, dépose d'instruments.
  • Nova-C - Etats-Unis (Intuitive Machines/NASA) : atterrissage public-privé sur la Lune et dépose d'instruments.
  • Luna-25 – Russie : atterrissage sur la Lune.
  • Artemis-1 – Etats-Unis (NASA) : tour de la Lune avec la capsule Orion.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
59
34
Zakalwe
Pas "semi-siècle " mais demi-siècle, à part ça, bon article.
mang_kon_si_kaow
C’était déjà le cas dans les années 50-60
ebottlaender
Woups ! C’est corrigé.
jjBEA_smb
Je trouve cette niouze semi-croustillante
sas-seb
Oui, la décennie 2020 sera bien celle de la conquête de la Lune. (Et la décennie 2030, celle de Mars.)<br /> Cependant, je pense que l’exploitation minière de la Lune ne se fera qu’à partir de 2040, pas avant. A partir de 2050, l’humanité vivra une nouvelle ère technologique (et même une nouvelle ère simplement), qui ne ressemblera plus en rien à ce que nous avons vécu jusqu’à présent.
benoit_mtl
La conquête lunaire, la seule discipline scientifique qui a régressé en 50 ans.
Chirokee
Dans l’état actuel des choses, prudence prudence. Seuls peut-être les chinois semblent sérieusement avancer. Pour la NASA, personne ne peut jurer que le SLS ira jusqu’à terme. Quant aux autres…
Element_n90
Petite question, Crew Dragon (et pendant qu’on y est Starliner) peuvent ils atteindre l’orbitre lunaire (avec des gars dedans) et en revenir (avec leurs gars sain et sauf) ? Par ce que pour faire ça, j’ai toujours l’impression que l’on ne parle que d’Orion. Il y aurait t’il des contraintes techniques fondamentalements différentes d’une ballade en orbite basse ? Par ce que si c’est juste une question de devoir stocker plus de bouffe, il ont qu’à n’y mettre que 2 gars et utiliser la place libéré pour des victuailles…
ebottlaender
C’est une question de budgets et de priorités, sur les 25 dernières années la majorité des grandes missions ont été dirigées vers Mars (avec le succès qu’on leur connait).<br /> Tout n’a pas vraiment régressé. Rappelons que le véhicule que les chinois ont posé sur la face cachée est le tout premier du genre.
ebottlaender
Les deux véhicules manquent cruellement de protection contre les débris et radiations par rapport à Orion qui est vraiment conçu pour ça.<br /> En plus du fait qu’il faudrait un autre lanceur car Atlas ne peut pas emmener Starliner bien loin, pas plus que Falcon 9 ne peut emmener Crew Dragon vers la Lune. Il faudrait à minima une Falcon Heavy qui n’est pas prévue pour ça.
taist47
à mon avis, l’engouement pour la lune de tous ces pays n’a pour but non pas une éventuelle station pour aller sur mars mais plutôt l’exploitation de l’hélium 3 futur combustible qui mettra le pétrole hors course.
ebottlaender
Pour rappel, la présence d’hélium 3 en quantité significative sur la lune est un postulat et n’a jamais été vérifiée à ce jour… D’autant que pour en extraire ce qui pourrait représenter un combustible pour un réacteur de fusion (que personne ne sait faire, pour rappel on n’a pas encore réussi avec du tritium-deutérium), il faudrait des capacités de minage absolument gigantesques avec des machineries hallucinantes.<br /> Donc il vaudrait mieux avoir une autre motivation en fait.
raymondp
Super article, bon récap, bravo !
newseven
J’aimerais bien que les américains retourne sur la lune et ils postent Selfie en couleur .<br /> Sa pourrait faire une bonne publicité pour appel ou Samsung .<br /> Mais j’ai toujours de la misère accroire que les américains on vraiment été sur la face cachée de la lune .
ebottlaender
Les américains ont marché sur la Lune, ils n’ont pas été sur la face cachée.
newseven
Avec les un satellites espions , ils sont capable de voire un personne qui marche sur la rue donc pourquoi il ne sont pas capable de donner des vrais belles images du site de l’atterrissage .<br /> Ta raison.<br /> ( Mare Fecunditatis est une mare lunaire de 909 km de diamètre, située sur la face visible de la lune. Le bassin Fecunditatis s’est formé à l’ère du pré-nectarien, alors que le matériau du bassin autour de la mer est de l’ère du nectarien.)<br /> Donc pour quoi il y a aucun télescope qui n’est capable de le voir depuis des années !<br /> Aussi maintenant avec la technologie il pourrait falsifier l’histoire facilement en placent une copie du module d’atterrissage .<br /> La seule chose qui me fait croire que c’est vrai c’est que la Russie n’a jamais démentie l’événement .
mikrocefal
quelqu’un pour expliquer que les américains se posent sur la lune en 1969 avec une technologie balbutiante et en 2020 on arrive plus à le refaire avec une technologie bien plus avancée ?
ebottlaender
Il y a de nombreuses photos des sites d’alunissage des astronautes Apollo, à commencer par les centaines qui ont été prises par les astronautes Apollo eux mêmes, pourquoi les remettre en doute ? Ensuite, il y en a qui ont été prises depuis l’orbite depuis :<br /> https://www.nasa.gov/mission_pages/LRO/multimedia/lroimages/apollosites.html<br /> Il n’est pas possible d’envoyer quelque chose «&nbsp;discrètement&nbsp;» vers la Lune. Les signaux sont captés, observés, interprétés. Même la communauté amateure est capable de dire quand les véhicules chinois communiquent avec la Terre (bien que les messages eux soient évidemment modulés).<br /> Les télescopes n’ont tout simplement pas la focale nécessaire pour observer des détails de quelques mètres sur la Lune. Même Hubble. Les meilleurs satellites espions ont une optique capable de voir des détails de 10-20 cm depuis une altitude de 350 km. Cela se transformerait en plusieurs dizaines de mètres à une distance de 384000 km (distance lunaire).<br /> Enfin, s’amuser à construire un télescope juste pour observer les sites Apollo, c’est complètement contre productif, ça ne servirait à rien car il y a des centaines (oui, des centaines) de types de preuves qui prouvent que ces missions ont bien eu lieu. Les roches lunaires ramenées, les clichés, les trajectoires des véhicules, le timing des missions, les instruments scientifiques posés sur la surface (et les données qui en sont issues), les réflecteurs posés sur place qui réflechissent toujours les rayons laser envoyés depuis la Terre, etc.
ebottlaender
Budget dédié à Apollo en 1969 : 4% du PIB américain.<br /> Budget dédié à la NASA en 2019 : 0,2% du PIB américain. Et avec cet argent la NASA finance l’ISS, les véhicules habités vers l’orbite basse, la recherche martienne, des télescopes, et des sondes vers ou autour de Mars, Jupiter, Bennu, et la frontière du Système solaire.<br /> Débloquer les fonds pour retourner sur la Lune, c’est une décision politique aussi, et comme on l’explique dans l’article, les américains ces dernières 20 années ont été de prodigieuses girouettes en la matière.
Jolan
Très bon article.<br /> Une autre barrière à un retour humain rapide est l’acceptation sociale de l’accident mortel (au moins pour les pays démocratique).<br /> Le climat n’est plus celui de la guerre froide.<br /> Deux accidents on mis fin à la navette spatiale américaine, laissant les US carrément sans lanceur du tout pendant presque une décennie.<br /> Aujourd’hui, au moindre incident, c’est 2 pas en arrières et on va de report en report.
sebstein
«&nbsp;Semi-&nbsp;» peut avoir le sens de «&nbsp;moitié&nbsp;», ce n’est donc pas incorrect.
JuX7
Bonjour. En effet, un défi à relever. Cela serait vraiment un exploit, que dis-je un rêve, que des êtres humains arrivent à aller jusqu’à la lune, s’y poser et même y marcher !. J’espère voir cela de mon vivant…
Zakalwe
Oui, mais cela ne se dit pas.
Oldtimer
Pfff moi j’y allais gratis, la maîtresse de CM2 me disait souvent “t’était encore dans la lune?”<br /> Merci pour cet article @Eric Bottlaender
rexxie
La guerre froide était LA grosse affaire de ma jeunesse car plus que le bloc Soviétique contre les États-Unis, c’était un bras de fer géant entre le Communisme (bien vivant à l’époque) et le Capitalisme. C’est pourquoi il était si important de montrer lequel pissait le plus loin, et les milliards ont plu en conséquence.<br /> Sur un aspect plus sombre, il fallait faire oublier l’assassinat de John F. Kennedy et tous les doutes (justifiés) de la culpabilité unique d’un tireur solitaire. C’est JFK qui avait promis de se rendre sur la lune en 1962, «&nbsp;avant la fin de cette décennie&nbsp;» avait-il dit.<br /> C’était une autre forte motivation pour y aller au plus vite, et ils ont finalement réussi au milieu de la dernière année de la décennie, avec des budgets titanesques.<br /> La fake moon est une conspiration populaire née d’un livre, puis suivi d’un film tellement les gens y avaient cru. Pour ceux qui ne savent pas la vérité c’est facile de croire qu’on est jamais allé car une fois certains qu’il n’y avait pas beaucoup d’argent à faire sur la lune, aucun minerais d’importance, l’intérêt des gouvernements a rapidement diminué et les milliards sont allés ailleurs, laissant les jeunes générations sans mémoire de conquête spatiale.<br /> On montrerait des photos détaillées des sites à certains ( peut-être pas toi) qu’ils les croiraient truquées. Surtout que de nos jours c’est un jeu d’enfant de truquer des images et des vidéos, contrairement à avant.
clockover
L’ensemble ne présente pas un delta-v suffisant (pas assez de carburant si vous préférez en simplifié) pour atteindre cet objectif.<br /> Il faut vérifier également si les réserves d’oxygène/vivre suffisent au temps de voyage.<br /> Mais sinon non il n’y a pas plus de protection aux radiations/débris à prévoir comme ça a été dit plus haut.
clockover
+1<br /> Même si cela a déjà eu lieu bien sûr
sebstein
Sources ?<br /> https://www.amazon.fr/Souvenirs-DUn-Invalide-Pendant-Semi-Siecle/dp/1277247552
Zakalwe
Eh bien, ça n’est plus usité depuis longtemps.
ebottlaender
Les fournisseurs des caméras ne doutent pas de la véracité des clichés. Les théories conspirationnistes, c’est toujours pareil : prendre un détail de la mission, partir sur un seul doute en oubliant les trouzmille preuves qu’elle a bien eu lieu et tenter de prouver à partir de là qu’elles n’ont pas eu lieu. Sauf que ça ne marche pas.<br /> Pour ce qui est des fameuses ceintures de Van Allen, qui concentrent bien d’importantes quantités de particules à hautes énergies dangereuses, non seulement il est bien possible de les passer (quand ça ne prend que quelques heures l’exposition est très faible) mais en plus les missions Apollo ont bien pris soin de ne pas passer dans les zones d’exposition maximales. Tout ça est très bien documenté et demande environ 3 minutes de recherche. Mais les conspirationnistes ne les feront jamais.<br /> The Wire Science – 9 Jun 19<br /> How NASA Worked Around Earth's Radiation Belts to Land Apollo 11 on the Moon...<br /> Some people believe we never went to the Moon because of the existence of the Van Allen radiation belts.<br />
sebstein
Donc, ça se dit, si ce n’est plus usité…<br /> De plus, je ne sais pas d’où tu tiens que ce n’est plus usité… à partir du moment ou «&nbsp;semi-&nbsp;» est un préfixe non désuet, on peut l’utiliser avec n’importe quel autre terme pour exprimer l’idée de moitié (ex. semi-remorque).
juju251
soum_is:<br /> Comment expliques-tu que même Hasselblad ,qui a fournis les appareils photos ayant servis à prendre ces fameuse photos , doutent de leur véracité?<br /> Affirmation évidemment sourcée.<br /> Bien sûr.<br /> soum_is:<br /> Et la ceinture de Van Allen, qui d’après lui-même et Wikipedia sont sources d’intense radiations ,mais qui d’après Wikipedia toujours n’est plus une source de radiations lorsqu’il s’agit de théorie conspirationniste<br /> Tu es au courant que les astonautes des mission Apollo portaient des dosimètres et que l’on sait à quelle dose de radiation ils ont été exposés ?<br /> Pour les radiations et les températures, quelques explications sur cette vidéo à partir d’ici (15:13) : https://youtu.be/JzYwARg0NAg?t=913<br /> Bon, après, si tu es persuadé du contraire, il va falloir accepter que ce que tu crois est une ineptie (ah d’ailleurs, dans le documentaire analysé dans la vidéo, les «&nbsp;informations&nbsp;» sont balancées sans preuves ni explications, bien sûr).<br /> Mais bon, comme dit par l’auteur de cet article, c’est toujours la même chose : partir sur un détail qui interpelle, ne pas faire de recherche ou dire que ce sont des sources partisanes car «&nbsp;officielles&nbsp;» et partir sur une théorie farfelues (et fallacieuse).<br /> Bref.<br /> Il serait bon de ne pas trop s’égarer, merci.
Zakalwe
Bon écoute, j’ai appris le français avant 68. J’ai lu plus de 250 livres dans ma vie. Je suis désolé de te dire que je n’ai jamais vu employé «&nbsp;semi&nbsp;» dans ce cadre. Qu’il soit utilisé maintenant pour la hype , c’est une chose, qu’il l’ai été au XIXe peut-être vu ton exemple mais entre temps, durant 60 ans ça ne l’était pas. De plus, je n’ai jamais entendu mes grands-parents (nés au XIXe dans de bonnes familles) utiliser ce terme utilisé dans ce cadre. Je pense même que c’est un anglicisme (à vérifier).
sebstein
Excuse-moi, mais une semi-remorque n’est pas un terme du XIXe…<br /> C’est loin d’être le seul exemple : https://fr.wiktionary.org/wiki/semi-<br /> «&nbsp;Semi-&nbsp;» n’est pas du tout un anglicisme, ça vient du latin : https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/semi-/71964
juju251
@Zakalwe &amp; @sebstein votre discussion sur l’usage du terme «&nbsp;semi&nbsp;» est certes intéressante, mais pas très dans le sujet. <br /> Merci d’y mettre un terme rapide. <br /> soum_is:<br /> https://www.youtube.com/watch?v=EQj-Mh__fRc&amp;feature=youtu.be&amp;t=89<br /> Evidemment, aucun lien de sources sous la vidéo, pour pas changer.<br /> soum_is:<br /> Vous êtes au courant que l’appareil de mesure Geiger de Van Allen n’a même pas été capable de mesurer l’énorme radiation des ces ceintures tellement il était saturé?<br /> Ben voyons.<br /> Et ça sort d’où encore cette affirmation ?<br /> soum_is:<br /> Étrangement ,les «&nbsp;liquidateurs&nbsp;» de Tchernobyl et Fukushima n’ont pas pu bénéficier des combinaisons révolutionnaire des missions Appolo <br /> Ah, parce que les combinaisons des missions Apollo protégeaient des radiations ?<br /> Où as-tu vu cette affirmation ?<br /> Edit suite au poste de @ebottlaender :<br /> Je n’avais pas compris qu’il s’agissait de ce compteur.<br /> Et en effet, s’il a saturé c’est que ça plage d’utilisation était trop faible.<br /> Mais au final est-ce si grave ?<br /> La science c’est aussi ça : faire des erreurs pour apprendre et faire mieux.<br /> Et même s’il était saturé, cela indiquait de toute manière que les radiations étaient supérieures à ce qui avait été anticipé …<br /> Si aucune mesure n’avait jamais été faite, comment être sûr de la plage de mesure de l’instrument à utiliser ?<br /> soum_is:<br /> Prendre comme source les mêmes qui prétendent que leurs astronautes ont marché sur la Lune et prétendre que je m’égare <br /> Ici un documentaire honnête<br /> https://www.youtube.com/watch?v=yIhkmqvOy88<br /> Un documentaire honnête ?!<br /> Venant d’un gars (je parle du réalisateur de ce film) qui prétend que le 11 septembre est un Komplot mondial ?<br /> C’est une blague ?<br /> Et encore une fois, je ne vais pas me plonger dans un «&nbsp;doc&nbsp;» de plus de trois heures (!) pour démonter les inepties présentes.<br /> Edit : Précision, je ne le ferai parce que cela demande énormément de temps, j’avais déjà passé plus d’une heure trente pour un quart d’heure de vidéo (sur un autre sujet).<br /> Pourquoi est-ce si long ? Tout simplement, parce qu’il faut vérifier les infos, les recouper, se poser la question de la méthode, se remettre en question sur sa façon de faire, etc.<br /> Bref, 3h de film, 18h de boulot (règle de trois, hein, je ne sors pas ce chiffre de mon chapeau magique) …<br /> Voilà, voilà.<br /> Et bien entendu, aucune source sous la vidéo, donc impossible de vérifier la moindre information indiquée …<br /> Ah et pour rappel, il est tellement facile de balancer une information fausse sans source, sans rien et de laisser son interlocuteur la démonter …<br /> ce qui prend bien plus de temps.<br /> Alors, balancer des «&nbsp;infos&nbsp;» (des théories fumantes serait plus juste) c’est facile, par contre réfléchir à ce que l’on voit en est une autre.<br /> Ca me fait penser à autre chose tiens, le moteur pantone, qui tourne(rait) avec de l’eau …<br /> Il suffit de dire qu’il y a complot des pétroliers pour l’interdire que beaucoup croient que cela fonctionne (sans connaitre le fonctionnement d’un moteur à allumage commandé évidemment) …<br /> Bref, on est encore une fois dans les théories conspirationniste délirante.<br /> Ah, juste deux questions, rapidement :<br /> Si le projet Apollo n’avait été qu’un grand Komplot, penses-tu sérieusement que les soviétiques ne se seraient pas empressés de le prouver (avec des preuves, hein) ?<br /> De mémoire, le programme Apollo, ça devait être au moins 300 000 personnes impliquées (sous traitant, etc.), tu penses véritablement que si c’était un programme secret d’esbroufe, personne n’aurait trahi le truc ?<br /> Des complots, des arnaques massives existent évidemment, mais globalement, dans quasiment tous les cas, ça s’est su et cela a été prouvé avec ds preuves et encore une fois pas par des guignols qui suivent juste une idéologie et qui montent leurs «&nbsp;documentaires&nbsp;» dans le but de prouver ce qu’ils pensent (tout en étant réfractaires à une quelconque méthode scientifique).
ebottlaender
Oui donc dans la vidéo il y a un mec (un seul hein) qui dit qu’il n’explique pas la lumière particulière d’un seul (un seul, hein) cliché qu’on lui fourre dans les mains.<br /> C’est bien ce qu’on dit plus haut, le complotisme, c’est prendre un détail parmi des milliers de preuves et tenter de construire quelque chose autour. Les photos prises autour et sur la lune par les astronautes d’Apollo (même hors des films automatiques en caméra TV) il y en a plusieurs centaines. Leur origine ne fait aucun, et je répète, aucun doute.<br /> Tentez d’expliquer la présence des réflecteurs lunaires déposés par les missions, si ça vous amuse. Ou la réception des signaux radio de la mission en temps réel dans les bonnes parties du monde. Ou la présence de plus d’une centaine de kilos de roches lunaires ramenées par ces missions. Puis attaquez vous au centaines d’autres preuves que ces missions ont bien eu lieu.<br /> Bonne chance !<br /> L’appareil Geiger installé sur Explorer 1 a bien saturé (ce qui prouve simplement que sa plage de fonctionnement était faible). Prenez un compteur hypersensible et posez le sur une banane, il va saturer aussi.<br /> L’expérience d’Explorer 1 a ensuite été répétée maintes et maintes fois pour mesurer précisément les ceintures de Van Allen. Ce qui est rigolo c’est que la fameuse expérience de Van Allen que vous citez, c’est bien les américains qui l’ont menée. Les gens qui tiennent Explorer 1 sur la photo iconique de la mission sont des pilliers du programme qui a mené l’Amérique sur la Lune
rexxie
juju251:<br /> qui prétend que le 11 septembre est un Komplot mondial ?<br /> Non, un «&nbsp;inside job&nbsp;» un complot américain uniquement, avec avions cargo téléguidés et démolition contrôlée. Bon ok… je sors par la petite porte ici là et je retourne prendre celle du sujet.
juju251
soum_is:<br /> Pourtant ,AUCUN astronautes ayant soit-disant traversé la ceinture de Van Allen ,et pire, étant sortie de la capsule, n’est revenu ne serait-ce que malade.<br /> Tu n’as visiblement pas regardé le passage de la vidéo que je t’ai indiqué.<br /> Il y a une explication rationnelle et plausible du pourquoi du comment.<br /> soum_is:<br /> Il parle de ceinture de Van Allen très dangereuse ou alors je n’y comprend rien à cette langue?<br /> Mais ça peut être un complotiste aussi <br /> Tu comprends ce que tu veux en fait.<br /> Oui, il parle de la dangerosité des radiations de la ceinture de Van Allen, pour le système de guidage, les ordinateurs et l’électronique de bord.<br /> soum_is:<br /> Quand on est honnête on reconnaît son erreur et on évite de s’enfoncer encore plus dans le déni.<br /> Ca te va bien de dire ça tiens.<br /> Cette photo a déjà été expliquée (et peut-être bien dans la vidéo que j’ai mentionnée plus haut).<br /> Et en effet, tu te bases sur deux détails que tu comprends comme ça t’arrange pour remettre en cause un programme entier.<br /> Edit : Et le mec en question peut-être incapable d’expliquer ce qu’il voit et surtout le «&nbsp;phénomène&nbsp;» qui est en jeu, je ne vois en quoi cela est problématique.<br /> soum_is:<br /> Tout est très bien expliqué dans le documentaire du complotiste du 11 Septembre (les fameuses trois tours qui se sont effondrés en quelques secondes chacune)<br /> Ben voyons, enfin bref, je ne vais pas aborder ce sujet, parce qu’on va partir vraiment loin du sujet d’origine.<br /> Bref, on va arrêter là et revenir au sujet de ce topic, merci.<br /> Dernière chose : Les sujets sur l’espace de manière générale sont des sujets qui se veulent plutôt cool, surtout dans le contexte actuel, donc ce serait plutôt bien d’arrêter de les polluer avec des «&nbsp;discussions&nbsp;» de ce genre dans lesquelles certains intervenants sont incapable d’appliquer eux-mêmes certains conseils qu’ils donnent pourtant aux autres.<br /> Au hasard :<br /> soum_is:<br /> Quand on est honnête on reconnaît son erreur et on évite de s’enfoncer encore plus dans le déni.<br /> …<br /> Bref, retour au sujet de l’article.
juju251
soum_is:<br /> Tu ne fais que répéter en boucle lunaire la version officielle et quand tu te trouves pris au piège de tes propres questions ,tu t’enfonces.<br /> Et toi, tu ne fais que raconter encore et encore des théories fumeuses qui ont été démontées des centaines de fois.<br /> Visiblement te remettre en question t’es vraisemblablement impossible.<br /> Ah et d’ailleurs, en parlant de question, tu éludes bien évidemment certaines d’entre elles pour lesquelles tu n’as pas de réponse.<br /> Mais bref, on arrête là, merci.
ebottlaender
Alors déjà non, les appareils Hasselblad n’ont pas été conçus par un monsieur tout seul. Si un employé de Hasselblad explique sur une vidéo qu’il n’est pas capable d’expliquer la lumière sur un cliché, ça ne remet pas en doute le cliché (d’autant que c’est rigolo, on ne voit pas le cliché qu’on lui a mis en main).<br /> Les soi-disant images «&nbsp;truquées&nbsp;» que brandissent les complotistes ont déjà été débunkées des dizaines de fois, mais ça ne sert à rien, vous ne regardez pas les explications. Et peu importe qu’il y ait des centaines d’autres clichés, vous vous en fichez.<br /> Il y a des centaines de preuves de ces missions. On peut vous les expliquer toute la journée, vous préférerez écouter un type dans son garage qui affirme qu’il a la vérité plutôt que les milliers d’employés de l’époque qui ont bossé sur le projet et même les 12 qui sont allés sur la Lune. Donc c’est stérile.<br /> Pour les radiations de Van Allen, le phénomène était déjà bien connu au cours des missions Apollo, et suite à des flashs lumineux observés sur Apollo 11 et 12, il y a même eu une expérience avec des plaques photos pour détecter des particules de haute énergie sur Apollo 16 et 17. Expériences qui ont été publiées et documentées. Mais puisque vous n’y croyez pas…
Palou
écoutons attentivement soum_is, avec son expertise il va bien nous prouver que le Covid vient de la barrière de Van Allen et que c’était un groupe musical, il a les preuves …
juju251
soum_is:<br /> Vous tous n’êtes expert en rien.<br /> soum_is:<br /> Inversion accusatoire ,c’est toi et tes amis qui écoutez des types dans leur garage en vous présentant comme expert en la question .<br /> Je ne sais pas qui se prétend plus expert que les autres ici, mais ce n’est certainement pas ceux que tu penses.<br /> soum_is:<br /> et celui qui à prouvé l’existence de radiation mortelle pour l’humain.<br /> Et cela a été prouvé de quelle façon ?<br /> Ah, au fait, je souhaiterais revenir là-dessus, parce que ce point me saoule particulièrement.<br /> Le coup des radiations.<br /> On sait à quelle dose ils ont été exposés :<br /> https://history.nasa.gov/SP-368/s2ch3.htm<br /> A partir de " Results and Discussion".<br /> Doses qui n’ont rien de mortelles (si c’était le cas, il y aurait un paquet de morts à chaque radio ou scanner).<br /> Mais évidemment, tu vas me dire que ce sont de faux documents de la NASA et donc de sources officielle, etc.<br /> Bref, si tu avais regardé la vidéo que j’ai mis en lien, tu saurais que l’un des «&nbsp;physiciens&nbsp;» du «&nbsp;documentaire&nbsp;» qui est analysé est en fait … charpentier (c’est ça les vrais experts ?)…<br /> Le truc, c’est que tu as décidé de croire que l’homme n’était jamais allé sur Terre 1 (je te laisse chercher pourquoi je l’ai écrit de cette façon), pour d’obscures raisons idéologiques.<br /> Tu préfères sans doute rester dans ton monde imaginaire où tout n’est que komplot mondial pro américain, à ta guise, par contre, ici c’est mal vu ce genre de trucs des anti-science …<br /> Edit : Ah et tout dernier point, jamais tu ne remets en cause la version de tes «&nbsp;expperts&nbsp;» (qu’est-ce qui te prouve qu’ils le sont d’ailleurs) ?
ebottlaender
J’ai effectivement la prétention d’avoir une expertise sur l’exploration spatiale. Parce que c’est mon boulot d’en suivre l’actualité, de la déchiffrer et de l’expliquer aux gens depuis plusieurs années, parce que je travaille régulièrement avec l’agence spatiale française (et que là bas bizarrement, mon expertise semble satisfaire), que j’ai écrit un bouquin sur la collaboration dans l’astronautique (alors certes ça, ça ne fait pas de moi un expert mais pour l’écrire, j’ai notamment interrogé plusieurs astronautes qui ont été ravis de collaborer avec moi, donc encore une fois, c’est que je ne dois pas être au niveau zéro de l’expertise…) et que oui, je connais bien les thèses conspirationnistes car cela m’intéresse de comprendre comment on peut nier quelque chose malgré les centaines de preuves sur la question.<br /> Si déjà on est dans l"inversion accusatoire", c’est à dire l’inversion de la charge de la preuve, j’attends évidemment que chaque cliché des missions Apollo, chaque matériel ramené de la Lune, chaque témoignage, des astronautes comme des soviétiques ou des personnes ayant bossé sur les missions, soit prouvé faux. Sinon, les missions Apollo auront bien eu lieu.<br /> En bon conspirationniste, vous vous attaquez plus à des personnes (en me traitant de troll, sous mon article, c’est tout de même rigolo) plutôt qu’à répondre aux arguments que nous vous avons opposé. Et en prenant, technique déjà discutée plus haut, un détail minuscule, construisant une thèse autour.<br /> Nous vous avons répondu sur les radiations, sur les clichés, sur les ceintures de Van Allen. Je ne vois pas ce qu’on peut faire de plus pour vous satisfaire. Et du coup je pense que ça va clore le débat avec les modos puisque vous n’êtes pas en capacité d’aller plus loin.
rexxie
Si tu étudiais l’histoire géopolitique des années 40-60 tu comprendrais pourquoi la course à la lune a eu lieu.<br /> Et si tu étudiais l’histoire géopolitique des années 60-90 tu comprendrais pourquoi on a délaissé la lune ensuite.<br /> Et si tu étudiais Edward Bernays, son œuvre de vrai père des vrais complots qui ont changé le monde, tu comprendrais pourquoi les Relations Publiques (douce propagande et manipulation experte de l’inconscient collectif par les États et les méga corporations) ont facilité la naissance de faux complots pour semer le doute dans le but de camoufler les vrais gros complots de leurs clients(comme le 11 $$$eptembre). L’argent, faut toujours suivre l’argent et dénicher à qui ça rapporte.<br /> La fake moon et la terre plate font partie des faux, et je soupçonne que ce sont les P.R. wizards américains qui les ont même «&nbsp;mis en marché&nbsp;» en grande partie. Les émissions TV délirantes sur les fantômes et les extra-terrestres marquent les esprits des jeunes et ajoutent à la confusion.<br /> Bref, t’as du boulot pour démêler le vrai du faux, et notre époque de deep fakes n’aide pas…
Furax
Article super intéressant, dommage que les complotistes gâchent tout une fois de plus…
Mrpolnar
soum_is merci pour la tranche de rigolade.
Iceslash
@soum_is<br /> Une toute petite lecture sur la traversée de la Ceinture de Van Allen.<br /> aero-modelisme.com – 3 Oct 16<br /> APOLLO : LE PASSAGE DE LA CEINTURE DE VAN ALLEN - aero-modelisme.com<br /> &nbsp; Souvent on croise des personnes sceptiques, remettant en cause l'aventure spatiale.&nbsp;Pourtant<br />
carinae
Alors j’avoue arriver sur l’article un peu tardivement… Super article .<br /> Par contre je ne comprends pas bien pourquoi vous vous echinez à démonter les théories complotistes … Les gars sont tellement convaincus qu’ils ont raison qu’ils en deviennent sourds a tout arguments logique… On l’a bien vu avec les GJ, le covid, la 5G… A partir du moment où il y a des gens qui croient mordicus aux voyants, ou que la barre en métal dans les masques est la pour suivre les déplacements de la population …les cas deviennent désespérés​:roll_eyes:
ebottlaender
Le (ou la) conspirationniste n’attend en général pas de réponse, il est effectivement persuadé de ce qu’il (ou elle) raconte, et peu de nos arguments pourraient le ou la faire changer d’avis. Là-dessus, je vous rejoins. Mais c’est une affaire de lecture. Il est tout à fait logique et sain de se poser des questions sur l’exploration spatiale, et il y a une zone dans laquelle un lecteur/une lectrice voit des arguments conspirationnistes sans forcément les identifier, et se demande «&nbsp;après tout…&nbsp;». Laisser les conspis sans réponse, c’est laisser la porte ouverte pour que quelqu’un lise tout ça un jour futur et puisse se dire «&nbsp;ah mince, ils n’ont pas la réponse, c’était sans doute un argument percutant&nbsp;» alors que souvent pas du tout.<br /> Donc dans une certaine limite de temps, je préfère toujours répondre, poliment et avec des arguments posés, bien sourcés (on n’en manque pas) et fermes sur le fait qu’il s’agit de polémiques inutiles ou conspirationnistes. Ce n’est pas à eux d’avoir le dernier mot, sauf lorsqu’il devient évident qu’ils s’embarquent dans des arguments illuminés, après un grand débat etc. Ici ça se termine avec des attaques ad hominem, c’est qu’ils ont perdu le terrain.
MattS32
«&nbsp;Enfin, s’amuser à construire un télescope juste pour observer les sites Apollo, c’est complètement contre productif, ça ne servirait à rien car il y a des centaines (oui, des centaines) de types de preuves qui prouvent que ces missions ont bien eu lieu.&nbsp;»<br /> Tout a fait. Et ceux qui contestent ces preuves, ils contesteraient de toute façon aussi les photos faites par un télescope…
SlashDot2k19
Vous êtes motivés à perdre votre temps à essayer de raisonner des trolls adeptes des théories complotistes…<br /> Pour la décennie a venir, la Chine a des chances de rafler la mise avec la crise économique que l’Europe et les USA vont se cogner
juju251
SlashDot2k19:<br /> Vous êtes motivés à perdre votre temps à essayer de raisonner des trolls adeptes des théories complotistes…<br /> Effectivement, bien souvent c’est peine perdue.<br /> Mais, comme l’a dit Eric, l’important n’est pas d’essayer de les convaincre.<br /> ebottlaender:<br /> Il est tout à fait logique et sain de se poser des questions sur l’exploration spatiale, et il y a une zone dans laquelle un lecteur/une lectrice voit des arguments conspirationnistes sans forcément les identifier, et se demande «&nbsp;après tout…&nbsp;». Laisser les conspis sans réponse, c’est laisser la porte ouverte pour que quelqu’un lise tout ça un jour futur et puisse se dire «&nbsp;ah mince, ils n’ont pas la réponse, c’était sans doute un argument percutant&nbsp;» alors que souvent pas du tout.<br />
clintl
L’acceptation du risque ?
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Apple veut qu'Epic lui verse des dommages-intérêts pour couvrir les pertes de l'App Store
Airbus trouve des partenaires pour
La première longue bande-annonce de Dune par Denis Villeneuve est de sortie
Skeleton Technology développe une batterie au graphène rechargeable en 15 secondes
GeForce RTX30xx : Corsair bosse sur un câble d'alimentation 12 broches tout-en-un
Nikola s'associe à General Motors pour produire son pick-up électrique Badger
Le Venezuela bloque les accès à deux plateformes d'échange de crypto-monnaies
L'application téléphone de Google s'ouvre aux mobiles non Pixel, avec un bel ajout en prime
NVIDIA : le DLSS 2.1 prend désormais en charge la VR
42 organise un hackathon mondial pour bâtir le futur du gaming
Haut de page