Homéopathie : faute de preuves scientifiques, la Haute autorité de santé vote le déremboursement

28 juin 2019 à 11h48
0
homéopathie.png
(Crédits : Pixabay)

La HAS considère que l'efficacité de l'homéopathie est « insuffisante ». Désormais, il appartient au gouvernement de trancher définitivement.

Le débat autour de l'homéopathie faisait rage, mais la Haute autorité de santé, autorité administrative indépendante à vocation scientifique, a tranché dans le vif après avoir été saisie de la question par le ministère des Solidarités et de la Santé. Dans un avis rendu ce vendredi 28 juin, l'autorité s'est prononcée contre la prise en charge de l'homéopathie par l'assurance maladie. Il s'agit de la première évaluation scientifique française à ce sujet.

1 200 médicaments homéopathiques passés au crible

Inscrits au remboursement SECU il y a plusieurs décennies, les médicaments homéopathiques n'avaient encore pas été évalués scientifiquement, contrairement aux autres remèdes. La commission de la transparence de la HAS a mené une solide évaluation concernant près de 1 200 médicaments homéopathiques, décortiqué des dossiers déposés par les laboratoires concernés (Boiron, Rocal-Lehning et Weleda) et analysé de nombreuses publications scientifiques.

Après neuf mois de travail, la commission n'a pu que rendre un avis défavorable à l'issue de sa dernière plénière du 26 juin, synonyme de fin du remboursement annoncé des médicaments homéopathiques.

Une efficacité insuffisante pour justifier d'un remboursement

Pour justifier sa décision, la Haute autorité de la santé a identifié des données scientifiques pour 24 affections et symptômes traités avec des médicaments homéopathiques. Parmi les symptômes, on retrouve des troubles de l'anxiété, des infections respiratoires chez l'enfant, des verrues plantaires ou des soins de support en oncologie.

L'autorité a considéré que pour ces affections et symptômes, les médicaments homéopathiques n'ont pas été d'une « efficacité suffisante pour justifier d'un remboursement », scientifiquement parlant. Les membres de la HAS ont noté l'absence de preuves de l'efficacité (c'est-à-dire l'absence de données cliniques) ainsi que l'absence d'étude concrète permettant d'évaluer l'impact de tels médicaments sur la qualité de vies des patients.

La Haute autorité n'estime pas non plus nécessaire de recourir systématiquement aux traitements homéopathiques pour traiter des pathologies sans gravité et qui guérissent spontanément. Enfin, elle a relevé l'absence d'une diminution du mésusage, du nombre d'hospitalisations ou de la consommation d'autres médicaments, en cas de traitement homéopathique.

Si la HAS n'a rendu qu'un « avis », il paraît probable qu'Agnès Buzin, ministre des Solidarités et de la Santé, se décidera à le suivre, même si pour l'heure, sa grande priorité reste la gestion de la canicule et son impact.
Modifié le 28/06/2019 à 14h22
94
38
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Windows 7 est mort ? Canonical vous invite à essayer Ubuntu
La vignette Crit'Air devient obligatoire pour les véhicules en vente ou en location
Adieu, Windows 7, tu seras longtemps resté le meilleur...
Le diesel n'est pas mort : il se tourne vers les SUV américains et européens
L'UE dévoile son projet de
La 5G, une aberration écologique… et économique ?
OneWeb produit à présent deux satellites par jour !
L'Europe veut uniformiser les chargeurs des smartphones, Apple prend les devants
Petite hausse de prix à prévoir pour les utilisateurs de Superchargeurs Tesla
Cyberpunk 2077 repoussé au mois de septembre

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top