On sait désormais produire massivement des robots de la taille d'une cellule

Bastien Contreras Contributeur
04 novembre 2018 à 13h02
0
Cellules synthétiques robots
© MIT

Des chercheurs du MIT ont mis au point une nouvelle méthode pour fabriquer rapidement une multitude de robots microscopiques. Ces minuscules dispositifs pourraient servir dans l'industrie pétrolière ou dans le secteur médical.

Certains laboratoires sont déjà capables de produire des robots aux dimensions très réduites. Seulement, jusqu'à présent, ce processus était très complexe et ne permettait la fabrication que d'un seul objet à la fois. Les chercheurs du Massachusetts Institute of Technology ont, eux, réussi à en produire un grand nombre en série.

La méthode de la fracturation contrôlée

Le principe de production de ce que ces scientifiques ont appelé « syncells » (pour « cellules synthétiques ») repose sur un matériau, le graphène, et un processus de « fracturation contrôlée ».

La première étape consiste à déposer une couche de graphène sur une surface, puis à y ajouter de minuscules points de polymère contenant les composants électroniques du robot. Une deuxième couche de graphène vient alors reposer sur l'ensemble.

Ensuite, les chercheurs exploitent la fragilité de ce matériau pour le fracturer. Mais la prouesse vient du fait qu'ils arrivent à contrôler ce processus à l'échelle nanométrique, de sorte à produire des cellules de forme et de taille identiques. Ce sont en réalité les points de polymère qui, en formant des piliers ronds, guident la façon dont le graphène se rompt. Et le résultat obtenu est une série de minuscules cellules électroniques parfaitement rondes, comme si elles avaient été découpées à l'aide d'une poinçonneuse microscopique.

Des applications pour les oléoducs ou la médecine

Les domaines d'application de tels micro-robots sont connus depuis plusieurs années. À l'aide de capteurs à leur surface, ils peuvent par exemple collecter des informations sur la composition ou les propriétés de l'environnement dans lequel ils sont insérés. On peut donc imaginer les voir utilisés dans un pipeline ou dans l'industrie biomédicale, pour repérer une maladie dans le sang.

La difficulté jusqu'à présent était de produire massivement ces objets microscopiques. D'après Albert Liu, qui a participé à cette étude, cette nouvelle méthode est « un des seuls moyens actuellement disponibles pour produire à grande échelle une microélectronique intégrée autonome. » On ne mesure donc certainement pas encore complètement le potentiel d'une telle technologie.

Source : Science Daily
10 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Tesla : Elon Musk a tranché, la Gigafactory 4 sera construite en Allemagne, préférée à la France
Le Japon va-t-il vraiment déverser de l’eau radioactive dans l’océan ?
Un TER n’émet pas toujours moins de CO2 qu'une voiture ou un autobus !
BMW s'intéresse de près à la charge bidirectionnelle
Windows 10 : la mise à jour (1909) de novembre 2019 est là !
À Marseille, un radar en test mesure le niveau de pollution des véhicules
Les camions électriques Volvo sont désormais en vente (et bientôt sur nos routes)
Plombé par son coût environnemental, le projet géant EuropaCity tombe à l'eau
Facebook active la caméra et le micro des iPhone en permanence sans en avertir les utilisateurs

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top