L'atmosphère d'une "Super-Terre" analysée en détails grâce à Hubble

Les scientifiques de l'University College of London, en collaboration avec la NASA et l'ESA, ont annoncé cette semaine avoir pu détecter et analyser l'atmosphère de la "super-Terre" 55 Cancri e, récemment découverte. Une prouesse réalisée grâce au télescope Hubble, et de nouvelles techniques d'analyse.

55 Cancri e est une exoplanète située à environ 40 années-lumière de la Terre, dans le système planétaire de 55 Cancri. Elle fait 8 fois la masse de la Terre, et elle est l'objet d'une première : c'est en effet la toute première fois que des scientifiques parviennent à percer les secrets de l'atmosphère d'une exoplanète appartenant à la catégorie des "super-Terre", c'est-à-dire une planète rocheuse dont la masse est comprise entre 1 et 10 fois celle de la Terre.

Des chercheurs de l'University College of London, de la NASA et de l'ESA ont donc réussi à déterminer la composition de l'atmosphère de 55 Cancri e à l'aide des informations récoltées par le télescope spatial Hubble. C'est plus particulièrement la caméra à grand champ Wide Filed Camera 3, embarquée par Hubble, qui a permis un relevé d'informations spectrales déterminant. Ces données ont ensuite été analysées par différents outils informatiques.

0320000008350490-photo-55-cancri-e.jpg

« C'est un résultat très intéressant, car c'est la première fois que nous sommes en mesure de trouver des empreintes spectrales qui montrent les gaz présents dans l'atmosphère d'une super-Terre » a expliqué le chercheur Angelos Tsiaras de l'UCL. « Les observations de l'atmosphère de 55 Cancri e suggèrent que la planète a réussi à emmagasiner une quantité importante d'hydrogène et d'hélium de la nébuleuse à partir de laquelle elle s'est formée à l'origine. »

« Nous avons maintenant des indices quant à la constitution de la planète, comment elle s'est formée et a évolué, ce qui a des implications importantes pour 55 Cancri e et d'autres super-Terres  » a ajouté Giovanna Tinetti, la coauteure de l'étude. 55 Cancri e n'accueillera jamais de vie, humaine en tout cas, en raison d'une atmosphère entièrement composée d'hydrogène, d'hélium et comportant également des traces de cyanure, le tout, sans eau. Elle fait par ailleurs le tour de l'étoile la plus proche en seulement 18 heures, et la température à sa surface peut atteindre les 2000°C. « Ce n'est clairement pas une planète où il ferait bon vivre » résume un autre scientifique de l'UCL.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

Facebook veut que vous sachiez que tout le monde pille et amasse vos données, et que c'est normal
Test Synology DS420+ : un NAS 4 baies polyvalent, hélas un peu cher pour la maison
Amazon achète 9 lanceurs Atlas V pour mettre en orbite une flopée de satellites
La folie des NFT bat son plein : Snoop Dogg et le créateur du Nyan Cat vendent un GIF pour 33 000 $
Avis Free Mobile : les forfaits Free sont-ils toujours le meilleur rapport qualité / prix du marché ?
Polaroïd Go : un nouvel instantané au format (très) réduit
Netflix maximise encore ses gains, mais la croissance des abonnements ralentit fortement
Meilleur forfait mobile : le comparatif d'avril 2021
Après son X1300i, BenQ annonce un vidéoprojecteur gaming 4K, le TK700STi
Le Royaume-Uni réfléchit à lancer sa crypto-monnaie souveraine
Haut de page