Stadia : disponible depuis hier, Borderlands 3 est incomplet

Pierre Crochart
Spécialiste smartphone & gaming
18 décembre 2019 à 09h04
21
Borderlands 3
© 2K Games

C'était la dernière grosse sortie de l'année sur Stadia. Et malheureusement pour les joueuses et joueurs, elle ne s'est pas faite de la plus belle des manières.

Après avoir entretenu des semaines de flou quant à la date de sortie de Borderlands 3 sur son service de Cloud gaming, Stadia n'a — semble-t-il — pas été en mesure de proposer la toute dernière version du jeu de Gearbox.



Borderlands 3 : près de deux mois de contenu manquant

Sur son site officiel, l'éditeur 2K Games confirme que la version Stadia de Borderlands 3 ne contient que le contenu et les mises à jour du jeu jusqu'au 24 octobre.

Si la campagne de base reste bien entendu pleinement accessible aux joueurs Stadia, il leur manque un certain nombre de contenus additionnels et — plus important — de correctifs comme des butins spéciaux de boss, davantage d'espace dans la banque des joueurs, ou la difficulté Chaos 4.

L'éditeur promet que le DLC « Élimination au site secret de Maliwan » et tous les ajouts précités seront ajoutés « d'ici le début de l'année 2020 ». Le DLC « Le Casse du Beau Jackpot », dont la sortie est prévue demain sur les versions PC, PS4 et Xbox One du jeu, attendra également le début d'année pour arriver sur Stadia.

Via: Gamerant
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
21
16
rsebas3620
non mais la ca devient un sketch…ne me dites pas qu’il n’y a pas un probleme avec la gestion de stadia…
Popoulo
« Sur son site officiel, l’éditeur 2K Games confirme que la version Stadia de Borderlands 3 ne contient que le contenu et les mises à jour du jeu jusqu’au 24 octobre. » : y a quoi que vous ne comprenez pas dans la phrase ? Il me semble que pour Stadia, ce sont les distributeurs qui fournissent une version spécialement pour. C’est pas Stadia à blâmer mais 2k Games.
wedgantilles
Autant que je sache Stadia ne développe pas il ne s’agit pas non plus d’une simple utilisation de la version PC a distance. Le problème est plutôt chez Gearbox de n’avoir pas fini le boulot pour Stadia que de Stadia en lui même.
Urleur
fin 2020 on entendra plus parler grâce à la nouvelle xbox ou ps5, cette farce de google !
Blues_Blanche
Je ne sais pas pourquoi, mais je me réjouis de chaque annonce sur Stadia, de leur faute ou pas
Wen84
EUh… Oui, mais non… C’est à Stadia de faire des efforts, s’ils veulent aider les éditeurs à s’intégrer sur leurs plateforme. Car en l’état, ceux qui ont le plus à y gagner, c’est Google pas les éditeurs ou les devs.
Mx34
Non non, c’est Stadia. Ils ont fait le choix d’utiliser Linux pour leur serveur pour grater sur des licences. Et tout le monde sait que très peu de jeux tourne nativement sur Linux. Donc 2K Games ou les autres, si ils veulent se lancer sur Stadia, ils leurs faut rendre le jeu compatible, ce qui n’est pas une mince affaire.<br /> D’ou les problèmes d’optimisation des jeux, des bugs et maintenant du manque de contenu.
roboc
Et pendant ce temps GForceNow fonctionne pas trop mal !<br /> Quelques bug, mais comme c’est toujours gratuit… on ne va pas faire la fine bouche. Et ça fonctionne sur PC, Shield, Mac, téléphone (android mais bon c’est déjà ça).
Bakeneko
Les gens qui n’ont aucune connaissance sur les stacks hardware/software mais qui l’ouvrent quand même… changez rien. Les moteurs de jeu et les api commencent à être bien rodés au multiplateforme, mais il reste quand même un peu de travail d’optimisation à la charge du développeur pour obtenir un rendu consistant et performant sur chaque plateforme (et Stadia est une nouvelle plateforme, il n’y a pas une émulation quelconque).<br /> Dire que Stadia complique le travail des devs ou essaie de « gratter sur les licences » en tournant sur une distrib linux est idiot, la plupart des plateformes tournent sur des systèmes unix-like.<br /> Il y a vraiment une volonté de taper sur Stadia, ça crie au scandale pour 15 jours de délai sur des dlc (responsabilité du développeur qui plus est), par contre quand il y a des décalages de 3/6/12 mois sur des portages pc&lt;=&gt;console ça la ramène moins et on se plaint du dev, pas de la plateforme, c’est curieux…
Pernel
Non pas tout a fait, les jeux Stadia ne sont pas tout a fait des jeux PC. Ça tourne bien sûr sur des PC (a base de Vega 56 modifié), mais développé spécifiquement pour Stadia, donc aucun réglages dispo ni quoi que ce soit (on se retrouve même avec des jeux moins beau que sur consoles …)
TofVW
Les gars, pas la peine de vous engueuler sur cette news, après tout ça ne concerne que les 15 personnes qui ont acheté Stadia. Pas de quoi se mettre sur laggle.
cirdan
C’est toi qui est bien indulgent vis-à-vis de Google. Derrière il y a quand même des gens qui paient pour un service et qui sont floués. Rien n’oblige Stadia à sortir un jeu incomplet, s’ils le font c’est parce que Noël arrive et qu’ils veulent attirer le plus de monde possible dans leurs filets.<br /> Et désolé, mais ça n’est pas le problème des abonnés de savoir si c’est la faute des devs ou de Google ce genre de situation. Si l’éditeur a besoin de plus de temps pour sortir un jeu fini sur cette plateforme, il faut lui donner. Mais le roi Google n’attend pas et peut tout se permettre, même celui d’être défendu dans des cas où il ne le mérite surement pas.
Wen84
Euh… Si google n’avait pas affirmé continuellement des choses fausses, ils auraient moins ce souci
KlingonBrain
Linux n’est peut être pas encore très populaire dans le grand public. Mais c’est exactement l’inverse dans le monde des serveurs, du cloud et des supercalculateurs.
KlingonBrain
Vu le nombre de serveurs que représente un tel service, le prix des licences n’est pas un simple détail. Tous les acteurs du cloud l’ont compris il y a déjà bien longtemps.<br /> Et sur le plan technique, Linux permet de customiser beaucoup de paramètres grâce à sa nature open source.<br /> Sinon, les jeux vidéo sont de loin le type d’application le plus facile à porter.<br /> Il faut savoir qu’un jeu vidéo utilise très peu de fonctionnalités des systèmes d’exploitation car il possède généralement son propre système d’interface utilisateur et de fenêtrage.<br /> Pour peu que le jeu utilise un moteur qui propose un backend de rendu OpenGL ou Vulkan, les modifications nécessaires sont quasiment anecdotiques.
KlingonBrain
Je le sais bien… Et il y a un peu de hype pour le gaming sous Linux avec pas mal d’initiatives et une communauté grandissante, en partie motivées par la fin de vie de Windows 7 pour certains gamers (non compétitifs, forcément).<br /> Je pense que la demande viendra surtout du Cloud. Je ne suis pas certain que les Linuxiens soient très pressé de voir ces softs propriétaires venir foutre le boxon dans leur beau système en installant des anti cheats et autres DRM malpropres jusque dans le kernel. Et il suffit de lire les licences pour comprendre que certains jeux s’accordent même quelques droits sur nos données personnelles. En tout cas, moi je n’en veux pas sur le système ou je travaille. Je suis très content du dual boot Linux/Windows. Sur Linux, je ne joue principalement qu’a des jeux libres. Tout ce qui est propriétaire, je le laisse sur Windows à quelques exceptions près.<br /> Mais il y a une absence de standardisation . Combien de distributions emploient un système d’initialisation différent, un serveur graphique différent, un environnement de bureau différent,<br /> Pour un programmeur formé à Linux, ce n’est pas les quelques différences (bien connues)entre distribution qui sont source de vrais problèmes. Et cela d’autant que la très grande majorité des distributions dérivent d’une ou deux distributions « mère » dont ils reprennent intégralement la structure. Mais aussi que la majorité des logiciels n’ont pas à toucher à ces détails du système (un jeu vidéo n’a strictement rien à foutre dans l’init).<br /> Vous dites que « Mais il y a une absence de standardisation », cela n’est pas exact. Rappelons que les Unix Like sont à l’origine de nombreux travaux sur la standardisation depuis très longtemps. Et ces travaux ont débouché sur de vrais standards établis, officiels et codifiés tels que Posix. Et d’autres sur des standard de fait comme Linux Standard Base.<br /> En pratique, je suis souvent surpris de la facilité avec laquelle on recompile des logiciel entre des unix likes. Même entre Linux et MacOs. Pour moi, c’est plutôt Windows qui s’éloigne du standard.<br /> Quand à ceux qui pensent que Windows serait le saint graal de la standardisation, la pratique montre que non. J’ai un bon gros tas de CD/DVD de jeux de l’époque Windows XP qui ne fonctionnent plus avec Windows 10. Et ce n’est pas forcément de la faute de Microsoft qui a pris la décision qui s’imposait.<br /> On ne peut pas laisser les programmeurs faire n’importe quoi sur un système, que celui ci soit libre ou propriétaire ne change rien.<br /> des librairies différentes<br /> Ce problème n’est absolument pas lié au système d’exploitation. Il existe sur tous les systèmes. D’autant que Windows a adopté le modèle « rolling release », ce qui signifie que les versions de bibliothèque peuvent évoluer régulièrement.<br /> D’ailleurs, Linux a l’avantage de sa logithèque majoritairement libre. Cela permet de compiler tous les softs d’une distro avec la même bibliothèque. Avec un énorme gain d’espace à la clé. Mais Linux permet aussi d’installer plusieurs versions différentes d’une même bibliothèque sur un système.<br /> Pour les logiciels propriétaires qui sont pré-compilés, si un logiciel ne veut pas risquer d’incompatibilités avec les différentes versions de Linux, la solution est exactement la même… que sous Windows : le logiciel peut apporter ses propres versions des bibliothèques avec lequel il est compilé et testé.<br /> Sous Linux, il existe même des dispositifs tels qu’Appimage qui permettent de simplifier cela.<br /> un environnement de bureau différent<br /> Je pense que l’informatique est arrivée à un point ou il faut réaliser que madame Michu, 67 ans retraitée, et le jeune programmeur qui recherche la productivité n’ont pas du tout intérêt à utiliser le même environnement<br /> Un bureau « standardisé » ne pourra jamais servir de manière optimale des besoins très différents.<br /> Mais il faut savoir que le bureau n’affecte pas la façon dont un logiciel fonctionne et interagit. Dans la très grande majorité des cas, pour le programmeur, c’est transparent.<br /> si c’est d’autres excluant carrément les pilotes propriétaires et il faut faut passer par plusieurs manipulations pour les installer…<br /> Il existe suffisamment de distro Linux bien connues destinées au grand public qui se chargent de tout.<br /> Logiquement, si vous vous éloignez de ces distro, c’est que vous savez ce que vous faites.<br /> le tout pour aboutir à une stabilité et de performance inégales variant en fonction de ces paramètres.<br /> Sincèrement, je n’ai jamais rencontré ce genre de souci, même en installation manuelle de pilotes.<br /> Si ce n’est que les mesures d’anti-triche empêchant toute compatibilité avec autre chose que du Windows.<br /> Il n’y a (malheureusement) aucune difficulté technique à implémenter ces logiciels pour Linux si ce n’est qu’il faut investir pour leur développement et pour les compétences dans ce système d’exploitation.<br /> Mais si vous jouez régulièrement à des jeux en ligne, vous constaterez que ces « solutions » n’ont pas pour autant réussi à éradiquer la triche.<br /> Je pense que le futur de l’anti cheat passera plutôt par des services cloud ou l’installation d’un logiciel de triche ne sera pas possible. De la même façon que le piratage et ses logiciels DRM anti-piratage.<br /> Les logiciels d’examens électroniques utilisés aux US ne sont pas certifiés ni compatibles avec GNU/Linux non plus. Le fait que Linux en tant que système soit modifiable a volonté est un frein pour ces dispositifs visant à vérifier l’intégrité du système. Mais dans ces cas-là, tant pis.<br /> Hélas, on ne peut rien pour les programmeurs qui ont fait des choix catastrophiques et irréfléchis et qui se retrouvent pris aux piège de leurs erreurs.<br /> Aujourd’hui, il est grand temps de laisser ce genre d’aberration dans le passé : un système d’examen basé sur le cloud leur offrira de bien meilleures garanties d’intégrité tout en laissant le choix du système d’exploitation totalement libre, aussi bien pour le client que pour le serveur.
frigo
Puisque cela débat des système d’exploitation à noyau Linux.<br /> Pour les connaisseurs,étant un peu Gamers,Que vaut actuellement le Steam OS ?<br /> J’étais heureux et ravi lors de l’annonce d’un os alternative à Windows pour le Gaming mais depuis ce temps, où en est t-on avec le Linux Steam OS ?
frigo
Par ailleurs Stadia est un service de jeux-vidéo disposant de serveurs équipés de cartes graphique puissante transmettant les calculs effectués sur le jeux à des clients qui ont adhéré à ce type de service.<br /> Pour un Borderlands 3 en 4K 60 fps,transmette ce flux gigantesque de données exige de disposer au moins de la fibre optique à une vitesse de 400 Mbit/sec ?<br /> Sur le site,vous devez disposer d’une connexion d’au moins 35Mbit/sec<br /> Tu parles ! ce serait plutôt de la fibre optique mini 100 Mbit/sec pour du 1080P 60 fps en ultra.<br /> Personnellement,je ne suis guère enthousiasmé par ce type de service.<br /> à terme plus rien,ne sera calculé,produit,créé par nos «terminaux»,tout sera dans le «CLOUD».<br /> Vous voulez Créer des images 3D,retoucher des photos,des vidéos… des lignes de codes sur un programme d’IA. ?<br /> Mais vous ne disposez pas de la puissance nécessaire pour créer,on vous propose alors ce type de services qui récupère en même temps,l’ensemble de vos données de production.<br /> Génial !<br /> PS: J’espère que ce Type de service ne va pas se démocratiser et resté cantonné à un marché dit de «niche» voir disparaître ! Prions mes Frères numériques !
cloomcloom
On parie quoi?
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Émissions de CO2 : l'Assemblée nationale vote l'augmentation du malus à 20 000 euros
Warcraft III Reforged sortira finalement le 29 janvier 2020 au prix de 29,99€
Où acheter la Nintendo Switch au meilleur prix ?
Secrid Cardprotector : cartes en cage
Google Maps a désormais des filtres pour trouver des bornes de recharge de voitures électriques
Idée cadeau de Noel : enceinte connectée Echo Dot à moins de 30€ chez Boulanger
Vente flash de Noel Amazon : écran gaming Dell 27
Le Xiaomi Mi Note 10 128 Go à 379,99€ au lieu de 549,90€ chez Rakuten
Forfait mobile 4G : Free prolonge son offre 50 Go à 9,99€ par mois
Haut de page