Hearthstone Battlegrounds : notre prise en main de l'autobattler signé Blizzard

13 novembre 2019 à 12h12
0
hearthstone battlegrounds

Nous avons joué à Hearthstone Battlegrounds, le nouveau jeu de Blizzard. Encore une fois, l'éditeur américain respecte son credo : “easy to learn, hard to master”. Encourageant pour la suite.

Ce mardi 12 novembre 2019 à 19h, sortait le mode Battlegrounds de Hearthstone en bêta ouverte, permettant à tous les joueurs d'y accéder. Le jeu était disponible depuis une semaine en bêta fermée pour ceux ayant précommandé la prochaine extension, acheté un ticket virtuel pour la Blizzcon ou ayant récupéré une clé par d'autres moyens. Nous avons pu prendre en main le titre, voici nos premières impressions et analyses.

Hearthstone Battlegrounds, c'est quoi ?

Il s'agit d'un jeu de type autobattler, qui se positionne donc en face du TeamFight Tactics (TFT) de Riot Games et de l'Auto Chess basé sur Dota 2. Le genre est en train de faire ses preuves et a même fait du mal aux TCG (comprenez Trading Card Game) dernièrement, attirant des joueurs de cartes fatigués par Hearthstone, Magic et consorts.

Comme chez la concurrence, une partie regroupe huit joueurs et l'objectif est d'éliminer les sept adversaires. On doit choisir un héros parmi les trois proposés (il y en a 24 en tout), chacun possédant un pouvoir héroïque unique. Il faudra ensuite adapter sa stratégie au héros que l'on a choisi, chacun ayant des forces et faiblesses.



On retrouve deux phases dans Battlegrounds, qui se succèdent jusqu'à ce qu'il n'en reste plus qu'un.

D'abord la préparation, qui permet d'acheter ou de vendre des serviteurs à Bob, le tavernier. Chaque créature coûte 3 pièces d'or, mais ne vaut plus qu'un PO à la revente. Le but est d'essayer de créer de puissantes synergies entre ses minions et d'améliorer leurs statistiques. Il est aussi possible de créer un monstre de niveau 2 quand on possède trois exemplaires de celui-ci. Autre possibilité : utiliser ses pièces pour faire monter le niveau de sa taverne. On prend alors le risque de garder un Board faible sur le court terme, mais Bob nous proposera de meilleures cartes dans le futur. Une fois que l'on a son board, on dispose les créatures sur le plateau. On va le voir après, le positionnement est capital dans ce jeu.

Vient ensuite la phase de combat, contre un des sept autres joueurs. Les créatures s'attaquent alors à tour de rôle en suivant quelques règles de priorité. Celles qui sont le plus à gauche attaquent en premier, et ciblent d'abord les serviteurs avec le mot-clé Provocation (ou taunts). S'il n'y en a pas, alors la cible est choisie au hasard parmi les serviteurs présents.

Nos impressions

L'aléatoire prend une grande place sur le jeu : les créatures que le tavernier nous propose d'acheter font partie d'un pool défini de cartes, mais il n'est pas rare de rafraîchir en boucle sans parvenir à trouver le minion qui va venir compléter notre stratégie. Mais cela force à s'adapter, il n'y a pas de route toute tracée vers la victoire et il faut réussir à surprendre l'adversaire et limiter la casse quand on n'obtient pas ce que l'on veut. Durant les combats aussi, il peut être très frustrant de perdre des 50%-50% ou de voir sa meilleure créature aller taper dans le seul bouclier divin avec poison qu'il y a en face.

On regrette aussi de pouvoir tomber trop de fois contre le même adversaire. Insupportable quand celui-ci a justement une tactique pour battre notre stratégie en particulier. Blizzard a déjà rassuré en indiquant que ce problème sera résolu dans un futur patch. Mais comme sur Hearthstone, il s'agit d'être régulier et au final, même si on peut manquer de chance, ce sont les meilleurs qui se retrouvent en haut du classement.

Malgré la présence d'aléatoire, il y a en effet une multitude d'éléments à prendre en compte pour optimiser ses parties. Le placement des créatures par exemple : il faut faire attention aux "cleaves", aptitude qui permet d'attaquer plusieurs créatures en même temps, prendre en compte les taunts, essayer de protéger les créatures qui se boostent à la mort d'une autre en les éloignant des taunts et en les faisant attaquer en dernier.

Il y a vraiment une profondeur et une richesse de jeu qu'on ne voit pas forcément au premier abord et même les joueurs les mieux classés font encore plusieurs erreurs par partie après une semaine de jeu.

Forcément, sur ce type de jeu, une analyse de long-terme va être nécessaire pour juger de son potentiel. Blizzard va être attendu au tournant quant à l'équilibrage et aux mises à jour. L'éditeur vient d'ailleurs déjà de lancer une vague de nerfs et de ups. Pour l'instant, les familles Méca et Bêtes semblent les plus fortes, les stratégies Late Game semblent l'emporter sur les tactiques Early Game, et certaines mécaniques comme le magnétisme sont très fortes. Une carte clé est l'Affreux Amalgame par sa polyvalence, vous ne vous tromperez pas souvent en la sélectionnant. Certains héros sortent également du lot. Je peux notamment vous conseiller Le Conservateur, A F Kah ou Nefarian, qui font clairement partie des meilleurs actuellement. Malgré son style, évitez par contre Ragnaros, qui est vraiment très faible.

Comment jouer ?

Blizzard a créé la surprise lors de l'annonce de Battlegrounds car le jeu a été directement intégré à Hearthstone. Il vous faut donc un compte Blizzard puis passer par le launcher Battle.net sur PC et télécharger et installer Hearthstone. Sur mobile, il suffit d'installer Hearthstone via le Play Store sur Android et l'App Store sur iOS. Le mode est totalement gratuit et il n'y pas de microtransactions qui viennent donner des avantages en jeu.

N'hésitez pas à regarder des streams ou des vidéos YouTube pour vous améliorer. Les débuts peuvent être difficiles si vous n'avez jamais joué à un autobattler ou à Hearthstone. Mais attention à vos heures de sommeil, le titre est assez addictif : on a du mal à s'arrêter une fois qu'on commence.
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La planète est confinée ! Le ralentissement est visible depuis l'espace.
L'union sacrée des télécoms européens, qui vont partager leurs données pour lutter contre le coronavirus
La dernière mise à jour de Windows 10 provoque une fois de plus pannes et ralentissements
Confinement : la nouvelle attestation de déplacement dérogatoire est disponible en téléchargement
OneWeb opère maintenant 74 satellites en orbite
Comment choisir la bonne diagonale pour son téléviseur ?
L'empreinte carbone issue de la consommation des Français a chuté de deux-tiers avec le confinement
Elon Musk fait un don de 50 000 masques et 1200 respirateurs... pour se racheter ?
Confinement : le gouvernement durcit les restrictions
Des Macbook propulsés par des processeurs ARM prévus pour l'an prochain
scroll top