[PGW 2015] WiLD, l'épopée mystique de Michel Ancel

Par
Le 29 octobre 2015
 0
WiLD, le nouveau jeu de Michel Ancel développé par Wild Sheep Studio, s'est dévoilé à l'occasion de la Paris Games Week. Une aventure qui s'annonce mystique et immense, uniquement sur PS4.

Présent sur la scène de la conférence de Sony mardi dernier, Michel Ancel a, dans la foulée, présenté à la presse une version jouable de son jeu Wild. Si nous n'avons pas pu, dans ce cadre, poser nos mains sur la manette, nous avons pu découvrir une variation de la démo présentée lors de la conférence, puisque le fait qu'un développeur joue devant nous a permis de découvrir les différentes possibilités offertes par le titre dans une situation donnée.

WiLD propose donc d'incarner un shaman dans un monde primitif, qui s'annonce vraiment immense. Comme tous les open world que l'on peut voir depuis quelques années, tous les lieux que l'on découvre en scrutant l'horizon peuvent être visités. Michel Ancel prévient : les distances à parcourir sont vraiment énormes, et le monde de WiLD est semé d'embûches. Lorsque le personnage meurt, il ressucite dans le dernier abri visité. « Et il peut être bien loin de là où vous êtes mort ». Prudence est donc de mise.

Into the WiLD


Mais l'objectif de WiLD n'est pas uniquement de se promener dans une nature aussi belle qu'hostile. En tant que shaman, le joueur doit résoudre des problèmes, aider son prochain, ou encore protéger la faune qui l'entoure. Les animaux sont, d'ailleurs, l'un des éléments les plus essentiels du gameplay : le shaman peut les posséder avec son esprit, mais également les apprivoiser pour en faire des compagnons de route. On peut donc aussi bien contrôler un ours en prenant possession de corps qu'en s'en servant comme monture.

0320000008225272-photo-wild.jpg

Si Michel Ancel n'a pas indiqué combien d'animaux pourraient être contrôlés et apprivoisés dans le jeu, le nombre semble tout de même conséquent. Ours, mouton, loup, aigle, lapin ou encore grenouille ont été cités. Chacun possède sa particularité : le loup, par exemple, est tout indiqué pour des explorations nocturnes, tandis que l'aigle s'avère utile pour faire du repérage depuis les airs.

Mais il faudra tout de même faire attention, car si la nature rend des services, elle est aussi dangereuse : en quittant son corps pour posséder un animal, il le laisse sans défense et peut être attaqué. Il sera donc approprié de grimper dans un arbre, ou trouver une autre cachette, avant de laisser son esprit vagabonder.

0320000008225270-photo-wild.jpg

Comme visible à la fin de la démo, l'invocation de divinités aura son importance pour trouver des solutions à des problèmes : « Rien n'est gratuit dans le monde de WiLD, et pour vous aider, une divinité vous demandera la plupart du temps de faire quelque chose pour elle. Par exemple, une offrande sous la forme d'un sacrifice. Il vous faudra alors choisir quel animal sacrifier. La divinité de l'ours pourrait également vous demander de vivre comme un ours pendant plusieurs jours, pour vous considérer comme tel, et vous apporter son savoir. » Lorsque le shaman est accepté par une divinité, un nouveau tatouage apparaît sur son corps. « Chaque shaman sera différent et ne maitrisera pas les mêmes connaissances » ajoute Michel Ancel.

Invasions shamaniques


WiLD ne sera pas uniquement une expérience solo : à la manière d'un Dark Souls ou d'un Bloodborne, le monde pourra être « envahi » temporairement par d'autres joueurs, soit pour aider le protagoniste, soit pour lui mettre des bâtons dans les roues. Des missions pourront nécessiter de tuer d'autres joueurs, soit sous la forme humaine, soit sous une forme animale. « Le joueur pourra être envahi pas plusieurs adversaires en serpents, ligués pour le tuer ». A l'inverse, les joueurs pourront s'entraider, et mettre leurs connaissances en complémentarité. On imagine facilement l'éventail de possibilités si la communauté s'avère au rendez-vous.

0320000008225274-photo-wild.jpg

WiLD s'annonce comme une expérience très riche, à suivre de près. Si la build alpha présenté à la PGW souffrait de bugs et de ralentissement, Michel Ancel insiste sur le fait que le développement est encore bien loin d'être bouclé, et que l'équipe qui travaille sur le jeu est « petite ». Beaucoup d'éléments seront dévoilés en 2016, notamment l'histoire, même si l'on sait déjà que la quête du personnage principal débutera dès l'enfance : On le jouera enfant, adolescent, adulte et même âgé. « Tout au long de sa vie, il pourra créer des liens avec les animaux. On pourra commencer à apprivoiser un louveteau durant l'enfance, le lien n'en sera que plus fort ensuite. » explique Michel Ancel.

WiLD sera un titre exclusif à la PS4.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités Jeux vidéo

scroll top