Piratage du PSN : Sony accepte de payer une amende au Royaume-Uni

le 15 juillet 2013 à 10h32
0
Condamné en janvier dernier au Royaume-Uni suite à la fuite de données issues du piratage du Playstation Network, en avril 2011, Sony a finalement renoncé à faire appel. La firme devra payer une amende de près de 300 000 euros.

04255254-photo-psn.jpg
C'est l'Information Commissioner's Office (ICO), l'autorité indépendante du Royaume-Uni en charge de la protection des données, qui a annoncé la nouvelle sur Twitter. Condamné à 250...000 livres d'amende - environ 290 000 euros - en janvier dernier en guise de sanction pour la fuite de données ayant touché des millions d'utilisateurs du PSN en avril 2011, Sony avait initialement lancé une procédure d'appel pour contester l'amende. Finalement, l'entreprise a décidé d'arrêter les frais, et vient d'accepter de passer à la caisse.

« orsque vous êtes responsable d'autant d'informations, notamment des cartes de paiement ou des données de connexion, conserver en sécurité les données personnelles doit être votre priorité. Ce qui n'est, dans ce cas, pas arrivé. Dans la mesure où la base de données a été la cible, nous avons noté que les mesures de sécurité mises en place n'étaient tout simplement pas assez efficaces » avait déclaré David Smith, responsable de l'ICO, en janvier dernier.

Sony avait donc tout simplement été sanctionné pour ce que l'ICO a qualifié d'un manque de rigueur dans la protection des données personnelles. Depuis l'attaque mondiale survenue en avril 2011, et qui avait entraîné la fermeture de plusieurs services en ligne de Sony durant plusieurs semaines, on aurait pu croire que la firme avait définitivement mis derrière elle le pire épisode de ses activités en ligne, mais ce n'était pas le cas jusqu'à il y a quelques jours.

Néanmoins, Sony a tout de même précisé que « cette décision vise à protéger la confidentialité de la sécurité du réseau de communication dans le cadre de la procédure ». Un porte-parole de l'entreprise a ajouté que cette dernière « continue à être en désaccord avec cette décision sur le fond ». Passer à la caisse est donc une solution pour Sony de garder sa stratégie de sécurisation secrète.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités

Le RGPD a 1 an, l'heure de dresser un premier bilan
Mario Kart Tour : l'opus mobile dévoile une partie de son contenu via sa bêta
Test Kindle Paperwhite : la référence des liseuses, tout simplement
Android Pie débarque sur les OnePlus 3 et 3T
Qualcomm, condamné pour abus de position dominante, doit renégocier ses accords de licence
Le géant chinois ByteDance prévoit de lancer une application de streaming musical
L'Audi e-tron obtient 5 étoiles au test Euro NCAP
La dixième édition de la Paris Games Week ouvre sa billetterie avec une affiche inédite
Le Galaxy Home n'est pas encore sorti que Samsung prépare une version Mini
COMPUTEX 2019 : qu'attendre du plus grand salon mondial de l'informatique ?
scroll top