Neopolis, le reality game aux allures de Monopoly, est enfin disponible dans toute la France

03 juin 2020 à 09h05
3
Neopolis couverture © Neopolis
© Neopolis

Le jeu mobile, désormais disponible sur iOS et Android partout en France, vous permet d'acheter et de vendre, pour de faux, les vrais bâtiments de votre ville.

Neopolis, c'est le mélange parfait et un brin addictif du jeu vidéo et du jeu de société. Un vrai reality game qui vous invite à découvrir ou à redécouvrir votre ville, à l'heure où le confinement a renforcé notre soif d'aventure. « Prends possession de ta ville », promet le jeu à l'origine duquel on retrouve Roland, Ben et Lucas, trois passionnés qui furent inspirés par l'univers et le concept tout nouveau de Pokémon GO à l'époque. Mais Neopolis est finalement devenu une sorte de Monopoly à ciel ouvert.

Vous rêviez de vous offrir la Tour Eiffel ? Vous allez pouvoir le faire… mais gare à la concurrence !

Le jeu, qui permet d'acheter et de vendre des bâtiments de votre ville au gré de vos déplacements et des Neocoins (la monnaie du jeu) ou cartes bonus que vous collecterez tout au long de votre partie censée durer un mois, est désormais disponible dans toute la France, que vous utilisiez un smartphone tournant sous Android ou iOS. « Après plusieurs mois de tests et d’améliorations pour intégrer les
suggestions des joueurs, la version finale du jeu est enfin disponible dans toute la
France 
», confirme le co-fondateur du jeu, Lucas Odion. Notez que le jeu nécessitant de se déplacer, il vous faut activer la localisation de l'appareil.

Neopolis (ex-Metropolis), qui ne compte pour l'instant que quelques milliers de joueurs dans toute la France, semble jouir d'un potentiel certain. Pouvoir acheter virtuellement le restaurant dans lequel vous avez dîné la veille et qui se trouve être juste au pied de votre immeuble vous fera prendre un bon départ. Du côté de Paris, pour acheter la Tour Eiffel, il faudra plus de moyens et, surtout, consentir à jouer des coudes, car d'autres acheteurs seront sur les rangs pour prendre possession de la Dame de fer.

Vous l'aurez compris, le jeu made in France vous donne autant la possibilité d'acquérir des lieux incontournables que d'acheter des bâtiments méconnus, que vous ferez évoluer dans le temps au rythme de vos découvertes et de votre progression, puisque vous gagnerez des niveaux et capacités jour après jour. Prendre la tête de votre ville en achetant la Mairie pourrait être un excellent moyen de tester votre amour de la compétition face aux autres joueurs, bien réels eux, que vous devrez affronter. Et avec lesquels vous pourrez former des alliances.

Un mois = une partie, alors ne traînez pas

Neopolis © Alexandre Boero pour Clubic
Captures d'écran Neopolis (© Alexandre Boero pour Clubic)

Chaque partie de Neopolis dure un mois, avec un tour qui dure une heure (vous touchez des revenus à chaque tour). Une fois le mois terminé, le jeu s'achève et une nouvelle partie débute le jour suivant. Il est notable que les joueurs les mieux classés du mois venant de s'achever bénéficieront de bonus lors de la saison suivante. Alors si vous n'êtes pas le n°1 de votre ville, tâchez de ne pas en être très éloigné.

Les cartes bonus que vous ramasserez auront leur importance, chacune ayant un effet unique, sur plusieurs tours, comme l'augmentation de vos bénéfices (les bâtiments possédés rapportant de l'argent). Concernant la monnaie, les Neocoins, vous en gagnerez de deux façons différentes : grâce aux revenus fixes à chaque tour, et lorsque d'autres joueurs passeront à proximité de vos bâtiments. Une troisième solution existe. Elle consiste à collecter des Neocoins qui se trouvent sur la map, ce qu'il est possible de faire à chaque tour, donc, à chaque heure.

Découvrir ou redécouvrir sa ville de façon ludique

Après un test de plusieurs heures du jeu mobile dans l'une des plus grandes villes de France, notre ressenti est plutôt positif. Parmi les points négatifs, on relève forcément le manque de joueurs, mais il faut bien que la communauté s'agrandisse et seul le temps le permettra. La collecte de Neocoins passe souvent par une publicité vidéo à avaler obligatoirement, mais là encore, on peut être tolérant car c'est là une source de revenus d'un grand nombre de jeux et d'éditeurs. Le mode premium, appelé « Carte Neopass », vous prive de publicité et vous offre des avantages exclusifs contre 6,49 euros par mois. Quant au Neocash, acquis en l'échange d'argent réel également, il permet d'obtenir des objets ou avatars dans la boutique du jeu. La durée de vie des parties (un mois) risque de rebuter certains joueurs.

Les côtés positifs sont divers et variés. Déjà, on note un effort dans l'ergonomie globale de l'application, visuellement très agréable. Ensuite, la possibilité d'évoluer, de se confronter et de négocier avec d'autres joueurs, qu'ils soient des proches, des voisins ou des inconnus, peut donner envie à l'utilisateur de se connecter puis de se reconnecter, et de veiller régulièrement à sa progression, mais également de guetter celle des autres. Le sentiment d'appartenance est aussi renforcé grâce à Neopolis, dans le sens où vous pourrez acheter des lieux qui vous paraissaient inaccessibles dans la vie réelle ou bien des bâtiments qui vous tiennent à cœur. Voilà une bonne raison de profiter du déconfinement.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
3
4
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

La
Opera Mini, une mise à jour majeure pour un grand coup de neuf
Mozilla Firefox 77 est disponible au téléchargement : quelles nouveautés ?
La Ninebot KickScooter Air T15 est mise en vente via Kickstarter
ZOOM dévoile ses résultats trimestriels : la plateforme a progressé de 169% en un an
La Poste déploie l'Identité Numérique, un service pour se connecter à 700 services avec un identifiant unique
Emirates, qui va licencier des salariés, ne voit pas un retour à la normale avant 4 ans dans l'aérien
Bientôt une route qui recharge votre véhicule ? C'est ce que veut mettre en place une start-up israélienne
La Maison-Blanche s'en prend aux pays qui taxent les géants numériques américains
Haut de page