Google Street View : pourquoi les voitures quand on a des moutons ?

13 juillet 2016 à 18h15
0
Aux Iles Féroé, Google n'a jamais envoyé de voitures pour cartographier le paysage. Qu'à cela ne tienne, une jeune femme a décidé de confier cette tâche à... des moutons.

Dans cet archipel situé au nord du Royaume-Uni, ces ovins sont deux fois plus nombreux que les habitants et passent leurs journées à gambader librement. Alors, pourquoi ne pas leur confier des caméras pour qu'ils fassent, pour Google, le travail méticuleux de cartographie ? C'est en tous cas l'idée de Durita Dahl Andreassen, qui désire visiblement ardemment bénéficier du service Street View du géant du Net.



Après avoir lancé une pétition intitulée « Nous voulons Google Street View », elle a décidé de prendre le mouton par les cornes et de réaliser elle-même, à l'aide de cinq de ces braves bêtes, les prises de vue dont a besoin Google.

Las, et malgré les efforts déployés par la jeune femme et ses animaux, la firme de Mountain View n'a, pour l'heure, pas répondu favorablement à cette requête. En revanche, cette histoire nous rappelle forcément cette chèvre équipée d'une caméra sportive et qui devint la première Goat Pro.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La capitalisation boursière d'Apple dépasse celle de toutes les entreprises du CAC40 réunies
Donald Trump sanctionné par Twitter et Facebook, pour une vidéo qualifiée de
AMD : fleuron de la future cuvée Zen 3, le Ryzen 9 4950X pourrait monter à 4,8 GHz
Découvrez la 2CV R-Fit 100% électrique, conçue en rétrofit
Une usine de production de cellule de batteries pour véhicules électriques bientôt en France ?
Projet ATTOL : Airbus fait rouler, décoller et atterrir un avion commercial de façon autonome
La version chinoise de la Tesla Model 3 remporte le prix de la qualité de fabrication
Elon Musk envisage la construction d'un Cybertruck plus petit pour l'Europe
Xiaomi Mi 10 Ultra : une édition anniversaire qui veut
Clean Network, le projet des États-Unis pour préparer leur avenir technologique sans les Chinois
scroll top