En Russie, certaines salles de cinéma projettent désormais des films... piratés !

08 mai 2022 à 11h05
 © Shutterstock
© Shutterstock

Consécutivement aux sanctions prises contre la Fédération de Russie dans le cadre de la guerre perdurant en Ukraine, les cinémas russes n'ont officiellement plus accès aux dernières productions des cinémas hollywoodiens.

En pratique, plusieurs salles ne se cachent pas de diffuser des copies piratées de films tels que The Batman , en dépit de la condamnation de tels actes par l'Association russe des propriétaires de cinéma.

Les amateurs de cinéma visionnent des films piratés en Russie

Pratique pourtant illégale si l'on en croit la législation russe en vigueur, la diffusion de copies de films piratés au sein de cinémas russes est une réalité depuis plus d'un mois désormais. En effet, selon TorrentFreak, plusieurs photos trouvées sur des réseaux sociaux tels que Telegram et VKontakte véhiculent des images présentant des salles de cinéma proposant des séances payantes pour visionner le dernier blockbuster de Warner Bros, The Batman. Pour ce dernier film, des cinémas de Iekaterinbourg ou encore de Moscou proposent des séances quotidiennes au prix de 500 roubles, soit 7 dollars, avec doublage russe s'il vous plait.

Le cinéma Grinvitch de Iekaterinbourg met à l'honneur The Batman ce 8 mai 2022. © DR
Le cinéma Grinvitch de Iekaterinbourg met à l'honneur The Batman ce 8 mai 2022. © DR

D'autres productions telles que Don't Look Up, de Netflix, ou encore Alerte Rouge, des studios Pixar, connaissent un sort similaire et sont disponibles en Russie malgré l'embargo opéré sur le pays voilà deux mois maintenant. Un comportement pirate que condamne l'Association russe des propriétaires de cinéma, qui prétend représenter près de 700 cinémas et 2600 salles de projection dans toute la Fédération de Russie : « La démonstration publique illégale de copies piratées, ou plutôt volées, de films dans les cinémas fait sortir le cinéma russe de l'arène légale et nous ramène aux jours sombres du commerce illégal des années 1990 ».

L'inquiétude au sujet de l'avenir du cinéma russe

Ces diffusions illégales semblent autant s'opérer dans des cinémas professionnels que des salles clandestines. Le cinéma Grinvitch de Iekaterinbourg paraît pourtant soucieux de se justifier en proposant un contenu « compilé et publié par les organisateurs d'un évènement privé » et non pas des séances ouvertes à tous pour visionner le film réalisé par Matt Reeves.

Or, en plus de ces diffusions illégales à travers le pays, l'Association russe des propriétaires de cinéma s'inquiète de l'avenir du septième art en Russie. Annonçant des prévisions de pertes de 80 % de chiffre d'affaires pour l'exercice 2022 des cinémas russes, elle attire également l'attention sur les productions nationales :

« Malheureusement, la quantité et la qualité des films russes diffusés au public ne répondent pas à la pleine demande des cinémas en matière de contenu. De plus, la sortie de certains films russes, pour des raisons qui nous sont inconnues, a été reportée à de prochaines dates ou complètement annulée malgré le fait que ces films aient reçu un soutien de l'État à la production. »

Pas sûr que les menaces de potentielles sanctions pénales ne fassent reculer des professionnels aux abois.

Source : TorrentFreak

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page

Sur le même sujet