Critique Alerte Rouge : quand Pixar fait sa crise d'adolescence, on en redemande !

11 mars 2022 à 12h30
17
Alerte Rouge © © Disney - Pixar
© Disney - Pixar

On n'arrête plus Pixar, qui enchaîne les projets depuis quelques mois et présente pas moins de deux long-métrages cette année : Buzz l'éclair en juin prochain et Alerte Rouge, désormais disponible, uniquement en streaming sur Disney+ .

Alerte Rouge
  • Vous êtes un inconditionnel des studios Pixar
  • Vous aimez les comédies enlevées
  • Vous êtes nostalgiques de votre adolescence
  • L'animation ne vous intéresse pas plus que ça
  • Worlds Appart, NSYNC, vous avez donné plus jeune
  • Vous avez des ados à la maison...

Accompagnez la lecture de cet article avec la musique du film :

Fiche technique Alerte Rouge

Informations

Titre original
Turning Red
Date de sortie
11 mars 2022
Durée du film
1H40
Réalisateur
Domee Shi
Société(s) de production
Walt Disney Pictures et Pixar Animation Studios
Genre cinématographique
Animation
Plateforme de streaming
Disney+
Classification
Tous publics

Smells like Teen Spirit

Mei Lee est une jeune fille de 13 ans. Elle a un super groupe d'amies, des très bonnes notes à l'école et fait la fierté de ses parents. Pourtant un beau matin, Mei se réveille dans la peau d'un immense panda roux. Elle va devoir désormais se contrôler pour éviter de se transformer à la moindre émotion forte.

Il y a quelques années, on a pu critiquer Pixar, à raison, quant au nombre de suites à ses plus grands succès, réalisées en très peu de temps. Il faut croire que le studio d'Emmeryville a bien compris le message puisqu'en deux ans il a sorti En Avant, Soul, qui est reparti avec l'Oscar du meilleur film d'animation, Luca et Alerte Rouge, qui nous intéresse aujourd'hui.

Pour ce dernier-né, Pixar a confié les rênes du projet à Domee Shi, une jeune réalisatrice qui a déjà signé le somptueux court-métrage Bao, diffusé juste avant Les Indestructibles 2, lors de sa sortie en 2018. Elle signe également l'écriture du script qui se révèle rapidement très personnel. De fait, comme la jeune Mei Lee, Domee Shi est une canadienne d'origine chinoise, qui a grandi à Toronto.

Alerte Rouge © © Disney - Pixar
© Disney - Pixar

Mais en abordant le thème de l'adolescence, la réalisatrice n'a pas fait que s'inspirer de sa propre vie, elle a aussi et surtout donné un sérieux coup de pied aux fesses du studio, qui ne s'était pas révélé aussi turbulent depuis de nombreuses années.

« Ton corps change, ce n'est pas sale »

À l'image de Mei, adolescente vive et exubérante, le film adopte un rythme effréné, afin de suivre au plus près les actions et les émotions de son personnage principal. Là où Pixar nous avait habitué à une mise en scène plus posée, plus sage, ici chaque scène et chaque plan peut être l'occasion de brusques mouvements de caméra ou d'un montage ultra-nerveux.

Pourtant Alerte Rouge ressemble sans aucun doute à un Pixar, et on retrouve bien la signature du studio dans les traits des personnages, les décors et la photographie. On le remarque peut-être moins qu'à l'ordinaire, tellement le film fonce à 1 000 à l'heure pour tenir une heure et demi sans bouts de gras, mais les textures ou les effets de lumières restent ce qu'il se fait de mieux dans le monde de l'animation en images de synthèse, et sont un ravissement de chaque instant pour la rétine.

Ne pas pouvoir en profiter sur un grand écran de cinéma est d'ailleurs presque un crève-cœur tant, comme c'était déjà le cas pour Soul, les équipes artistiques ont mis du cœur à l'ouvrage pour nous proposer un spectacle visuel de premier choix.

Alerte Rouge © © Disney - Pixar
© Disney - Pixar

Audacieux, nous le disions, Pixar se permet d'utiliser de nombreux codes de la japanimation et du cinéma asiatique, appliqués de manière plutôt subtile et convaincante à l'ensemble du film. Quel plaisir de voir que le studio ne se repose plus seulement sur ses glorieux lauriers et regarde enfin ce qu'il se passe autour de lui, notamment du côté d'un Spider-Man : Into the Spider-Verse, pour exhausser sa manière de faire de l'animation.

Panda aux hormones

Si visuellement, Alerte Rouge est clairement au dessus de la mêlée, il est aussi soutenu par un scénario en béton armé, d'une intelligence redoutable dans l'écriture de ses différents personnages. On s'attache immédiatement à Mei et sa bande de copines et tous les autres protagonistes du récit existent, même quand ils n'apparaissent que quelques minutes à l'écran.

Cerise sur le gâteau on n'avait pas autant ri devant un film Pixar depuis bien longtemps : Alerte Rouge enchaine les gags, les bons mots et les ruptures de ton avec un sens du tempo comique imparable. Les transformations de Mei en panda donnent toujours lieu à des situations hilarantes, mais les réactions de la jeune fille, ses colères comme ses explosions de joie visent toujours juste et créent des situations aussi improbables qu'irrésistiblement drôles. Et comment ne pas évoquer rapidement les 4*Town, une caricature à peine exagérée des boys band du début des années 2000, dont le titre phare (composé par Billie Eilish et son frère Finneas) vous restera dans les oreilles des jours durant, vous pouvez nous croire…

Alerte Rouge © © Disney - Pixar
© Disney - Pixar

Evidemment, comme toujours avec Pixar, le film ne s'arrête pas à la seule comédie et aborde frontalement le sujet de l'adolescence. Le studio avait déjà traité la question de manière cérébrale dans Vice Versa, il change cette fois de braquet pour aborder plus frontalement le bouillonnement intérieur de Mei, à travers la figure du panda qui se matérialise à chacune de ses émotions les plus fortes.

Le récit aborde sous tous les angles la psychologie d'une jeune fille entrant dans l'âge adulte, ses premiers émois amoureux, la découverte d'un corps qui évolue mais aussi son rapport à l'autorité et à ses parents. Si Pixar a toujours eu tendance à mettre les valeurs familiales sur un piédestal, on se réjouit cette fois du regard plus nuancé et universel apporté par la réalisatrice, qui résonnera à la fois chez les adolescents en pleine crise de rébellion et chez leurs parents. On ira pas jusqu'à dire qu'Alerte Rouge pourra résoudre les conflits générationnels mais il les illustre suffisamment bien pour ouvrir des discussions.

S'il faut trouver un défaut au film, et cela nous est bien difficile, ce serait son script balisé et sans grandes surprises. On en devine très rapidement les différentes étapes de progression et si le grand final assure le spectacle, la résolution du parcours de notre héroïne est cousu de fil blanc, d'autant plus pour un spectateur ayant déjà expérimenté l'âge ingrat de l'adolescence.

Alerte Rouge © © Disney - Pixar
© Disney - Pixar

New Kids on the Block

Bien plus qu'un film mineur ou qu'une simple mise en bouche avant la sortie de Buzz l'Eclair en juin prochain, Alerte Rouge signe la fin de la grande évolution de Pixar. Avec ce nouveau film, qui mêle l'intime et le spectacle, le rire et l'émotion, le studio appartenant à Disney ne casse pas le moule dont il a sorti ses plus grandes réussites, mais laisse enfin s'exprimer de nouvelles voix, pour le meilleur.

Plus drôle et plus moderne, toujours aussi abouti visuellement, Alerte Rouge permet à Pixar de retrouver cet équilibre subtil qui lui permet à nouveau de parler aux plus jeunes comme aux adultes en multipliant les niveaux de lecture.

Plus qu'un coup de cœur, ce 25e long métrage est tout simplement un incontournable de cette année 2022.

Alerte Rouge

10

Pixar lâche la bride et se fait plaisir avec Alerte Rouge, une brillante métaphore du passage à l'âge adulte bourrée d'énergie, au tempo comique dévastateur et riche en émotions. Une merveille d'animation tout simplement, qui réussira même à vous faire aimer les boys-band.

Cette œuvre est pour vous si

  • Vous êtes un inconditionnel des studios Pixar
  • Vous aimez les comédies enlevées
  • Vous êtes nostalgiques de votre adolescence

Cette œuvre n'est pas pour vous si

  • L'animation ne vous intéresse pas plus que ça
  • Worlds Appart, NSYNC, vous avez donné plus jeune
  • Vous avez des ados à la maison...

Alerte Rouge est disponible sur Disney+ depuis le 11 mars 2022.

Disney+
  • Les classiques Disney au même endroit
  • Des séries exclusives Marvel, Pixar et Star Wars
  • Un prix très attractif

Il était très attendu et ne déçoit pas. Disney+ n'est pas un rival de Netflix mais une offre complémentaire, tournée particulièrement vers les enfants et plus largement vers la famille. L'univers Star, quant à lui, reste le parent pauvre de la plateforme et nécessitera plusieurs années de travail pour rattraper ses concurrents.

Il était très attendu et ne déçoit pas. Disney+ n'est pas un rival de Netflix mais une offre complémentaire, tournée particulièrement vers les enfants et plus largement vers la famille. L'univers Star, quant à lui, reste le parent pauvre de la plateforme et nécessitera plusieurs années de travail pour rattraper ses concurrents.

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
17
16
SPH
Ca a l’air super sympa !!
_DARKWOLF_1_1
Pas trop d’accord sur l’aspect visuel du film : j’ai plus l’impression d’un film de commande pour alimenter le service de streaming qu’une œuvre profonde, qui aurait été peaufinée sur de longues années.<br /> Ca reste joli, certes, mais dans la moyenne de nombreux films sortis récemment (« Raya » nous a plus foutu un claque visuelle).<br /> Après, mon sentiment peut être biaisé par une certaine boulimie de ce genre de médias, et l’âge <br /> Pour le reste, plutôt d’accord, c’est un bon Pixar (un poil en dessous de « Luca » et « Vice Versa »).
DocteurQui
Je vais passer pour un vieux relou, mais pour découvrir un Pixar moi c’est au cinéma ! C’est un gâchis du talent des artistes / scénaristes. Pour le second visionnage pas de soucis.<br /> Sinon comme @-DARKWOLF- je trouve que les derniers films de Pixar ont perdus en qualité de part les sorties rapprochées.<br /> Mais bon je n’ai pas encore vu celui-là, donc je vais le regarder pour me faire mon avis
Petinikola
"Alerte Rouge, désormais disponible, uniquement en streaming sur Disney+ " Ou pas…<br /> Le film est très bon mais on est sur un gros clientélisme quand même…
Blackalf
DocteurQui:<br /> Mais bon je n’ai pas encore vu celui-là, donc je vais le regarder pour me faire mon avis <br /> Perso j’avais un gros à-priori sur Soul, la bande-annonce ne m’inspirait pas du tout et en plus ça parle du jazz, qui est un genre musical que je déteste. Puis j’ai fait un effort, et au final j’ai bien aimé…comme quoi il ne faut jamais se laisser guider par un à-priori. ^^<br /> PS : en passant, le personnage « ligne animée » de Terry le comptable des âmes a peut-être été inspiré par ceci :<br />
marc6310
Il était sympa à regarder, drôle, touchant et spirituel mais ça ne vaut quand même pas 10. Je lui mettrais 7/10 personellement.<br /> Et puisque ça parle de Soul juste au dessus, je l’avais trouvé vraiment meilleur que celui ci clairement.<br /> Tout ça c’est personnel évidemment mais voilà ce que je peux en dire.
LoSanno
J’ai décroché à la moitié… Bon c’est à cause du livreur de pizza, mais ça change rien, j’aurais quand même arrêté à la moitié, c’est chouette mais pour les enfants.
Kratof_Muller
Faut être un peu préparé pour comprendre le jazz, aller un petit clin d’oeil à ceux qui comprennent Locrien bemol 4 sur seconde de dominante ou même hexatonique et gamme diminuée, système Bebop Barry Harris.<br /> Le jazz c’est la forme privilégiée de nos jours, comme l’était le baroque à son époque, pour appliquer les règles de la musique à l’improvisation et ainsi construire une musique vivante, qui s’échappe (au moins un temps…)des très rassurants couplets refrains, un langage au top des connaissances musicales.<br /> Sinon oui, Soul est un des bons Pixar comme Wall-e.
Blackalf
Mais la majorité des gens écoutent de la musique et aiment ou n’aiment pas tel ou tel genre, je ne pense pas que beaucoup de gens étalent un tel snobisme.
Adrift
C’est « Worlds Apart » pas « Words Appart » haha!
phoenix2
Je l’ai vu hier, bof, graphiquement c’est bien, humour oué, histoire pour gamins, déroulement un peu hyper actif, et je trouve le fait de pousser les enfants à s’émanciper de leur parents d’une façon brutale à coup de tète sur la tronche pas très catholique.
Furax
Pour ma part je comprends qu’il ne soit pas sorti au cinéma.<br /> Je ne me suis pas ennuyé mais on est très très loin des meilleurs Pixar, ça reste un film « marrant » mais après l’avoir vu je me dis que je n’aurais rien raté en ne le regardant pas.<br /> Trop de séquences se répètent (les yeux de « chat Potté » c’est marrant une fois, mais au bout de 10…).<br /> Bref, comme l’a écrit @-DARKWOLF-, j’ai plus l’impression d’un film de commande qu’autre chose, et si Alerte Rouge vaut un 10/10, y’a un paquet de Pixar qui méritent de monter à 14 ou 15/10, à mon humble avis.
FabriceV
Malheureusement ce film n’est pas du tout à la hauteur des précédentes réalisations de Pixar. On se rapproche plus de l’animation kilométrique des chaines TV matinales pour enfant.
SlashDot2k19
Je viens de le mater, bon c’est pas mal mais c’est pas le meilleur Pixar…<br /> Déjà les 20 premières minutes, on se fait un peu ch…<br /> Après ça va mieux mais on sourit plus que l’on rigole…<br /> Je lui mettrais 7/10.
Blackalf
Bon, je l’ai vu hier soir. Et globalement je ne peux qu’être d’accord avec beaucoup de commentaires, si je l’avais regardé sans savoir, je n’aurais jamais deviné que c’était un film Pixar, je lui aurais attribué une origine chinoise ou peut-être japonaise. ^^<br /> Parce que bon, non seulement les expressions et réactions excessives des personnages sont typiques des personnages seconds rôles-cautions comiques des mangas, mais là c’est tellement exagéré que ça en devient caricatural.<br /> Etant donné que la réalisatrice est sino-canadienne, j’ai comme l’impression que c’est peut-être bien son histoire à elle, étant petite, qu’elle a voulu raconter. <br /> A part ça, je n’avais pas non plus aimé le Pixar précédent, Luca, parce que lui aussi me paraissait donner dans une certaine forme de caricature. Il ne reste plus qu’à espérer que ce genre de film ne deviendra pas la nouvelle norme chez Pixar…
icejedi
L’humour est tellement exagéré (ainsi que les personnages) façon téléfilm Disney Chanel qu’il est très difficile de trouver des gags réellement drôles. Heureusement, la musique et les visuels sont sympas.<br /> Néanmoins, quelle est la première idée qui m’est venu après avoir vu ce film ?<br /> « Poutine avait l’idée un peu bizarre d’envahir l’Ukraine, mais heureusement des personnes responsables lui déconseillaient… … et puis il a regardé Alerte Rouge en avant-première, et ça l’a conforté dans le fait de n’en faire qu’a sa tête… »<br /> Bref, le message global part de bonnes intentions, mais est tellement maladroit qu’il encouragera facilement à ne pas écouter les adultes et à suivre plutôt des camarades de classe, sans distinction qu’il s’agisse d’aller à un concert ou de s’automutiler, se droguer, etc.
HAL1
Je l’ai vu ce week-end, et c’était une bonne surprise. Il n’est pas au niveau d’un Vice-versa ou d’un Wall-E, mais il y a de bonnes idées, des bons moments et globalement on se laisse bien entraîner dans l’univers du film.<br /> J’avais été un peu dubitatif après avoir vu la bande-annonce, mais le long-métrage s’avère au final assez différent de ce qu’elle laisse penser.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

She-Hulk : Disney+ vous donne rendez-vous en août pour cette avocate Marvel pas comme les autres
Sandman, Cyberpunk, Umbrella Academy... Netflix annonce sa Geeked Week à grand renfort de trailers
Chez Netflix, si vous n’aimez pas le contenu, vous pouvez démissionner
The Boys, saison 3 : en juin, ça va cogner sur Prime Video
For All Mankind : direction Mars dans le premier trailer de la saison 3
Netflix n'en a pas terminé avec Black Mirror
Prenant le contrepied de Netflix, Apple TV+ s'apprête à dégainer un nouveau film d'animation
Festival de Cannes : TikTok s'invite sur la croisette
Pour Dune Part. II, Denis Villeneuve a trouvé son empereur Padishah
Netflix dévoile un premier aperçu de sa prochaine série Resident Evil avant sa sortie estivale
Haut de page