Et si Twitter permettait d'anticiper les inondations plus efficacement que les marégraphes ?

12 février 2020 à 11h47
0
Inondation
© Pixabay

D'après une étude publiée dans la revue Nature Communications, il faut s'attendre à ce que, dans certaines régions, les inondations côtières se fassent de plus en plus fréquentes. Les scientifiques se tournent cependant vers un outil inattendu pour mieux anticiper ce phénomène : Twitter.

En analysant les tweets postés par les habitants de régions littorales, les chercheurs espèrent pouvoir réagir plus efficacement qu'avec les marégraphes actuels.


Des inondations difficiles à prévoir

L'étude, montrant une augmentation de la fréquence des inondations, s'est concentrée sur le niveaux des eaux relevés le long de la côte est des Etats-Unis et du golfe du Mexique. Les données recueillies ont mis au jour le fait que dans 22 comtés américains (incluant notamment Miami, New-York et Boston), il était possible d'être inondé, même lorsque le niveau de l'eau était inférieur à ce que les mesures officielles considèrent comme une inondation. Dans son rapport, Frances C. Moore, de l'université de Californie, explique que « nos analyses indiquent que de grandes populations pourraient être exposées à des inondations non identifiées avec les mesures officielles ».

L'équipe de chercheurs précise : « L'étendue des inondations peut être très variable dans une petite zone géographique, en fonction de la topographie locale ». CNBC explique ainsi qu'il est d'autant plus difficile de prédire les inondations avec précision sur les 3 700 miles (près de 6 000 kilomètres) de la côte est, qui ne compte que 132 stations marégraphiques.

5 millions de tweets pour redéfinir les standards

Les chercheurs se sont donc tournés vers Twitter, et ont analysé 5 millions de tweets postés entre mars 2014 et novembre 2016. Le point commun de tous ces tweets est de mentionner des termes relatifs aux inondations dans une région proche du littoral. Les chercheurs ont ainsi constaté que les phénomènes observés par les résidents à l'échelle locale se produisaient à une hauteur différente de celle retenue par les standards officiels.

Dans une interview à The Verge, Frances Moore a ainsi déclaré : « Ce que nous obtenons, c'est une capacité à déterminer quelque chose sur de vastes ensembles géographiques, tout en conservant une sorte de "réalisme local", dans le sens où nous regroupons des informations issues de zones localisées ». Elle ajoute : « Il y a certainement des cas où le ressenti local est très différent de ce que montrent les indicateurs de crue ».

La chercheuse souligne cependant que « tout le monde n'est pas sur Twitter », rappelant que l'étude présente quelques limites. L'outil pourrait tout de même avoir un réel intérêt face à des inondations qui sont plus fréquentes, mais également moins mortelles. Ces montées des eaux étant plus gênantes que dangereuses, elles ne sont pas systématiquement enregistrées.

Ce n'est pas la première fois que les réseaux sociaux intéressent les scientifiques dans la surveillance de phénomènes naturels. En 2016, un rapport mettait en avant l'intérêt de Twitter face aux dommages causés par des tremblements de terre. À terme, les données issues de ce réseau social pourraient redéfinir les niveaux d'alertes de crues dans certaines régions et aider à anticiper les montées des eaux.

Source : CNBC et The Verge
Modifié le 12/02/2020 à 11h48
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La justice allemande demande à Tesla de mettre en pause la construction de sa Gigafactory
Une taxe sur chaque connexion aux réseaux sociaux, pour remplacer la redevance TV ?
Des températures supérieures à 20 °C enregistrées pour la première fois en Antarctique
Volkswagen et E.ON dévoilent un projet de stations de charge rapide pour véhicules électriques
Citroën devrait dévoiler une voiture électrique particulièrement abordable le 27 février
Airbus : les USA augmentent nettement les taxes douanières sur les avions européens
Il y a maintenant 300 satellites Starlink au-dessus de nos têtes
Bugatti dévoile un concept d'hypercar dément, conçu par un étudiant en design
Le processeur AMD Threadripper 3990X peut faire tourner Crysis… Sans carte graphique

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top