L'AFP attaque X (Twitter) en justice. Pourquoi à votre avis ?

Samir Rahmoune
Publié le 03 août 2023 à 19h45
© Koshiro K / Shutterstock
© Koshiro K / Shutterstock

L'AFP vient d'annoncer dans un communiqué de presse le lancement d'une action en justice contre Twitter, devenu X.

X (Twitter) a de nombreuses idées pour tenter d'accroître ses revenus, comme proposer la vente d'articles à la pièce. Mais pour cela, il faudrait déjà améliorer les relations avec les spécialistes du domaine. Et au vu de la plainte de l'AFP, ce n'est pas gagné.

X (Twitter) regimbe

Les relations entre les médias et X (Twitter) n'ont jamais été au beau fixe depuis la reprise du réseau par Elon Musk, comme l'illustre parfaitement la réponse automatique sous forme d'emoji caca qui a remplacé le service relation presse. Alors, autant dire que la nouvelle plainte déposée par l'Agence France Press (AFP) ne devrait pas améliorer l'atmosphère.

L'AFP vient en effet d'annoncer dans un communiqué avoir saisi le « Tribunal Judiciaire de Paris en référé, afin qu'il soit enjoint à Twitter de lui communiquer, conformément à la loi, l'ensemble des éléments nécessaires à l'évaluation de la rémunération qui lui est due au titre du droit voisin. »

© Reuters
© Reuters

Les droits voisins en question

Car d'après une législation passée en France en 2019 portant sur les « droits voisins », les grands réseaux sociaux ont obligation d'entamer des discussions avec les médias qui les auraient sollicités en vue d'obtenir une rémunération en contrepartie de la diffusion de leur contenu sur ladite plateforme. Une obligation à laquelle, si l'on en croit l'AFP, X ne veut absolument pas se soumettre. Pour une raison exprimée par Elon Musk, directement sur sa plateforme.

« C'est bizarre. Ils veulent que nous les payions pour le trafic vers leur site où ils pourront générer des revenus publicitaires, et nous non ? », s'est-il ainsi exclamé sur son compte. Un précédent existe déjà en la matière, puisque Google avait dû subir une amende de 500 millions d'euros en 2021 pour n'avoir pas suivi correctement la procédure, avant de finalement trouver un accord avec plus grandes maisons.

Sources : AFP, Reuters

Par Samir Rahmoune

Journaliste tech, spécialisé dans l'impact des hautes technologies sur les relations internationales. Je suis passionné par toutes les nouveautés dans le domaine (Blockchain, IA, quantique...), les questions énergétiques, et l'astronomie. Souvent un pied en Asie, et toujours prêt à enfiler les gants.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !

A découvrir en vidéo

Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (10)
ChezDebarras

excellent ! Ils vont porter plainte contre X !

Yasakar

Il tente sa chance le musk. En etant copain avec macron, il va peut etre obtenir gain de cause par la nullité des actions contre X

philumax

Avec Mc Kinsey en appui…

jkgolconde

Et qui va porter plainte contre le XXX du X ??? Mouahahahaha…

v1rus_2_2

Au Canada, ils veulent passé ce genre de loi (avec une clause caché qui indique clairement que le gouvernement peut censurer tous ce qu’ils veulent) et même si souvent je traite Musk d’idiot, là je ne peux qu’être d’accord avec lui. C’est juste un non-sens.

Ça m’étonnerait pas

kroman

X va résoudre le problème en une ligne sur sa plateforme:
url = url.replace(/.//(www.)(afp|afponline|afpglobal)..*/, « 💩 »);

TotO

Logique ou pas, c’est le respect de la procédure qui compte. L’AFP est dans son droit.

v1rus_2_2

Comme Musk pourrait les bannir, il serait dans son droit

Bombing_Basta

Alors déjà ne mélange pas les lois et les pays.

Ici il est question de l’utilisation de contenus tiers pour le bénéfice d’un site qui ne les a pas produits et qui en plus de ne pas les avoir financés, en tire profit au détriment du producteur dudit contenu, comme le faisait Google avec son agrégateur de NEWS tierces.

Bref, rien à voir avec une loi sur la censure, et non melon n’a pas raison, tu crois qu’il dirait quoi si un constructeur de voiture utilisait son « FSD » sans lui payer sa dîme ?

Kergariou

Vous n’en avez pas marre, Clubic ?