🔴 Soldes : jusqu'à - 70% sur le high-tech 🔴 Soldes d'hiver : jusqu'à - 70% sur le high-tech

Nouveau procès pour Meta, accusée d'aggraver la guerre civile en Éthiopie

15 décembre 2022 à 13h45
6
Mark Zuckerberg © Frederic Legrand - COMEO / Shutterstock.com
© Frederic Legrand - COMEO/Shutterstock.com

L'algorithme et la modération déficiente de Meta en Éthiopie sont accusés d'être responsables d'exacerber les tensions dans un pays en proie à la guerre civile et aux atrocités.

Déjà cité par Amnesty International pour des faits similaires au Myanmar, Meta pourrait retrouver le banc des accusés pour des faits autrement plus graves que la collecte illégale de données. Le fils d'un homme assassiné à la suite d'une campagne de calomnie sur Facebook a en effet porté plainte contre le réseau social, et ce procès pourrait bien s'étendre au-delà de ce seul drame.

De quoi Facebook est-il accusé ?

En 2020, plusieurs bases militaires sont la cible d'attaques au Tigré, région du nord du pays. Des attaques auxquelles le gouvernement éthiopien réagit rapidement et avec brutalité, en envoyant immédiatement des troupes dans le secteur. En avril dernier, un rapport publié par Amnesty International soulignait un système de crimes de guerre et contre l'humanité, et un génocide dans la région à l'encontre de l'ethnie des Tigréens, par ailleurs malmenés dans tout le reste du pays. Au pont qu'aujourd'hui, les affrontements mais surtout les lynchages et les assassinats à l'encontre de cette minorité ont largement dépassé les frontières de la région.

Dans son rapport, Amnesty International pointe très clairement du doigt la responsabilité de Facebook dans le déclenchement et l'aggravation de ce conflit meurtrier. La modération quasiment inexistante dans le pays n'y a en effet pas empêché de violents discours de haine d'être puissamment diffusés depuis longtemps. Au point d'être comparé par certains à la tristement célèbre radio des mille collines qui avait, pendant des mois avant son déclenchement, appelé au génocide des Tutsis au Rwanda en 1994.

Incroyable mais vrai : ce n'est même pas le premier procès contre Meta pour complicité de génocide

Devant l'inaction du réseau social et le manque de relais internationaux, Abrham Amare, un tigréen accompagné par un activiste d'Amnesty International a décidé de porter plainte. Fin 2021, son père, un professeur dans une université du pays, est abattu en pleine rue après qu'une puissante campagne de calomnie l'a ciblé sur Facebook, l'accusant de voler du matériel de l'établissement et de le vendre pour son compte. Les nombreuses relances que sa famille et lui-même ont envoyées à Facebook pour faire supprimer ces contenus sont restées longtemps lettre morte avant que, huit jours après sa mort, l'une des publications soit supprimée par la plateforme. Abrham a ainsi déclaré : « Je tiens Facebook personnellement responsable de la mort de mon père ».

Ces accusations rejoignent celles qu'Amnesty International porte déjà contre l'entreprise de Mark Zuckerberg au Myanmar, ou l'absence de modération a permis à la haine anti-Rohingyas de se propager jusqu'à causer leur génocide. Pour l'ONG, le modèle économique de Facebook, qui consiste à mettre plus en avant les contenus clivants et sensibles, déjà contestable dans des sociétés en paix, est irresponsable, dangereux, et même coupable dans des régions qui connaissent des tensions et des conflits ethniques. Et le manque presque total d'équipes de modérations dans ces parties du globe ne fait qu'empirer la situation à un niveau dramatique.

Sources : Wired, Le Monde

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
6
7
Titan
Il va réguler tout çà, depuis le temps, çà devrait être fait
arbor111
Facebook a grandi trop vite, avec un algorithme qui consiste à faire remonter ce qu’il a de pire, afin de faire le buzz et vendre plus de pub. Résultat, seuls les vieux grincheux y restent. Les jeunes et les moins jeunes vont sur des RS moins destinés aux réactionnaires. Avec sa politique de faux-jeton, Facebook s’est caricaturé lui-même. Facebook, c’est le passé.
gemini7
Citation de l’article : « Dans son rapport, Amnesty International pointe très clairement du doigt la responsabilité de Facebook dans le déclenchement et l’aggravation de ce conflit meurtrier. La modération quasiment inexistante dans le pays n’y a en effet pas empêché de violents discours de haine d’être puissamment diffusés depuis longtemps. Au point d’être comparé par certains à la tristement célèbre radio des mille collines qui avait, pendant des mois avant son déclenchement, appelé au génocide des Tutsis au Rwanda en 1994. »<br /> Attendez, je réfléchis… Alors, radio mille collines et ‹ Zuckerberg › qui signifie « montagne de sucre en allemand », ça pourrait donner, en tapant sur les coins, "Mille collines de sucre, c’est pour attirer les Tutsis ou encore les Tigrées à se faire massacrer, mais en plus, ils accusent des personnes, qui, se font assassiner, parce que ce gars, le Zuck, ne demande pas aux modo de faire leur job.<br /> Franchement, si ça m’arrivait, je porterais aussi plainte contre Meta.
phil995511
Vivement qu’il fasse faillite !!
norwy
Combien de crimes et délit ont été initiés ou permis à cause de Facebook ?
Belgarath
Je pense à cause des zérozoziaux en général.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

Lara Croft bientôt de retour dans une série Tomb Raider !
Samsung dévoile le premier écran plat Mini-LED pour joueurs, et il ne fait pas les choses à moitié
Profitez dès maintenant de ce kit RAM Corsair à son prix le plus pendant les soldes d'hiver !
Epic fail : un voleur se prend en selfie avec un iPhone fraîchement dérobé… et se fait arrêter
Vous avez vu ? L'app Google se fait une beauté sur Android !
Surveillance : comment ces vêtements peuvent vous invisibiliser aux yeux de la reconnaissance faciale
Faites vos valises ! Des hôtels e-sport en Chine s'équipent en GeForce RTX 4090
Sous la pression d’avocats humains, l'intelligence artificielle ne pourra finalement pas plaider
Xavier Niel : pourquoi le fondateur de Free veut investir dans Brut
Comprendre les avantages d'un VPN : voici un guide pour les débutants
Haut de page