Arcep : Eric Besson calme le jeu sur le commissaire du gouvernement

le 14 janvier 2011 à 09h16
0
Confirmation. L'amendement 29 instaurant un commissaire du gouvernement auprès de l' Arcep a été adopté dans la nuit. L'Assemblée nationale a voté le texte par 6 voix contre 5. Dans la foulée, le ministre Eric Besson, chargé de l'Industrie, de l'Energie et de l'Economie Numérique a rappelé que le rôle de ce commissaire ne nuira pas à l'indépendance du régulateur.

00A0000003592180-photo-eric-besson.jpg
Le ministre tente de jouer l'apaisement face aux critiques visant à comparer la nomination d'un membre directement relié au gouvernement au sein de l'Arcep à un « œil de Moscou ». Ce dernier ne devrait certes pas participer aux délibérations de l'Arcep mais il peut faire inscrire à l'ordre du jour de la commission toute question intéressant les communications électroniques. Le régulateur explique même que ce dernier pourrait même avoir accès aux documents internes de l'Arcep...

Dans un communiqué, Eric Besson rappelle donc que : « La loi rend ainsi indispensable un dialogue étroit entre le Gouvernement et l'Arcep. La fonction d'un Commissaire au Gouvernement est de renforcer ce dialogue en présentant le point de vue du Gouvernement sur les dossiers concernant l'exercice du pouvoir réglementaire de l'Arcep, sans voix délibérative ».

Le ministère insiste : « La présence d'un Commissaire du Gouvernement, chargé de présenter le point de vue du Gouvernement, ne constitue en aucun cas une remise en cause de l'indépendance de l'Autorité. La plupart des grandes autorités administratives indépendantes dotées d'un pouvoir réglementaire dans la sphère économique disposent d'un Commissaire du Gouvernement, sans que leur indépendance ne soit contestée. Parler de conflit d'intérêt est un contresens ».

Du côté du régulateur, la position était plus critique face à cette initiative. Jean-Ludovic Silicani a déjà expliqué : « Je ne crois pas que le dialogue, l'échange, l'écoute soient contradictoires avec l'indépendance ». Cette « intrusion » du pouvoir politique dans le régulateur des Télecoms est donc mal perçue. Elle suit pourtant la tendance proposée par Eric Besson d'élaborer plusieurs couches de structures de consultation et de décision.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Mots-clés : Internet Loi internet
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités

BMW va lancer sa trottinette électrique E-Scooter à l'automne 2019
Huawei en discussion avec Aptoide pour remplacer le Google Play Store
Fujifilm dévoile le GFX 100, un appareil photo embarquant un capteur de 102 Mpx
Apple développe un système de tracking publicitaire respectueux de la vie privée
DJI va équiper ses drones de capteurs d'avions et d'hélicoptères dès l'an prochain
L'entreprise Ivalua : nouvelle licorne française... ou pas ?
Une version mobile de League of Legends en développement chez Tencent
S'il était banni de Chine, Apple pourrait perdre 30% de ses revenus
Suite aux protestations meurtrières, l’Indonésie ralentit Facebook, Whatsapp et Instagram
Ouya : la console stoppée pour de bon le 25 juin
scroll top