Insolite : Les enfants sont trop rapides pour le vote électronique

07 juin 2010 à 17h15
0
Chaque année, le Parlement organise la journée des enfants. Un rendez-vous pendant lequel 577 élèves de CM2, élus par leurs camarades, votent sur des projets portant sur les sujets de leur choix. Pourtant cette année, le système électronique de vote de l'Assemblée est tombé car les résultats obtenus étaient faux. Mauvaise note pour l'Assemblée nationale ?
00A0000002416648-photo-fr-d-ric-mitterrand-assembl-e.jpg

« On me signale que l'incident persiste. Vous allez donc être les premiers, depuis que l'on organise le Parlement des enfants, à recourir au vote à main levée, procédé qui a longtemps prévalu avant le règne de l'électronique » voilà les mots de Bernard Accoyer, président de l'Assemblée nationale. Même les « électroniciens » de la chambre basse n'ont rien pu y faire... Il faut donc croire que les enfants ont voté trop vite (dixit le président de l'Assemblée).

La situation peut prêter à rire mais un blog du Monde s'inquiète du peu de fiabilité du système de vote de nos députés. Il confie que déjà en 2007, « le service juridique du Sénat confirmait les nombreux rapports officiels concluant à la faillibilité de ces systèmes. » Il explique même que le modèle des machines Nedap ne respectait pas plusieurs des exigences requises par le règlement technique du ministère de l'Intérieur...

En attendant, une vidéo montre comment les enfants se sont chargés d'appliquer la démocratie à doigt levé. Comme à l'école...
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

WWDC 10 : la keynote Apple en direct de San Francisco
Udemy veut devenir le Blogger de l'apprentissage
Pascal Mercier :
Windows 7 et Windows Server 2008 R2 : Les SP1 en bêta dès juillet
HTC rachète l'éditeur Abaxia
Bing Maps ouvre son interface de programmation
Le HTC Hero enfin mis à jour sous Android 2.1
Foxconn : une augmentation pour les employés
ARM, Freescale, IBM, Samsung, TI et Cie s'accordent sur Linux
Vie privée : l'Australie enquête sur Google
Haut de page