Live Japon : applis papa-poule et ados "smartphonisés"

21 février 2015 à 14h37
0
D'aucuns ont peut-être lu l'essai de la sociologue française Muriel Jolivet intitulé Homo-japonicus, livre d'où l'image de la gent masculine japonaise ne sort pas grandie. Depuis cet ouvrage qui remonte à 2000 et décrit des pères japonais surtout absents car harassés de boulot, si l'éducation des enfants par les hommes n'est toujours pas devenue la pratique la plus communément répandue au Japon, il existe au moins des outils pour que les choses évoluent : des applications de smartphones pour papas-poules, un nouveau business qui accompagne la promotion tous azimuts (sans vraiment beaucoup de succès) des ikumen (littéralement homme de l'éducation).
Voici un petit florilège :

0226000007915723-photo-live-japon-21-02-2015.jpg


1- 30 missions éducatives pour les hommes
De la période de grossesse à l'âge d'un an, ce programme divisé en trois parties explique les différents problèmes rencontrés avant et immédiatement après que l'on est devenu papa, ainsi que les moyens de les solutionner. Autant dire que cette appli commence par les notions fondamentales à retenir pour ne pas prendre d'emblée le mauvais pli : on y explique en premier lieu que « la grossesse n'est pas une maladie », que les femmes enceintes ne doivent pas porter d'objets lourds, etc. Le seul commentaire qu'a cependant recueilli cette appli en version iPad est tsumaranai = ennuyeux. Comme quoi, il y a encore du boulot.


0226000007915725-photo-live-japon-21-02-2015.jpg


2- Carnet de soutien pour l'éducation des enfants par les hommes
Cette appli contrairement à la précédente n'abandonne pas les pères dès que leur enfant a un an, mais prolonge l'accompagnement jusqu'à 6 ans en donnant aussi des informations sur les différentes démarches administratives à effectuer.

En fait, en cherchant bien, tout ceci se trouve aussi dans les livres et magazines depuis belle lurette, mais vu que l'objet qu'utilisent aujourd'hui le plus les hommes est le smartphone, l'adaptation sur cet appareil est assez pertinente en soi, surtout que les deux applis susmentionnées sont gratuites.


0226000007915727-photo-live-japon-21-02-2015.jpg


3- Faire cesser les pleurs de bébé est une appli du groupe d'éducation Benessee, le géant nippon de l'éducation des enfants (qui est aussi le propriétaire du groupe d'enseignement de langue Berlitz). Il s'agit là d'un programme sonore pour calmer les petits qui parviennent généralement assez facilement à mettre à bout la patience des pères.


0226000007915729-photo-live-japon-21-02-2015.jpg

Papa log est quant à lui une sorte de réseau social pour papas qui peuvent y tenir leur journal avec photos et commentaires que s'empressent d'enrichir des congénères. Entre hommes, il est souvent plus facile de se faire des confidences que de révéler ses lacunes devant les femmes.

0226000007915731-photo-live-japon-21-02-2015.jpg


L'éducation par les pères en ligne est enfin un site généraliste sur l'éducation des enfants par les pères, avec notamment des témoignages encourageants de célébrités sur leur propre expérience.


A vrai dire, si ces applis sont clairement présentées comme étant destinées aux papas, les mères y trouveraient aussi beaucoup matière à les aider face aux nombreuses questions et angoisses qu'entraîne l'éducation des enfants qui n'est ni l'affaire exclusive des femmes ni celles des seuls hommes.


Si les parents utilisent de plus en plus le smartphone comme outil les aidant dans l'éducation des enfants, ils s'inquiètent aussi de plus en plus de l'usage que les enfants font dudit smartphone, car il peut effectivement atteindre des proportions phénoménales.

0226000007915733-photo-live-japon-21-02-2015.jpg



Selon une récente étude menée par la société privée japonaise Digital Arts sur un échantillon de 600 mineurs d'école primaire, de collège ou de lycée, les filles japonaises, quand elle atteignent 15 à 18 ans, passent quasiment un tiers de leur existence les yeux rivés sur leur smartphone. Ce sont de loin les plus accros à leur sacro-saint smartphone puisqu'elles lui consacrent 7 heures quotidiennes en moyenne, contre 4,1 heures pour les garçons du même âge et moins de deux heures pour les écoliers et collégiens.

Les lycéennes, dont le taux de possession d'un smartphone dépasse 98% (contre une moyenne de 65% pour les 10-18 ans des deux sexes), sont surtout accaparées par l'application de messagerie instantanée Line qui permet de dialoguer en temps réel et de façon ludique avec leurs copines. Cette appli fait un malheur au Japon : les parents de tout petits enfants qui vont ensemble à la crèche communiquent aussi entre eux avec Line, de sorte que l'environnement est propice à ce que les enfants connaissent Line très rapidement. Les jeux arrivent aussi en bonne place dans le temps passé avec le smartphone, de même que le visionnage de vidéos. Tout cela est somme toute très banal, mais le pire est que 7 heures n'est qu'une moyenne : certaines disent qu'elles ne lâchent pas leur smartphone 15 heures par jour.

0226000007915735-photo-live-japon-21-02-2015.jpg


Cette enquête corrobore d'autres données qui conduisent des médecins à mettre en garde contre les risques d'addiction et autres troubles comportementaux. L'an passé, une vaste étude du ministère japonais de l'Education a montré que plus les élèves passaient de temps avec leur mobile, moins ils réussissaient en classe. Il y aurait déjà au Japon 5 millions d'individus dépendants d'Internet au sens médical du terme, c'est-à-dire présentant de réels troubles de manque lorsqu'ils sont privés d'accès. Et 10% de ces internautes maladifs sont des collégiens et lycéens, à cause de leur smartphone. Avec les générations adolescentes actuelles, il est à craindre une augmentation importante que rien ne semble pouvoir pour le moment permettre d'éviter. Les Japonais se consolent en regardant des études sud-coréennes qui tendent à dire que c'est pire chez les voisins.

Par ailleurs, la même société Digital Arts a questionné près de 600 parents d'enfants de 0 à 9 ans, sachant que les adultes se font du mouron de l'usage que font les petits des mobiles, mais se sentes démunis pour les contrôler.
Les deux tiers estiment que toutes les dispositions ne sont pas prises pour que les enfants ne soient pas piégés à cause de mauvaises rencontres sur internet (des faits divers sordides récents font effectivement frémir). Ils aimeraient entre autres que les fournisseurs de smartphones en restreignent l'usage pour les jeunes utilisateurs et que soient mieux encadrés les sites avec un âge minimum d'accès automatiquement reconnu par un système de filtrage.

0226000007915737-photo-live-japon-21-02-2015.jpg


De tels moyens sont en fait déjà mis en oeuvre par les différents opérateurs mais leur emploi est ignoré de certains parents et les barrières jugées trop ou pas assez sélectives. Quelque 70% des adultes interrogés demandent en outre à ce que les établissements scolaires enseignent aux élèves le bon usage du mobile et les dangers allant de pair, en plus de l'éducation qu'ils peuvent eux-mêmes apporter à leurs enfants (59%) ou des dispositions attendues du gouvernement (46%).

Parmi les solutions concrètes souhaitées par les parents figure aussi la fonction automatique de filtrage de contenus sur les mobiles plus particulièrement destinés aux enfants, ainsi qu'une option facile d'accès pour passer en « mode enfant » un smartphone généralement utilisé par un adulte.


0226000007915739-photo-live-japon-21-02-2015.jpg


NB: Mea culpa

A la suite du précédent Live Japon sur le nouveau Walkman NW-ZX2 de Sony, plusieurs lecteurs ont jugé inapproprié l'éloge du produit en question. Le propos a peut-être été mal été écrit donc mal compris et le premier commentaire posté en a entraîné d'autres. Il ne s'agissait en aucun cas de dire que ce baladeur était le meilleur du monde, mais uniquement de le comparer à son prédécesseur NW-ZX1 pour expliquer si la différence de prix (quasiment du simple au double) se justifiait ou non d'un point de vue technique, ou si Sony se moquait du monde en proposant un appareil deux fois plus cher sans que la qualité ne soit améliorée, seulement l'emballage. L'article se proposait de répondre simplement à cette question, ni plus ni moins, mais hélas maladroitement. Mea culpa.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La capitalisation boursière d'Apple dépasse celle de toutes les entreprises du CAC40 réunies
Découvrez la 2CV R-Fit 100% électrique, conçue en rétrofit
Une usine de production de cellule de batteries pour véhicules électriques bientôt en France ?
La Lucid Air surpasse la Tesla Model S avec une autonomie annoncée supérieure à 800 km
Delage dévoile un hypercar hybride à 2,3 millions de dollars
Des experts en sécurité inquiets à l'approche de la présentation du premier prototype Neuralink d'Elon Musk
Le processeur Kunpeng 920 d'Huawei rattraperait le Core i9-9900K d'Intel
Horizon Zero Dawn : le portage PC critiqué pour ses nombreux bugs
Xiaomi Mi 10 Ultra : une édition anniversaire qui veut
Elon Musk envisage la construction d'un Cybertruck plus petit pour l'Europe

Discussions sur le même sujet

Notre charte communautaire

  • 1. Participez aux discussions
  • 2. Partagez vos connaissances
  • 3. Échangez vos idées
  • 4. Faites preuve de tolérance
  • 5. Restez courtois
  • 6. Publiez des messages utiles
  • 7. Soignez votre écriture
  • 8. Respectez le cadre légal
  • 9. Ne faites pas de promotion
  • 10. Ne plagiez pas
  • Consultez la charte
scroll top