Live Japon : Un quadrupède mécatronique à Fukushima

25 novembre 2012 à 10h14
0
Vingt mois se sont écoulés depuis la catastrophe atomique de Fukushima, vingt mois durant lesquels les Japonais ont été confrontés à des épreuves inenvisagées qui les obligent désormais à imaginer des moyens inédits pour constater l'ampleur des dégâts et y remédier. D'où la multiplications ces derniers temps des annonces de nouvelles technologies et équipements en rapport avec la radioactivité et l'intervention sur site nucléaire.

01C2000005549311-photo-live-japon-robots.jpg


Mercredi 21 novembre, Toshiba, entreprise qui fabrique aussi bien des puces-mémoires que des réacteurs atomiques, avait convoqué la presse dans son immense centre industriel de Sugita, à Yokohama, populeuse cité en banlieue de Tokyo. Intitulé de l'invitation: "à propos d'un robot à quatre pattes pour intervenir à la centrale nucléaire Fukushima Daiichi".

Forcément, un tel motif suscite curiosité. Devant une quarantaine de journalistes d'agences, de journaux et de télévision, Goro Yanase, un ingénieur du département nucléaire de Toshiba, présenta l'objet: un nouveau robot d'inspiration animale destiné à intervenir dans un environnement radioactif. Ce quadrupède, qui ressemble à une grosse boîte rectangulaire montée sur quatre menues pattes, a été imaginé après l'accident de Fukushima, dans le but de pouvoir effectuer des tâches diverses à la place de l'homme là où règne des niveaux insupportables de radioactivité.

01C2000005548927-photo-live-japon-robot.jpg

Les quatre pattes articulées indépendamment les unes des autres sont régies par des algorithmes spécifiquement développés pour permettre à l'animal électronique de monter des escaliers, de franchir des obstacles, de changer d'orientation et de se relever au cas où... Il est constitué de matériaux spécifiques qui permettent à l'électronique de fonctionner dans un environnement pollués de rayonnements, à raison de 10 heures par jours, 300 jours durant, aux pourtours des réacteurs. Pour le moment, il peut grimper (à petite vitesse) des marches de 22 centimètres de haut (de 50 centimètres à l'avenir) et est capable de transporter 20 kilogrammes (80 kg ultérieurement).

01C2000005548929-photo-live-japon-robot.jpg

L'engin, qui pèse 65 kilogrammes pour un mètre de haut, est piloté à distance via une liaison sans fil, par une manette de jeu vidéo. "C'est très simple", assure l'homme aux commandes, un jeune ingénieur d'une petite trentaine d'années qui se dit d'ailleurs "bien entraîné". Selon Toshiba, qui est un des fournisseurs des équipements de la centrale de Fukushima et donc à ce titre présent depuis le départ sur le site ravagé, les tests effectués sur place ont prouvé la possibilité d'employer une liaison Wireless-lan. "Le robot communique avec un point d'accès qui est lui-même relié à un PC de commandes par liaison filaire", explique un autre ingénieur, Makoto Ochiai. "Si la liaison est perdue ou en passe de l'être, le robot est programmé pour revenir un peu en arrière de sorte qu'il la retrouve", précise-t-il. Le robot est en outre capable de déplacer lui-même son point d'accès pour progresser ensuite plus en profondeur à l'intérieur des lieux explorés. Et si par malheur il s'y perd, un autre robot essaiera d'aller l'y rechercher. Equipé d'un bras manipulateur, d'une caméra et d'un capteur de radioactivité, le robot de Toshiba, encore à l'état de prototype et sans nom, sait aussi porter et poser au sol un engin robotisé en forme de plateau à roulettes doté d'une autre caméra qui peut partir en éclaireur ou se faufiler dans des lieux inaccessibles pour le quadrupède.

01C2000005548931-photo-live-japon-robot.jpg

"Dans un premier temps, nous destinons ces robots à des patrouilles dans les zones fortement radioactives, pour de la reconnaissance visuelle et des mesures, afin de juger si l'homme peut ou non y intervenir", détaille M. Yanase. "A l'avenir, il pourrait être équipé d'outils de manutention et d'investigation pour effectuer diverses tâches comme le contrôle, la réparation ou le démontage d'équipements, ou bien encore des prélèvements d'échantillons ou aider à la décontamination", ajoute-t-il.

Les ingénieurs de Toshiba reconnaissent toutefois que leur créature nécessite encore des améliorations avant d'être dépêchée sur le site de Fukushima où quatre des six réacteurs ont été terriblement endommagés par le tsunami du 11 mars 2011 et où règne par endroits une radioactivité mortelle.

0000012C05548933-photo-live-japon-robot.jpg
0000012C05548935-photo-live-japon-robot.jpg

Plusieurs entreprises et instituts de recherche japonais ont entrepris ces derniers mois de développer des robots pour des missions à Fukushima en bénéficiant de fonds publics. L'Etat et les industriels nippons ont en effet déploré l'absence de tels engins au Japon, pays où l'ont avait un temps songé à en développer mais où les projets ont été arrêtés parce qu'on pensait que les centrales étaient si sûres qu'il était inutile de songer l'intervention de quiconque sur site accidenté.

01C2000005548937-photo-live-japon-robot.jpg

Si bien qu'à leur ego défendant, avant de pouvoir adapter et dépêcher sur place un engin robotique chenille appelé Quince (de l'institut de technologies de Chiba), les Japonais ont été obligés d'appeler à la rescousse des robots américains lesquels, souvent pensés pour des missions militaires, font montre de capacités autrement surprenantes. Face aux BigDog et LS3 de Boston Dynamics (certes non conçus pour des interventions sur sites nucléaires mais pour accompagner des soldats au front), le robot de Toshiba fait un peu pitié, incitant à penser que des coopérations internationales sont sans doute souhaitables afin d'accélérer le développement de moyens les plus avancés pour le démantèlement du complexe ravagé de Fukushima.





Outre ce robot de Toshiba, ont été présentés ces derniers jours d'autres nouveautés conçues à la suite du désastre de Fukushima.
L'agence d'exploration spatiale nippone (Jaxa) et le groupe Mitsubishi Heavy Industries (MHI) ont créé un prototype de caméra pour "voir" la radioactivité ambiante par analyse des rayonnements, engin appelé ASTROCAM 7000 basé sur modèle initialement destiné à des observations interstellaires.

01C2000005548939-photo-live-japon-robot.jpg


Concrètement, la caméra évalue la quantité de rayons gamma émis par une source distante, permettant ainsi de donner une représentation imagée de la radioactivité ambiante, laquelle n'est pas perceptible par l'oeil humain.

Elle est notamment utile pour repérer les points de haute radioactivité très localisés. "L'avantage de cette caméra est qu'elle permet de mesurer le niveau radioactif à une distance d'une trentaine de mètres, ce qui donne par exemple la possibilité de détecter un foyer radioactif dans les environs, sur un angle de 180 degrés, ou encore d'évaluer la radioactivité d'un toit de maison sans grimper dessus", explique la Jaxa.

Il ne s'agit toutefois pas de la première caméra du genre, puisque le groupe nippon Hitachi a lui aussi présenté en mars dernier un modèle portatif qui évalue la radioactivité en mesurant la quantité de rayonnements gamma émis par les césium 134, 137, iode 131 et autres éléments radioactifs.

01C2000005548941-photo-live-japon-robot.jpg


Par ailleurs, Mitsubishi Heavy Industries a imaginé un siège pour engins de chantier protégeant les travailleurs en réduisant de moitié les rayonnements radioactifs. Ce fauteuil à base de tungstène, qui enveloppe le conducteur, coupe de 50% l'irradiation reçue par le corps, selon MHI.

Il est conçu pour être monté dans des grues, pelleteuses et autres engins devant intervenir dans les tâches de déblaiement et démantèlement de la centrale accidentée de Fukushima, ainsi que dans les travaux de décontamination de la région ravagée par ce sinistre environnemental.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La centrale nucléaire de Fessenheim va être arrêtée ce samedi en vue de son démantèlement
L'éolien a, en 2019, fourni 15% de l'électricité consommée en Europe
Le Cybertruck aurait passé le cap des 500 000 précommandes
La Renault ZOE est une des voitures électriques les plus vendues au monde
Uber ferme son bureau de Los Angeles, écarte des dizaines de salariés et délocalise aux Philippines
Comment l'Unreal Engine a permis de créer l'univers de The Mandalorian
La France et l'Allemagne s'associent pour travailler sur le successeur du Rafale et de l'Eurofighter
5G : Martin Bouygues n'exclut pas d'attaquer l'État en justice s'il ne peut pas travailler avec Huawei
L'Espagnol Renfe va bâtir le réseau TGV des États-Unis pour 6 milliards de dollars !
Windows 10 : de nouvelle icônes plus colorées font leur apparition

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

Discussions sur le même sujet

scroll top