Live Japon : Japanglais, le nouveau jargon techno

11 novembre 2012 à 10h43
0
Alors qu'enfle l'offre de services et produits technologiques, le quotidien économique nippon Nikkei Shimbun a eu la judicieuse idée d'interroger ses lecteurs pour dresser la liste des termes les plus incompréhensibles du jargon technique mais qui figurent néanmoins parmi les plus employés.

01C2000005509793-photo-live-japon-manga-jargon.jpg

Dans le classement établi par le Nikkei, arrive en tête un terme q'on croyait devenu banal: Wi-Fi. Erreur. Même si les Japonais s'équipent à une vitesse fulgurante de smartphones, iPod, tablettes et autres appareils nomades qu'ils peuvent connecter en réseau pas liaison sans fil, peu connaissent en réalité le sens et même la prononciation dudit vocable Wi-Fi (ouifi ou waïfaï ? ) qu'ils emploient pourtant très souvent. Certains confondent même avec Wii-Fit, l'accessoire de « fitness » de la console de jeu Wii de Nintendo. Idem pour Bluetooth, qui a mis du temps à venir aux oreilles des Nippons.

00FA000005509751-photo-image01.jpg

Autre exemple, LTE. Désormais, les opérateurs japonais ne jurent que par cette technologie de réseau cellulaire qui offre en théorie des débits quasi équivalents à ceux de la fibre optique en mode fixe. Les publicités parlent de LTE, personne ne sait ce que cela veut dire (long term évolution), mais cela se vend quand même, et plutôt bien. Dans la même veine on trouve aussi 3G et 4G, des sigles qu'ont entendu et même peut-être utilisé la plupart des Nippons en ignorant leur véritable signification.

00FA000005509753-photo-image02.jpg

00FA000005509755-photo-image03.jpg

Vous souriez ? Eh bien, vous ne devriez pas. Mettez-vous en effet à la place des Japonais. Non seulement les termes du jargon des technologies sont en caractères alphabétiques (que les Japonais n'utilisent pas), mais en plus ce sont souvent des néologismes et même des sigles ou acronymes tirés d'expressions anglaises. Comment voulez-vous qu'ils s'y retrouvent, d'autant que la plupart des Nippons ne sont pas anglophones.

0190000005509757-photo-image04.jpg
00AA000005509759-photo-image05.jpg

Quand en outre ils transcrivent la prononciation de l'un de ces termes en caractères de syllabaire « katakana », les phonèmes sont déformés car les « katakana » ne permettent pas de retranscrire fidèlement toutes les prononciations étrangères. Si bien que si un Japonais vous parle de Bluetooth il dira « bouroutousou » !

012C000005509761-photo-image06.jpg

Android, platina-band (bande de fréquences de 700 à 999Mhz), tablet, provider, appli, social game, contents, browser, interface, etc.... sont les autres termes qui restent en travers de la gorge des Japonais.

Comme le souligne en outre un spécialiste cité par le Nikkei, certains mots sont très éphémères. Et de donner en exemple « multimédia » et « ubiquitous » (omniprésent, pour parler de l'accès à internet par exemple), des mots qu'on entendait sans arrêt au Japon il y a quelques années mais qui sont aujourd'hui devenus rarissimes.

012C000005509763-photo-image07.jpg

Intéressant est aussi le fait que, malgré le caractère des plus abscons de la plupart des termes, ils soient si souvent employés dans les publicités. Le plus amusant se trouve sans doute cependant dans les annotations des lecteurs de cette étude du Nikkei très commentée sur la toile japonaise.

Ainsi un d'eux envie-t-il les Anglophones, « il suffirait pourtant qu'on écrive le jargon des TIC en idéogrammes pour qu'on s'en sente plus proche et qu'on mémorise. Ceux qui parlent anglais n'ont pas tant d'efforts à faire que nous ».

00FA000005509765-photo-image08.jpg
00FA000005509767-photo-image09.jpg


Un autre se félicite de s'être offert une oreillette Bluetooth et voudrait que tout désormais soit Bluetooth.
« Wifi, je pensait que c'était "ouifi" comme hi-fi". Et puis "Gif", il faut dire "guif"? » s'interroge un troisième
« En japonais, comment on dit "tethering" ? », questionne un compère (tethering = utilisation d'un smartphone comme modem sans fil pour accéder à internet depuis d'autre terminaux).
« Le tethering, pourquoi un nom aussi compliqué? On pourrait pas dire routeur ? Et pourquoi ça coûte aussi cher, cette fonction ? »
« Je me demande comment font les vendeurs des boutiques d'électronique pour vendre ces technologies à des individus qui n'y comprennent rien ! », tranche un initié
« Même les modes d'emplois, chiants à lire, regorgent de termes incompréhensibles ! », renchérit un autre.

015E000005509769-photo-image10.jpg

Et la conversation se poursuit:
« Pourquoi on dit appli, je déteste ce mot, en gros c'est un soft, non ? »
« Ben pour un PC ou une console de jeux on dit soft, mais pour iOS ou Android, on dit application. Au passage, pour les galake (téléphones mobiles traditionnels nippons) on dit aussi appli, non ? »
« LTE, ça veut dire Litte Thing Every" ? »
« Pourquoi d'un seul coup on se met à dire "social game", alors qu'auparavant on disait "online game" ? »
« Online game avait peut-être une image un peu négative, accolée aux hard-core gamers", non ? »
« C'est plutôt que l'online game se joue sur PC ou console avec des graphismes très chiadés, tandis que le social game est plutôt un jeu simple pour téléphone mobile ».
« On pourrait dire Net-game, il me semble ».

Bref, les Japonais ont beau être technophiles, ils ne sont pas nécessairement adeptes du jargon qui va de pair s'il est de consonance anglophone. Ils ont tendance à vouloir le « japoniser ». Cela rend les termes encore plus étranges car éloignés de leur origine étymologique mais a le mérite d'en faciliter a prononciation: exemple « sumaho » à la place de « smartphone » ou « pasokon » pour « personal computer ».

0190000005509771-photo-image11.jpg

Cela n'est cependant pas nouveau et pas propre au jargon technologique. On trouve en effet dans la langue nippone nombre de vocables d'origine étrangère transformés, ne serait-ce qu'à cause des limites phoniques des syllabaires nippons: ainsi en est-il de « convenience store » devenu « konbini » (supérette de quartier multiservice ouverte jour et nuit), de « arbeit » (travail en allemand) devenu « arbeito » ou « baito » (petit boulot), de character (personnage) changé en « kyarakuta » ou encore de « building » mué en « biru », etc.

00FA000005509773-photo-image12.jpg

Enfin, puisque nous arrivons en fin d'année et aux palmarès récapitulatifs, sachez que parmi les 50 expressions du millésime 2012 les Japonais retiendront surtout « genpatsu zero » (O énergie nucléaire), « ishinnokai » (nom d'un nouveau parti politique qui a le vent en poupe), ou « iPS saibo » (cellules souches pluripotentes induites), pour la découverte desquelles le chercheur nippon Shinya Yamanaka a reçu cette année le prix Nobel de médecine.

0190000005509775-photo-image13.jpg

Des termes issus du Net figurent aussi en bonne place dans cette liste, comme « ii ne », l'intitulé japonais du bouton « j'aime » de Facebook et, « netouyo », néologisme qui signifie grosso modo « l'extrême-droite du net ». Si on essayait de former un équivalent en français, ce serait peut-être « netionaliste », comme la mamie dans le manga de J.P. Nishi la semaine passée.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
Minecraft s'offre un boost graphique... réservé aux possesseurs de cartes NVIDIA RTX
PS5 : la fuite d'un brevet révèle un design plutôt original
L'astéroïde Apophis qui frôlera la Terre en 2029 est-il vraiment dangereux ?
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
A peine lancée aux USA, Apple annonce que sa Card serait sensible au jean et au cuir
Un chercheur français a trouvé une faille critique dans le système de vote russe

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

Discussions sur le même sujet

scroll top