Live Japon : la mesure du risque à portée de main

Karyn Poupée
10 avril 2011 à 17h27
0
Depuis le 11 mars 2011, marqué par un terrible tremblement de terre de magnitude 9 et un tsunami avec des déferlantes de plus de 15 mètres de haut, les Japonais ont pris la mesure du risque auquel leur archipel dans son entier est exposé. On sait que dans les trois décennies à venir, il existe 70% de risques qu'une secousse tellurique d'ampleur voisine frappe la région de Tokyo, populeuse conurbation de quelque 35 millions d'habitants. Que faire ? Hélas, un tel drame surprendra tout le monde, car s'il l'on peut établir des probabilités à long terme, on ne peut hélas par prévoir à brève échéance.

Les Japonais ont beau le savoir, lorsque le drame survient, ils sont nombreux à être pris au dépourvu et à adopter des réflexes de survie qui ont des conséquences dommageables comme on a pu le vivre le 11 mars (pénurie dans les commerces, impossibilité de rentrer chez soi, embouteillages monstres). Toutefois, ces réactions n'ont heureusement pas dégénéré en mouvement de panique, ce qui aurait été pire que tout.

Comme le montre JP Nishi, les répliques sont si fréquentes ces derniers jours, doublées d'une menace de contamination radioactive, qu'on finit par ne plus prêter attention aux alertes, on apprend à vivre avec, on fait comme si.

01CC000004159498-photo-live-japon-applications-s-isme-manga.jpg

Ce manga illustre aussi le fait que depuis le drame du 11 mars suivi d'un accident nucléaire sans précédent dans la centrale Fukushima Daiichi (Fukushima N°1, nord-est de l'archipel) sont apparues des dizaines d'applications pour téléphones portables de type iPhone d'Apple ou sous système d'exploitation Android de Google, outils qui permettent d'être informés, de communiquer, de se déplacer en sécurité, de prendre de sages résolutions, d'effectuer des dons ou encore de collecter des informations sur des proches. Petit florilège (loin d'être exhaustif).

Il existe désormais de nombreuses applications, comme "Jishin sokuho" (information anticipée séisme) pour être alerté à l'avance et consulter ensuite rapidement la liste des séismes survenus. Ce type d'outil est alimenté par les données publiées par l'Agence de météorologie japonaise qui délivre des avertissements après détection des signes avant-coureurs et fournit généralement les premiers éléments dans la minute suivant une secousse. Le cas échéant, il est bon de prendre connaissance de l'état des transports et des moyens disponibles pour regagner un hébergement, auquel cas les guides et cartographies comme Mapfan ou Google Map peuvent rendre de grands services.

012C000004159500-photo-live-japon-applications-s-isme.jpg

Quand un désastre se produit, le réflexe est bien sûr de chercher à joindre ses proches. Reste que souvent, les réseaux de télécommunications sont saturés d'appels vocaux. Pour contourner cet obstacle, des logiciels comme "saigaiyou dengenban" (tableau de messages de sinistrés) donnent la possibilité de publier des informations sur sa propre situation ou de consulter à moment choisi celles d'individus dont on veut obtenir des nouvelles.

Vient ensuite le moment du soutien aux sinistrés, via par exemple des dons aux diverses organisations expérimentées pour leur distribuer. "Kantan kifu" (don aisé), application pour iPhone proposée par le groupe japonais de télécommunications et services internet Softbank, permet très simplement d'effectuer des dons ainsi que de consulter des informations sur les actions en cours. A l'issue de la journée du 7 avril, le montant collecté par l'opérateur s'élevait à 118,5 millions de yens (un peu moins d'un million d'euros au cours actuel).

012C000004159502-photo-live-japon-applications-s-isme.jpg

A noter que le fondateur et PDG de Softbank, Masayoshi Son, a lui-même offert 10 milliards de yens (84 millions d'euros) à titre personnel au profit des victimes du séisme et du tsunami du 11 mars. Paraissant très affecté par cette catastrophe qui a dévasté le nord-est de l'archipel, M. Son a réparti cette somme entre la Croix-Rouge japonaise et d'autres organismes d'aide. Entrepreneur très populaire, M. Son, 53 ans, promet en outre de reverser sa rémunération d'administrateur du groupe Softbank à partir de ce mois, et jusqu'à son départ à la retraite dans quelques années, pour soutenir les centaines d'enfants dont les parents ont été emportés par le tremblement de terre de magnitude 9 et le tsunami géant qui ont fait près de 28.000 morts et disparus. Le groupe Softbank donnera pour sa part 1 milliard de yens (8,4 millions d'euros). Par ailleurs, la société affiliée, Yahoo! Japan promet 1,6 milliard de yens, don en grande partie recueilli auprès du public.

L'application "hisaisha shihen" (soutien aux victimes) permet quant à elle de visualiser par filtres les messages d'organismes et particuliers filtrées par thèmes, comme "interruption de lignes de train", "informations sur les médicaments", "situation dans telle préfecture", etc.

Le séisme du 11 mars et ses répliques, dont la plus importante (de magnitude 7,4) s'est produite le jeudi 7 avril, ont provoqué des arrêts de centrales nucléaires et thermiques, d'importantes coupures d'électricité et rendu les compagnies d'électricité Tokyo Electric Power (Tepco) et Tohoku Electric Power incapables de satisfaire les besoins.

012C000004159504-photo-live-japon-applications-s-isme.jpg

Pour prendre la mesure du déficit de courant dans la capitale et ses alentours, il existe une application visuellement très bien faite, appelée "Tokyo meter", qui affiche la consommation en cours et la proportion comparée à la capacité produite. Pour éviter que la première ne dépasse la seconde, la compagnie qui alimente la capitale impose des restrictions, en programmant si besoin des interruptions par tranches horaires et sections géographiques. Le petit logiciel "Teiden" (arrêt d'alimentaton électrique) permet justement de se tenir informé des suspensions planifiées.

Selon une enquête menée du 25 au 28 mars auprès de quelque 5 000 personnes soumises à ces coupures de courant planifiées, 70% affirment avoir changé leur façon de vivre (heures des repas, du ménage, du bain, de sommeil) pour économiser de l'électricité, ce que prétendent faire quelque 95% des sondés. Grâce aux efforts et à la patience de chacun, la compagnie Tokyo Electric Power parvient plus que prévu à subvenir aux besoins et à ne pas mettre en oeuvre les interruptions prévues. La menace d'une privation de courant durant des sessions de trois heures chaque jour est cependant assez mal vécue, d'autant que que la compagnie ne prévient au mieux que la veille de ses intentions, ce qui rend assez difficile la maîtrise des agendas des uns et des autres. Pour justement faire des économies sans trop se sacrifier, des conseils sont donnés par le programme "Minna de setsuden" et l'état de la situation dans la capitale par "Tokyo setsuden".

012C000004159506-photo-live-japon-applications-s-isme.jpg

Les commerces et lieux publics sont également devenus beaucoup plus précautionneux et moins énergivores, quitte parfois à se montrer trop économes et à mécontenter la population. Il est vrai que certains panneaux indicateurs normalement allumés deviennent illisibles une fois éteints, des lieux trop sombres et de ce fait dangereux ou des magasins d'habitude ouverts rideaux clos dès que la nuit arrive. La mise hors service volontaire d'escaliers mécaniques et ascenseurs constitue aussi un problème pour des personnes en petite condition physique.

Il est cependant d'autant plus nécessaire d'apprendre à mieux maîtriser ses besoins en électricité que le gouvernement japonais s'apprête à fixer par la loi des objectifs chiffrés par usager pour cet été. Il pourrait imposer aux foyers de réduire leur consommation de 15% à 20% et les entreprises de 20 à 25% (en fonction de leurs besoins habituels) aux heures de pics. I va falloir éteindre les climatiseurs

012C000004159508-photo-live-japon-applications-s-isme.jpg

Si le Japon, pays des plus développés, en arrive-là, c'est que deux compagnies, qui desservent des zones différentes du nord et de l'est du pays, pâtissent de l'arrêt momentané ou définitif d'une douzaine de réacteurs nucléaires ainsi que de plusieurs centrales thermiques, en raison des conséquences du séisme et du tsunami. L'une des centrales, Fukushima Daiichi (N°1), victime d'une série d'accidents, ne devrait jamais redémarrer. Ce site, qui compte six réacteurs, alimentait en partie Tokyo, poumon économique du pays. Ce site atomique donne actuellement du fil à retordre aux autorités et plombe le moral des citoyens, en raison de fuites radioactives et d'une situation catastrophique qui est encore loin d'être totalement sous contrôle.

012C000004159510-photo-live-japon-applications-s-isme.jpg

De fait, une flopée d'applications (comme Hoshano joho ou hoshasen checker)sont censées donner des informations sur les radiations en récupérant les données de mesures compilées par le ministère des Sciences, en provenance des différentes préfectures. Pour en apprendre plus sur la nature des accidents nucléaires, notons aussi l'existence de "Genpatsu jiko" et pour savoir quelles précautions prendre il est bon de consulter "saigai taisaku". Ce petit logiciel compile un ensemble de vidéos expliquant la conduite à tenir en cas d'accident nucléaire dans les diverses circonstances dans lesquelles on se trouve, comment s'habiller, comme se calfeutrer, etc. Sont également données des explications sur les différentes catégories de radiations ou les dangers liés aux divers éléments radioactifs, comme l'iode 131 ou le césium 137.

00C8000004159512-photo-live-japon-applications-s-isme.jpg

A noter, déplorer et dénoncer hélas, le fait que de vicieuses et méchantes personnes, apparemment non-japonaises, trouvent malin d'utiliser la sensibilité des internautes pour diffuser des virus et autres calamités dans les ordinateurs des internautes à travers des courriels avec pièces jointes laissant supposer qu'il s'agit d'informations sur la radioactivité ou de formulaires pour apporter son soutien aux victimes. Si, à l'inverse, vous voulez faire bonne oeuvre, on ne saurait trop vous conseiller d'acheter "Songs for Japan", une compilation aussi éclectique que magnifique de près 40 titres, au profit des Japonais.

012C000004159516-photo-live-japon-applications-s-isme.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
Minecraft s'offre un boost graphique... réservé aux possesseurs de cartes NVIDIA RTX
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
Des scientifiques réinventent l'air conditionné grâce au froid de l'espace
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
Selon Google, 1,5% des mots de passe seraient compromis

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

Discussions sur le même sujet

scroll top