🔴 Soldes : jusqu'à - 60% sur le high-tech 🔴 Soldes d'été : jusqu'à - 50% sur le high-tech

Les astronautes européens plaident pour que l'ESA obtienne son programme de vols habités

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
17 février 2022 à 17h40
8
ESA astronautes sélection 2009 © ESA
Les astronautes de la classe de 2008 sont proactifs sur le sujet. Crédits : ESA

Dans une rare déclaration commune à l'occasion du Sommet spatial européen qui vient de s'achever à Toulouse, les astronautes européens appellent à la mise en place d'un programme de vols habités. Après une étude du CNES l'an dernier, puis l'appui du directeur de l'ESA, l'agence fera ses propositions d'ici novembre.

Il existe d'ores et déjà plusieurs pistes, mais ce ne sera pas facile.

Monte dans la fusée

« Il est l'heure de se lancer, nous sommes prêts ». Ainsi se termine le Manifeste des astronautes européens publié ce 16 février. À Toulouse, les représentants des États de l'Union européenne étaient réunis pour échanger sur leur politique spatiale commune (E. Macron, étant donné que la France préside l'UE actuellement, y a d'ailleurs pris la parole). Et l'Agence spatiale européenne, si elle n'est pas l'agence de l'Union européenne, y était bien présente, en tant que partenaire dans tous ses grands projets comme Galileo et Copernicus, mais aussi pour y parler espace avec les différents gouvernements.

Il ne faut pas oublier en effet qu'en novembre 2022 se tiendra l'assemblée ministérielle de l'ESA, qui a lieu une fois tous les trois ans et qui fixe le cap de tous les projets et orientations à venir. Un ballet politique, médiatique et budgétaire très important pour l'une des plus grandes agences, qu'il faut préparer minutieusement. C'est donc un moment clé qu'ont choisi les astronautes de l'ESA (appuyés par leur directeur J. Aschbacher) pour plaider en faveur d'un programme habité européen.

Luca Parmitano discours space summit toulouse © ESA
C'est Luca Parmitano qui a porté le message des astronautes européens au pupitre. Crédits : ESA

Pas de véhicule, pas de voix au chapitre ?

En effet, l'ESA dispose aujourd'hui d'une filière astronautique reconnue avec son bureau des astronautes, mais aussi ses différents centres, sa préparation et son implication au sein de la Station spatiale internationale .

Elle est partie prenante dans plusieurs projets internationaux au sol, en orbite et jusqu'à la Lune puisque c'est l'ESA qui fournit le module de service de la capsule américaine Orion. Et pourtant, elle n'a pas de programme habité indépendant (contrairement aux USA, à la Russie, à la Chine et à l'Inde qui prépare le sien). 

« Il y a urgence, écrivent les astronautes, que les responsables européens décident de donner un coup d'accélérateur dans les efforts pour rester dans le groupe de tête des nations spatiales, sous peine d'être relégués en position de partenaire mineur dans les décennies à venir ».

Le plaidoyer, qui ne mâche pas ses mots, rappelle que l'Europe, c'est aussi des valeurs, et qu'en restant en retrait du vol habité, en étant cliente des géants actuels et futurs du spatial habité, elle ne pourra pas s'imposer. Sans compter l'émerveillement et l'engouement public pour l'astronautique…

Un nouveau comité !

L'ESA semble alignée sur cette position, via la voix de son directeur, mais aussi le soutien des industriels, ArianeGroup et d'autres géants existants en Europe s'étant déjà montrés favorables (difficile en même temps de les imaginer refuser cette opportunité), qui sera donc discutée en novembre.

Il y a aussi le support politique du président français : avec son soutien, l'ESA va mettre en place un comité particulier, qui sera chargé de rendre un rapport d'ici la fin de l'été avec différentes options pour un programme spatial européen habité.

Crew-2 Crew Dragon habillage Thomas Pesquet © NASA/Kim Shiflett
La même scène au Centre spatial guyanais en 2030 ? Crédits : NASA

Maintenant ou jamais ?

Mais gare tout de même à ne voir que de l'enthousiasme, car cette ambition, si elle doit se concrétiser, passera par un investissement conséquent et de long terme. De nombreuses voix s'élèvent déjà pour que l'ESA poursuive et accélère son plan d'exploration robotisé du Système solaire, grâce à ses sondes, et d'observation grâce à des missions et télescopes ambitieux. Les ministres européens auront-ils la volonté d'injecter dans l'agence un minimum de 400 à 700 millions d'euros supplémentaires chaque année jusqu'à 2030 ?

L'architecture que devra proposer le comité mis en place aura la lourde tâche de prendre en compte la technologie actuelle, mais aussi future, le fait que l'ISS arrive en fin de vie (quel intérêt pour un transport public, si les stations deviennent privées ?) et les besoins européens tels que l'accès à la station lunaire… sans oublier que le paysage, d'ici la fin du développement, ne sera peut-être plus celui de 2022.

Source : ESA

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
8
6
_Troll
Quand nous parlons d’astraunautes, la premiere image que je vois est leur equipement et principalement leur combinaison spaciale. J’aimerais beaucoup que Mr Bottlaender nous ecrive un article sur ces combinaisons. Pour repondre aux question, par exemple, Pourquoi sont-elle si chere ? Y a t il plusieurs tailles ? Une combinaison est elle reservee a un seul astronaute ? De quoi protege t elle les astronautes ? Quelle est la duree du ;l’air disponible ? Y a t il des equipement de securite ? Les astronautes peuvent portee des bottes par dessus ? (photo) Par quell mecanisme la visiere se referme t elle ? etc
benben99
Et oui, l’Europe est a la traine dans le spatial…<br /> Faudrait faire beaucoup plus juste pour rattraper le retard
benben99
L’idéal serait peut-être d’ouvrir un accès a des vols pour gens fortunés afin de financer le programme spatial européen
ebottlaender
Ca peut se faire !
dredd
Oui, ça et les couches. On veut en savoir plus sur les couches !
dante0891
Plusieurs articles sur Clubic on déjà fait l’objet du monde de l’espace.<br /> Peut-être qu’il y en a un qui parle de tout ça <br /> Clubic.com – 7 Feb 21<br /> Préparation, déroulé, tâches à réaliser : tout comprendre aux sorties...<br /> Vous voyez parfois des photos ou des articles sur des sorties en scaphandre des astronautes sur les flancs de l'ISS. On devine sur les images qu'il s'agit d'un exercice extrême. Mais comment ce genre d'aventure se prépare et se déroule ? Que peut-on...<br />
dante0891
Si seulement c’était que dans le spatial…<br /> L’Europe et en tout cas la France sont toujours frileux à l’investissement malheureusement.<br /> On préfère récupérer ce qui fonctionne au lieu d’innover en profondeur et être pionner dans un domaine… On est devenu suiveur (pas sur tout les domaines bien sûr).
philouze
Oui, c’est une affaire de cycles, on a dominé trop longtemps et trop agressivement, ça a été suivi d’un siècle ou presque d’auto-flagellation, particulièrement en france et plus ou moins en allemagne.<br /> J’ai l’impression d’une prise de conscience et d’un frémissement de ré-industrialisation et de défense économique de la zone, on verra.<br /> C’est essentiellement du peuple que les volontés peuvent venir, et s’ils sont tous hypnotisés par tik-tok et insta, c’est pas gagné…
dante0891
C’est sûr, on l’a vu pendant la pandémie malheureusement.<br /> Du coup maintenant l’Europe ouvre les yeux et vont enfin investir dans des usines de pointes pour les semi-conducteurs par ex.<br /> En espérant que ça continue dans certains domaines.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Sur la Station spatiale internationale, il devient plus facile d'éjecter ses poubelles
Aïe, aïe, aïe, déjà un gros problème pour la petite sonde CAPSTONE
OneWeb teste avec succès la connectivité dans les avions, et prépare sa 2e génération de satellites
Ça y est, la petite sonde CAPSTONE se dirige seule vers la Lune !
Asteroid Day : l'ESA retire de ses prévisions une potentielle collision en 2052
Un Cygnus à tout faire ! Le cargo NG-17 est reparti de la station spatiale hier
La petite sonde CAPSTONE de la NASA décolle vers la Lune !
La Chine pourrait tenter de ramener des échantillons de Mars deux ans avant la NASA et l'ESA
La sonde spatiale Psyche ne partira pas explorer son grand astéroïde avant 2023
Découvrez les clichés du deuxième survol de Mercure de la mission BepiColombo
Haut de page