Un mois après l'échec du lanceur Vega, l'enquête livre ses conclusions

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
21 décembre 2020 à 18h30
37
Vega VV-17 Avum © ESA
Un étage supérieur Avum, tel que celui qui a causé l'échec du vol VV17. Crédits ESA/S.Corvaja

La catastrophe du vol VV17, le 17 novembre dernier, avait donné beaucoup d'indices aux enquêteurs grâce aux données de télémesure. Un mois plus tard, le constat est là : c'était bien un branchement inversé. La commission indépendante livre une série de mesures pour éviter d'autres échecs à l'avenir.

VV18 aura-t-il lieu au début du printemps ?

Le vert sur le vert, et le rouge…

Décidément, il est des erreurs qui coûtent cher. Dès la création d'une commission d'enquête « indépendante » le 17 novembre, les données transmises par le lanceur après l'allumage de l'étage supérieur AVUM laissent peu de place au doute.

Est-il possible qu'un ingénieur ou technicien ait mal relié les câbles qui orientent la tuyère moteur ? Après avoir épuisé toutes les autres pistes, les enquêteurs diligentés par Arianespace et l'ESA ont en effet conclu qu'il s'agissait d'une « simple » inversion. Toutefois, une telle erreur est révélatrice de carences, non seulement lors de l'assemblage lui-même, mais aussi dans le processus d'inspection et de validation, ainsi que dans les tests réalisés entre l'assemblage de l'étage AVUM et son installation sur Vega. Ce sont ces étapes qui rendent incompréhensibles et honteuses ce genre d'erreurs.

D'autres grossiers échecs de qualité ont témoigné de carences similaires dans la dernière décennie : des capteurs forcés à l'envers sur un lanceur Proton en 2013, ou un étage Fregat configuré pour le Kazakhstan et décollant à plusieurs milliers de kilomètres de là, à Vostotchnyi en 2017. Il s'agissait à chaque fois de problèmes imputables autant à la technique qu'au contrôle.

Contrôle surprise

Plus précisément, l'enquête a conclu à un « défaut de qualification au niveau de la conception du lanceur », et recommande plusieurs actions, d'abord sur les deux prochains lanceurs déjà assemblés.

Il faudra des inspections et des tests supplémentaires, que ce soit sur le matériel comme lors des étapes de fabrication. L'ESA et Arianespace ont également émis des recommandations permanentes à mettre en œuvre sur les étapes de fabrication, d'intégration et même d'acceptation, sur les lignes d'assemblage en Italie et en Guyane.

Certains n'ont pas tardé, après cet échec, à pointer du doigt les responsabilités de l'entreprise italienne Avio, qui a ces dernières années gagné de haute lutte un contrôle « total » de la chaîne industrielle de Vega jusqu'à son lancement. Dans un communiqué, cette dernière affirme qu'elle mettra tout en œuvre pour améliorer le processus qualité.

Vega lanceur © ESA/S.Corvaja
En 2021, Vega devra non seulement refaire ses preuves, mais accueillir la nouvelle version Vega C. Crédits ESA/S.Corvaja.

Retour à haut risques

Sans garanties, les décollages de Vega devraient pourtant reprendre d'ici le mois de mars prochain. Le lancement sera crucial pour les ambitions d'observation d'Airbus Defense and Space, celui de la première unité de Pleiades Neo, satellite commercial à haute résolution. Un nouvel échec ferait entrer l'ensemble de la filière de lanceurs européens, déjà dans une mauvaise passe, dans une crise sans précédent.

*Quelques guillemets en effet, les autorités de rattachement étant toutes parties prenantes dans Vega.

Source : ESA

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
37
25
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Amsterdam a inauguré le tout premier pont en acier imprimé en 3D
Face au blocus des communications à Cuba, les USA envisagent de déployer Internet via des ballons
La Défenseure des droits s'oppose aux caméras de reconnaissance des individus dans l'espace public
Voici CAPS, la capsule volante française autonome, passe-partout et monoplace (Vidéo)
Végétaliser les villes ? Google veut cartographier les quartiers prioritaires
Les chasseurs d’ondes de l’ANFR à la recherche des fréquences suspectes (Vidéo)
Après le supersonique, United Airlines veut des avions à propulsion électrique
Elon Musk réserve chez Virgin Galatics quand Bezos dézingue son concurrent
Une IA appréhende les politiciens qui passent trop de temps sur leur smartphone durant les sessions au parlement
Haut de page