Les décollages au Centre spatial guyanais perturbés par la météo et le coronavirus

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
22 juin 2020 à 12h45
0
Vue d'artiste du 3è étage du vol Vega VV-16, avec 53 satellites sous sa coiffe. Crédits ESA

Le lanceur léger Vega est prêt pour son décollage depuis le 18 juin, mais des conditions météo défavorables bloquent la campagne de tir pour ce retour aux affaires très délicat. 

La situation sanitaire continue également de se dégrader en Guyane.

Tout était prêt…

Ce sont les derniers grains de sable dans les rouages de la campagne Vega VV-16. Cela fait près d'un an que le petit lanceur européen n'a plus volé. La faute d'abord au catastrophique décollage qui devait emmener le satellite des Émirats arabes unis, Falcon Eye 1, en orbite basse : le 11 juillet dernier, la fusée Vega ratait son vol 2 minutes et 10 secondes après le décollage. L'enquête prendra plusieurs mois, pour confirmer une rupture du dôme avant du second étage Z-23. Fin 2019, les équipes de l'industriel Avio sont confiantes pour un retour en vol en 2020…

Mais la crise sanitaire passe par là, et le Centre spatial guyanais est contraint de fermer ses portes le 16 mars, quelques jours à peine avant le décollage prévu. Après la mise en place de mesures de protection des personnels et un retour avec mise en « quatorzaine » obligatoire, la préparation de la plateforme SSMS (Small Spacecraft Mission Service) et ses 53 satellites pour la mission VV-16 a pu avoir lieu dans un climat plus serein depuis la mi-mai.

Le « rouge météo »

Préparation des satellites, mise sous coiffe, puis transfert sur la « ZLV » ou Zone de Lancement Vega, tout était prêt dans les temps, et les équipes avaient terminé leurs activités en vue d'un décollage prévu dans la nuit du 18 au 19 juin. Malgré tout, il reste un dernier élément qui a pour l'instant bloqué toute possibilité de lancement : la présence de vents cisaillants en haute altitude.

Le lancement a d'abord été reporté de 24 heures, mais les conditions ne se sont pas améliorées : il sera peut-être même difficile de trouver un créneau pour décoller avant le 24 ou le 25 juin. De quoi ajouter au stress des nombreuses équipes impliquées dans ce « retour au vol » de Vega.

Situation préoccupante en Guyane

Après quatre mois sans décollage depuis le site guyanais, tous les personnels sur place et en métropole espèrent un succès… Malheureusement, les conditions dans le département d'outre-mer ont vivement empiré la semaine passée. La crise sanitaire liée au coronavirus, qui ne concerne pas que le Centre spatial (plusieurs employés seraient directement touchés), a mené plusieurs responsables politiques locaux à demander un reconfinement total.

Avec 278 nouveaux cas déclarés le 21 juin, plus d'une centaine de patients hospitalisés et un nouveau pic épidémique régional qui n'est pas encore atteint, la question d'une nouvelle fermeture temporaire du Centre Spatial sera sur la table ces prochains jours… Même si, selon une personne travaillant sur le site, l'option privilégiée est de poursuivre les campagnes de lancement avec des équipes réduites et isolées au maximum. L'Europe spatiale, déjà très touchée par la crise, ne peut pas encore tourner la page.

Source : ArianeSpace

0
1
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Voiture électrique : combien coûte la recharge à domicile ? (MàJ Juillet 2020)
En réponse à des accusations de harcèlement des têtes tombent chez Ubisoft
Bosch dévoile son vélo concept électrique et tout suspendu
L'administration Trump va bientôt se passer des entreprises qui utilisent des appareils Huawei
L'Union européenne mise sur le développement d'un hydrogène propre
Far Cry 6 confirmé par Ubisoft, la présentation programmée au 12 juillet
Microsoft Flight Simulator sortira le 18 août sur PC
Thunderbolt 4 : 40 Gb/s ,mais Intel veut du 32 Gb/s en PCIe et la prise en charge double 4K
Taxe GAFA : 1,3 milliard de dollars de frais de douane pour la France... et 6 mois pour changer la donne
Apple recommande de ne pas fermer votre MacBook si vous en cachez la webcam… voilà pourquoi
scroll top