Aérospatiale : zoom sur le lanceur VEGA et son moteur oxygène-méthane liquides

Matthieu Legouge
Par Matthieu Legouge, Spécialiste Image.
Publié le 05 décembre 2018 à 08h07
Ariane 5 - Vega
© Avio

L'agence spatiale européenne (ESA) et la société italienne Avio ont mis au point un moteur oxygène - méthane liquides qui devrait équiper l'étage supérieur du futur lanceur Vega-E. Une initiative louable puisqu'il s'agit du premier moteur européen de ce type et qu'il est bien plus respectueux de l'environnement que les modèles actuellement en service.

Avio, entreprise italienne du secteur de l'aérospatiale, vient de tester son nouveau prototype de moteur tournant à l'oxygène et au méthane liquides.

Une mise en service planifiée pour 2025

Baptisé M10, ce moteur a été conçu pour la prochaine génération de lanceur Vega (Vega-E) qui viendra remplacer les lanceurs Vega-C dont la mise en service doit débuter en 2019. Ces deux engins visent le marché du lancement de petits satellites en orbite basse, un marché en pleine croissance sur lequel certaines entreprises comme Rocket Lab ou Virgin Orbit se positionnent déjà avec de belles innovations.

Le lanceur Vega-E équipé de ce nouveau moteur M10 devrait entrer en service pour 2025, mais un vol inaugural pourrait déjà avoir lieu en 2021.

Réduction des coûts et respect de l'environnement

Certes, en réduisant ses émissions de particules et ses résidus de combustion, le mélange oxygène-méthane liquides est plus respectueux de l'environnement et peut ainsi être qualifié de « vert ». Mais avec ce choix de motorisation pour Vega -E, l'ESA et Avio réaliseront surtout une importante réduction des coûts (par exemple grâce à l'impression 3D) en comparaison avec Vega -C, dont il est l'évolution.

L'ESA a par ailleurs préféré choisir ce moteur respectueux de l'environnement plutôt qu'un moteur cryogénique, un procédé bien plus performant, mais délicat à maîtriser. Toutefois, l'agence spatiale européenne laisse entendre que le but recherché ici n'est pas la performance, puisque Vega -C est déjà, selon elle, un lanceur suffisamment puissant compte tenu de ses éventuelles missions.

Enfin, ce moteur M10 possède une particularité assez intéressante : il permettra de remplacer les deux derniers étages de Vega-C (Zefiro et Avum), par « un nouvel étage beaucoup plus efficace et flexible ».
Matthieu Legouge
Par Matthieu Legouge
Spécialiste Image

Pigiste pour Clubic depuis 2018, j’ai d’abord pris la plume pour parler d’actualités, avant de me spécialiser peu à peu sur les catégories PC & Gaming, notamment les écrans et périphériques, ainsi que l’image et le son, plus particulièrement tout ce qui touche au Home Cinema : les téléviseurs, vidéoprojecteurs et barres de son.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (2)
roadwolf

C’est drôle, j’ai toujours été persuadé qu’un mélange oxygène hydrogène n’émettait que de l’eau, alors qu’un mélange méthane-oxygène émet de l’eau (2 x H2O par molécule de méthane) et du dioxyde de carbone (CO2, une molécule par molécule de méthane)… J’ai dû mal comprendre…

Azenor

@Roadwolf - Je suppose que l’auteur parle de moteur moins polluant lorsqu’il compare la motorisation actuelle de l’étage sup - UDMH/peroxyde d’azote - à la motorisation choisie - LOX-méthane.
Les moteurs cryo LOX-LH2 n’émettant, effectivement que de l’eau (mais l’hydrogène liquide est plus difficile à maîtriser techniquement)