L'agence spatiale européenne teste l'intelligence artificielle sur les satellites

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
10 septembre 2020 à 17h24
0
Moins de 10 x 10 cm pour la carte de traitement du satellite phisat-1. Crédits CERN/M.Brice

Avec phisat-1 (ou ɸ-sat-1) l'ESA a envoyé pour la première fois un petit satellite CubeSat équipé d'intelligence artificielle embarquée. L'appareil va filtrer les images qu'il capture avec des nuages pour limiter les échanges de données avec la Terre.

Une deuxième mission est déjà à l'étude.

Des valises de données

Chaque jour, les deux satellites Sentinel-2 produisent à eux seuls environ 4 To de données. Aussi, au moment où les constellations d'observation de la Terre comme Copernicus (et ses sept satellites Sentinel actuellement en orbite) veulent s'étendre, il y a un défi important concernant la masse de données à traiter, stocker et transmettre vers le sol.

Or, si l'on prend l'exemple d'un capteur optique « classique », qui prend des photos à haute résolution de la surface, il suffit que le temps soit brumeux pour que plusieurs clichés soient stockés, transmis, re-stockés, traités… Le tout pour rien, puisqu'il s'agit de fichiers non exploitables.

Aujourd'hui, sur le plan algorithmique, les procédés d'intelligence artificielle permettent d'identifier facilement des nuages sur les clichés. Alors pourquoi ne pas porter directement ce calcul sur le logiciel embarqué du satellite ?

Un test grandeur nature

L'idée a fait son chemin depuis 2017, et dès début 2020, le satellite phi-sat-1 (ɸ-sat-1) est prêt pour son décollage. Il aura toutefois fallu attendre ce 3 septembre pour qu'il atteigne l'orbite au côté des 52 autres satellites sous la coiffe du petit lanceur européen Vega.

Phi-sat-1 est au format « CubeSat 6U », il a donc des dimensions équivalentes à celles d'une boite à chaussures (10 x 20 x 30 cm), mais c'est avant tout un premier test technologique. Il est l'un des deux satellites FSSCat, duo qui observera le sol grâce à un capteur hyperspectral.

Les deux petits satellites FSSCat. Crédits ESA/PLS

Vers des satellites plus efficaces

Les équipes ont d'ores et déjà donné le feu vert pour une mission phi-sat-2 équipée du même processeur d'intelligence artificielle (Intel Movidius Myriad 2), qui testera pour sa part de façon un peu plus souple différents algorithmes liés à la reconnaissance des objets au sol. Massimiliano Pastena, ingénieur référent de ɸ-sat à l'ESA, explique que « le filtrage automatique des images permettra de ne renvoyer que des données utiles vers la Terre. Cela rendra l'ensemble du processus plus efficace, et les utilisateurs finaux pourront avoir accès à des données plus pertinentes ».

Dernière étape avant la généralisation ?

Source : ESA

Modifié le 10/09/2020 à 17h24
3
3
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Emmanuel Macron se moque des opposants au déploiement de la 5G
L'UE envisage de renforcer les limites d'émission de CO2 pour le secteur automobile
Clubic évolue (en douceur)
L'attaque d'un hôpital par ransomware pourrait tourner en homicide après la mort d'une patiente allemande
5G : plusieurs dizaines d'élus de gauche veulent repousser le lancement de la technologie
Le data center sous-marin de Microsoft refait surface après deux ans d'immersion
AMD dévoile le design de sa Radeon RX 6000 sur Twitter
Après Bouygues, au tour de RED by SFR d'augmenter des forfaits sans possibilité de refus
PS5 : des jeux jusqu'à 79,99 €, soit 10 € de plus que sur l'ancienne génération ?!
Les satellites SpaceX, même peints, gâchent les nuits des astronomes
scroll top