L'application de contact tracing fait grincer des dents en Malaisie

11 avril 2022 à 10h35
1
smartphone © Pexels / Antoni Shkraba
© Pexels / Antoni Shkraba

L'application malaisienne baptisée « My Sejahtera », pour Ma Sérénité en français, fait l'objet d'une vive polémique autour des questions de vie privée et de gratuité.

Que s'est-il passé en Malaisie pour que les appels au boycott de l'application de contact tracing locale My Sejahtera se mutliplient ces derniers jours ? À la fin du mois de mars, le site CodeBlue a découvert que l'outil qui aide à détecter et tracer les malades de la Covid-19 a été chèrement revendu, par son propriétaire, à une entreprise privée. Mais pour comprendre ce qui choque ici, il faut revenir aux prémices de l'affaire.

La marchandisation des applications pourrait remettre en cause la protection de la vie privée des utilisateurs

Au début de la pandémie, prise très au sérieux en Asie du Sud-Est, le gouvernement malaisien s'est vu proposer l'application de contact tracing My Sejahtera gratuitement, avec une exploitation sans aucun frais garantie pendant un an, pour lutter contre la pandémie. Du coup, la gratuité a fait sauter la traditionnelle procédure de commande publique, qui passe par l'appel d'offres.

Une fois l'année de gratuité écoulée, l'application est évidemment devenue très attractive, avec en jeu le coût de sa propriété intellectuelle et de sa licence. Et à la fin du mois de mars, les Malaisiens ont donc appris que le détenteur de l'application avait cédé la propriété de l'outil à une autre entreprise privée, pour un montant de 73 millions d'euros et pour cinq ans d'exploitation. En somme, les autorités locales n'ont jamais été propriétaires d'une application pourtant utilisée dans un cadre sanitaire réglementé, et par des millions d'utilisateurs.

Au-delà de l'élément financier, ce qui choque en Malaisie, ce sont les potentielles répercussions sur la protection de la vie privée des citoyens, même si le gouvernement garantit une suppression trimestrielle des données. L'application, elle, pourrait être réutilisée par le gouvernement pour lutter contre d'autres maladies. Face au scandale, le nombre de QR codes scannés sur l'application pour entrer dans un lieu a plongé de 21 % en seulement quelques semaines.

Source : franceinfo

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
1
2
Felaz
Et beh, c’est pas très RGPD tout ça
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Après WhatsApp, au tour de YouTube de se lancer dans les réactions émoji
Votre catalogue Apple Music est désormais accessible sur votre appli Waze
Google veut que vous l'aidiez à savoir quels dégâts les smartphones ont pu faire à votre cerveau
TikTok se prend pour Twitch en se lançant dans les abonnements payants
Pour ses 15 ans, Google Street View reçoit une
Découvrez notre top 5 des applications gratuites
SNCF Connect : vous pouvez désormais utiliser vos chèques-vacances
Huawei AppGallery : une faille vous permet de télécharger gratuitement des applications payantes
Google Photos : vous pouvez enfin supprimer les photos directement d'un album, mais il y a un hic
WhatsApp : les fonctionnalités de la future offre premium commencent à prendre forme
Haut de page