Le CHU de Rouen frappé par une cyberattaque et obligé de fonctionner sans informatique

19 novembre 2019 à 16h43
0
Médecin cyber

Vendredi dernier, une attaque informatique de grande ampleur a ciblé le CHU de Rouen et paralysé le système d'information de l'établissement. Le personnel a donc été contraint, pendant plusieurs jours, de se passer d'ordinateurs, ce qui a entraîné de nombreux retards. Si on ignore pour l'heure l'origine du piratage, il s'agirait d'une attaque par ransomware.

Depuis quelques années, les établissements de santé sont particulièrement visés par les cyberattaques, car ils contiennent des données sensibles, parfois sans disposer des moyens nécessaires à leur sécurité informatique. Vendredi dernier, c'est le centre hospitalier universitaire (CHU) de Rouen qui en a été victime.

Infection informatique en milieu hospitalier

L'attaque a débuté en début de soirée, ciblant prioritairement des applications critiques, comme celles dédiées à l'accueil des patients et à la rédaction des prescriptions, et rendant impossible l'accès aux données. Rapidement, la décision a été prise d'arrêter tous les ordinateurs du CHU, afin d'enrayer la propagation de l'infection.

Évidemment, un tel incident n'a pas été sans conséquence pour le personnel, qui se repose quotidiennement sur les outils informatiques. Durant tout le week-end, les équipes ont ainsi dû s'adapter, en revenant « à la bonne vieille méthode du papier et du crayon », d'après les termes de Rémi Heym, Directeur de la communication du CHU.


Plus de mails, plus d'accès au dossier médical des patients, plus de transmission informatique des résultats d'analyse... Si le personnel médical est tout de même parvenu à faire tourner l'établissement, de nombreux retards ont été enregistrés dans plusieurs services, allant parfois jusqu'à « plusieurs heures » pour une prise en charge aux urgences. Néanmoins, l'essentiel semble avoir été assuré, dans la mesure où la direction du CHU affirme qu'il n'y pas eu de « mise en péril de la santé des personnes hospitalisées ».

Une demande de rançon à venir ?

Hier soir, la situation n'était pas encore totalement rétablie, mais les équipes informatiques s'affairaient à redémarrer progressivement les applications nécessaires au fonctionnement de l'hôpital. Avec l'aide de l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi), ils avaient pu relancer environ un quart des logiciels de l'établissement.


À l'heure actuelle, on ignore tout de l'origine de la cyberattaque et de sa motivation. Néanmoins, il semblerait que le CHU ait été confronté à un piratage par ransomware, chiffrant les données en l'échange d'une rançon. Mais la direction, qui a indiqué qu'elle refuserait de payer si une telle demande lui parvenait, a affirmé n'avoir reçu aucune sollicitation de ce type. Néanmoins, le parquet de Paris a ouvert une enquête au sujet d'un « piratage visant un système informatique de l'État en bande organisée », mais aussi d'une « tentative d'extorsion en bande organisée ».

Source : Le Monde
8
9
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

La planète est confinée ! Le ralentissement est visible depuis l'espace.
L'union sacrée des télécoms européens, qui vont partager leurs données pour lutter contre le coronavirus
La dernière mise à jour de Windows 10 provoque une fois de plus pannes et ralentissements
Confinement : la nouvelle attestation de déplacement dérogatoire est disponible en téléchargement
L'empreinte carbone issue de la consommation des Français a chuté de deux-tiers avec le confinement
Coronavirus : le traçage numérique
Comment choisir la bonne diagonale pour son téléviseur ?
Elon Musk fait un don de 50 000 masques et 1200 respirateurs... pour se racheter ?
Confinement : le gouvernement durcit les restrictions
Coup dur chez HPE : des SSD destinés aux entreprises pourraient se briquer après 40 000 heures
scroll top